Sé­bas­tien Cha­puis, l’am­bi­tieux

Il vise le po­dium à la Ronde du ca­nal, sa­me­di 5 août

Le Pays Roannais (Charlieu) - - Sports - Ju­lien Va­che­ron ju­lien.va­che­ron@cen­tre­france.com

Vain­queur du trail de la fo­rêt de Les­pi­nasse ven­dre­di 14 juillet, le qua­dra, li­cen­cié au Club ath­lé­tique du Roan­nais, conti­nue de vi­ser haut. Pro­chaine échéance : la Ronde du ca­nal, à Brien­non, ce sa­me­di 5 août.

Sé­bas­tien Cha­puis a tou­jours été un spor­tif dans l’âme, mais sa vo­ca­tion pour la course à pied est ve­nue sur le tard. « J’ai pra­ti­qué le foot­ball jus­qu’à 18 ans. J’ai éga­le­ment fait beau­coup de vé­lo. Main­te­nant, je sors mon vé­lo deux à trois fois par an. »

À bien­tôt 40 ans, l’ath­lète du Club ath­lé­tique du Roan­nais (Car) se consacre au­jourd’hui en­tiè­re­ment à la course à pied. Cette dis­ci­pline cor­res­pond mieux à son tem­pé­ra­ment. « On a deux en­traî­ne­ments col­lec­tifs par se­maine, mais j’aime bien cou­rir tout seul », re­con­naît le Roan­nais, qui se dé­crit lui­même comme étant « as­sez so­li­taire » dans la vie. Per­du sur le trail de Les­pi­nasse

C’est d’ailleurs en so­lo que Sé­bas­tien Cha­puis a réa­li­sé ses meilleures per­for­mances. Ven­dre­di 14 juillet, le cou­reur a rem­por­té les 21,5 ki­lo­mètres du trail de la fo­rêt de Les­pi­nasse

Noailly et Vi­vans), avec 11 se­condes d’avance sur son ad­ver­saire, Ro­main Ser­veaux (An­dré­zieuxBou­théon). Cha­puis réa­lise à peine le poids de sa per­for­mance. « J’avais ga­gné le pe­tit par­cours l’an­née der­nière (8,6 ki­lo­mètres). J’avais dé­ci­dé de mon­ter sur le grand cette an­née. C’est une belle sa­tis­fac­tion. Il y a eu pas mal de pé­ri­pé­ties, puisque je me suis per­du… En course à pied, on a l’ha­bi­tude de re­gar­der plu­tôt loin de­vant soi et pas au sol. À cause de ça, je me suis en­quillé dans un che­min. Le deuxième s’est per­du aus­si », confie­t­il.

Le cou­reur, en­traî­né par Pierre Far­jot, est fi­na­le­ment re­tom­bé sur ses pattes, comme un fé­lin dé­ter­ mi­né à at­teindre sa proie. Sa per­for­mance est d’au­tant plus in­croyable qu’il n’avait pas beau­coup de re­pères. Ce jour­là, Sé­bas­tien Cha­puis cou­rait son pre­mier trail. S’il évoque un ba­li­sage « adap­té pour les courses en VTT », il ad­met une er­reur ma­jeure : « Je ne suis pas al­lé re­con­naître le par­cours avant la course. » Qu’im­porte ! Seul le ré­sul­tat compte. Cha­puis a ga­gné et il ne manque pas d’am­bi­tion. Ven­deur de pro­duits dié­té­tiques au Co­teau, il s’ap­prête à par­ti­ci­per à la Ronde du ca­nal, à Brien­non, sa­me­di 5 août. Pour ce­la, il a dé­jà po­sé sa jour­née : « C’est une course or­ga­ni­sée par mon coach, avec le co­mi­té des fêtes de Brien­non. Je me suis dit que ma par­ti­ci­pa­tion lui fe­rait plai­sir ».

Mais Sé­bas­tien Cha­puis ne va pas cou­rir que pour le folk­lore ! Dé­bar­ras­sé d’une ca­rence en fer contrac­tée en avril der­nier au ma­ra­thon du Lac d’an­ne­cy (bou­clé en 2 h 40), il en­tend tout don­ner. « L’ob­jec­tif, c’est d’ac­cro­cher le po­dium, mais ça dé­pen­dra de la concur­rence… On ne sait ja­mais sur qui on peut tom­ber », me­sure l’in­té­res­sé. Réa­li­ser de bons chro­nos sur ma­ra­thon

Sé­bas­tien Cha­puis a rai­son d’être prag­ma­tique. Lors de la Ronde du ca­nal, il de­vra gé­rer la concur­rence de Guy­noël Roua­nia, vain­queur de deux des trois der­nières édi­tions de la course. « C’est un cou­reur qui est plus ra­pide que moi. On va s’ac­cro­cher le plus pos­sible. »

Un échec ne se­rait tou­te­fois pas dra­ma­tique. Ce pas­sion­né de ro­mans po­li­ciers pré­pare dé­jà d’autres chal­lenges : « J’ai­me­rais réa­li­ser de bons chro­nos sur ma­ra­thon et pas­ser sous les 2 h 30 ».

DR

SPOR­TIF. Avant la course, Sé­bas­tien Cha­puis (à gauche) a pra­ti­qué le foot­ball et le vé­lo, qu’il a de­puis lais­sés de cô­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.