Course-pour­suite à 200 km/h à Ville­rest

Le fou du vo­lant tra­hi par la géo­lo­ca­li­sa­tion

Le Pays Roannais (Charlieu) - - Justice - E. C.

Après s’être en­fer­ré dans un men­songe in­vrai­sem­blable, ce ré­sident de Saintger­main-la­val a ad­mis avoir été au vo­lant de l’al­fa-ro­méo im­pli­quée, le 12 no­vembre der­nier, dans une course folle avec les gen­darmes de Ville­rest.

« J’ai men­ti… J’avais peur de perdre mon tra­vail », ba­fouille­t­il, pe­naud, à la barre, ce mar­di 18 avril. Jus­qu’à ce jour, l’homme de 39 ans avait tou­jours nié être le conduc­teur qui avait ten­té de se sous­traire à un contrôle d’al­coo­lé­mie en s’élan­çant à près de 200 km/h entre Ville­rest à Ville­mon­tais.

Cette nuit du 12 no­vembre, lors d’un contrôle rou­tier, après avoir souf­flé dans l’éthy­lo­test mais avant d’en connaître le ré­sul­tat, l’homme avait ap­puyé sur le cham­pi­gnon, dé­pas­sant dan­ge­reu­se­ment d’autres usa­gers de la route et fran­chis­sant al­lè­gre­ment la ligne conti­nue pour échap­per à des forces de l’ordre dis­tan­cées, n’ayant même pas eu le temps de no­ter la plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion du vé­hi­cule.

En­fer­ré dans le men­songe

Les re­cherches, longues, avaient per­mis, grâce aux ca­mé­ras de sur­veillances de Ville­rest, d’iden­ti­fier le pro­prié­taire de l’al­fa­ro­méo qui a d’abord ex­pli­qué ne pas être le conduc­teur du vé­hi­cule ce soir­là. L’homme, tra­vaillant en Suisse, af­fir­mait avoir pas­sé la soi­rée en Haute­sa­voie, chez son pa­tron. Mal­gré l’iden­ti­fi­ca­tion for­melle de l’in­di­vi­du par un mi­li­taire et la géo­lo­ca­li­sa­tion de son té­lé­phone in­di­quant qu’il se trou­vait bien dans le sec­teur à ce mo­ment­là, l’homme a main­te­nu ses dé­cla­ra­tions jus­qu’à sa com­pa­ru­tion, ex­pli­quant qu’il avait pro­ba­ble­ment ou­blié son por­table dans son vé­hi­cule.

« Je ne sais pas si vous vous ren­dez compte de l’ar­gent et de l’éner­gie dé­ployés. Par les temps qui courent, les gen­darmes ont autres choses à faire que d’éta­blir des faits pour les­quels on sait per­ti­nem­ ment que vous ra­con­tez n’im­porte quoi », a ser­mon­né la pré­si­dente du tri­bu­nal, Flo­rence Dal­le­ry in­sis­tant éga­le­ment sur la dan­ge­ro­si­té de son com­por­te­ment qui au­rait pu conduire à un drame sur cette route « dan­ge­reuse ».

L’homme, qui a te­nu à faire amende ho­no­rable, a ex­pli­qué avoir pa­ni­qué. « J’avais bu quatre verres de Ri­card. Je suis conscient que ce n’est pas une at­ti­tude à avoir, j’en suis dé­so­lé ». Il a été condam­né à 6 mois avec sur­sis, 1.625 eu­ros d’amende, une sus­pen­sion de per­mis de conduire de 6 mois et la confis­ca­tion de son vé­hi­cule.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.