Le Fes­ti­val de théâtre d’his­toires courtes s’ouvre à Saint-yan

Le Pays Roannais (Charlieu) - - La Une - Etienne Chaize etienne.chaize@cen­tre­france.com

SPEC­TACLES. Ce week­end, le vil­lage ac­cueille la 4e édi­tion de Saint­yan Scin­tillant. Vi­si­teurs et ar­tistes de­vraient être nom­breux au ren­dez­vous.

Fes­ti­val à Saint­al­ban

Les 25, 26 et 27 août pro­chains, au mi­lieu des vignes, dans un dé­cor na­tu­rel de­ve­nu salle de pro­jec­tion et de concert à ciel ou­vert, un nou­veau fes­ti­val ver­ra le jour. « Le ci­né­ma a la cote... roan­naise », c’est son nom. Au pro­gramme : trois thé­ma­tiques on ne peut plus fé­dé­ra­trices... Le ci­né­ma, la mu­sique et le vin. L’

an der­nier, l’as­so­cia­tion du trom­pet­tiste Mi­chel Feu­gère et du res­pon­sable de l’har­mo­nie de Saint­ger­main­les­pi­nasse, Ch­ris­tophe Lo­pin, avait ac­cou­ché d’un concert ex­cep­tion­nel de Mi­chel Fu­gain dans l’ouest roan­nais, en juin. Dès le len­de­main, Mi­chel Feu­gère et son éner­gie com­mu­ni­ca­tive tra­çaient les contours d’un nou­vel évé­ne­ment en Côte roan­naise. « On avait bos­sé comme des dingues pen­dant des mois pour cette soi­rée unique. J’ai eu un coup de blues ,en me di­sant : “Bon, ça y est, c’est fi­ni”. C’était nul de fi­nir comme ça, il fal­lait faire quelque chose », ra­conte le Re­nai­son­nais d’ori­gine. Hors de ques­tion de mettre fin à cette col­la­bo­ra­tion fer­tile. Mi­chel Feu­gère s’est alors at­te­lé à dé­tailler sa pro­po­si­tion ar­tis­tique toute neuve pen­dant que Ch­ris­tophe Lo­pin a pris à sa charge l’as­pect lo­gis­tique.

Ré­sul­tat : trois jours d’ani­ma­tions au coeur des vignes du do­ maine Plu­chot, « Le Re­tour aux sources », à Saint­al­ban­lesEaux, au lieu­dit La Ba­taille. Au me­nu : des ren­contres avec des pro­duc­teurs lo­caux (de vin, évi­dem­ment, mais pas seule­ment), des concerts dans les vignes avec des mu­si­ciens lo­caux, au­tour de mu­siques de films (et autres) et des pro­jec­tions de films clas­siques. « Vin­tage ».

« On ne fait pas un truc pas­séiste, genre “c’était mieux avant” »

Le mot est im­por­tant et semble gui­der toute la pro­gram­ma­tion dans une sorte d’éloge du temps qui passe, où tra­di­tions (vi­ti­coles, mu­si­cales et ci­né­ma­to­gra­phiques) se confrontent à la mo­der­ni­té et au pré­sent. « On ne fait pas un truc pas­séiste, genre “c’était mieux avant”. Le vin­tage, c’est pas ça. C’est com­ment un élé­ment du pas­sé passe et peut s’ins­crire dans le pré­sent », ex­plique Mi­chel Feu­gère. Qu’im­porte alors que les films aient 50 ans, s’ils sont tou­jours aus­si bons.

Mais loin des concepts ar­tis­tiques, les deux ini­tia­teurs du pro­jet n’ont qu’un mot à la bouche : « convi­via­li­té ». Le week­end pro­chain est pro­mis po­pu­laire. Le pu­blic, au mi­lieu des vignes, dans une sorte de dé­cor de ci­né­ma in­croyable, pour­ra s’as­seoir sur des bottes de pailles pour pro­fi­ter de ces soi­rées étoi­lées et des sa­voirs faires lo­caux. « On n’est pas chez Arte ! », pré­vient Mi­chel Feu­gère, an­ti­ci­pant tout pro­cès en éli­tisme.

Pour lui et son com­père, ces trois jours sont sur­tout des op­por­tu­ni­tés pour les spec­ta­teurs de dé­cou­vrir, d’échan­ger, de se ren­con­trer… « Par exemple, ce­lui qui n’aime pas for­cé­ment le ci­né­ma peut ve­nir pro­fi­ter des concerts et du vin puis se dire : “Tiens, je vais res­ter pour le film”. Pa­reil pour ce­lui qui n’est pas bran­ché vigne, il pour­ra se rendre compte que le côte roan­naise ne rend pas aveugle. Les gens n’aiment pas for­cé­ment tout, mais c’est l’oc­ca­sion de fa­vo­ri­ser des ren­contres de gens, des ren­contres de genres », sou­rit le trom­pet­tiste.

« On est bien chez nous »

D’autres ani­ma­tions, comme une ex­po­si­tion ou un ca­fé lit­té­raire, s’ins­crivent éga­le­ment en marge d’un fes­ti­val que ses or­ga­ni­sa­teurs es­pèrent dé­jà pé­renne. Ils ima­ginent al­lè­gre­ment un ren­dez­vous iti­né­rant, pour faire vivre cette Côte Roan­naise, si chère à leurs yeux de vil­lage en vil­lage. Comme le ré­sume Ch­ris­tophe Lo­pin : « On est bien chez nous ». Et ils veulent le faire sa­voir.

PHO­TO : E. C. DUO. Mi­chel Feu­gère (à gauche) et Ch­ris­tophe Lo­pin (à droite), ont pen­sé leur fes­ti­val comme une « cé­lé­bra­tion des ac­teurs lo­caux ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.