Des struc­tures d’ac­cueil de jeunes in­ves­ties pour l’ac­com­pa­gne­ment

Le Pays Roannais (Charlieu) - - Vie régionale - An­na Vu­gier

Au­jourd’hui, de plus en plus de struc­tures ex­té­rieures au cadre pu­re­ment sco­laire viennent ap­por­ter leur pierre à l’ac­com­pa­gne­ment des élèves. De quoi confor­ter l’ap­pren­tis­sage des fon­da­men­taux.

Pa­ral­lè­le­ment aux tra­di­tion­nelles heures d’études or­ga­ni­sées par les écoles afin d’as­su­rer le sou­tien sco­laire, cer­tains centres so­ciaux et MJC (Mai­son des Jeunes et de la Culture) du Roan­nais ont ain­si dé­ve­lop­pé des temps d’ac­com­pa­gne­ment à la sco­la­ri­té.

À la MJC de Char­lieu, cette ren­trée 2017 se­ra mar­quée par la créa­tion d’un nou­veau temps d’ac­cueil et d’ac­com­pa­gne­ment. Sur la base des ho­raires du foyer, cette an­née les jeunes col­lé­giens et ly­céens pour­ront ve­nir li­bre­ment les jours de se­maine, entre 17 heures et 19 heures, pour pro­fi­ter des ac­ ti­vi­tés de la struc­ture et sol­li­ci­ter de l’aide si be­soin. L’ac­com­pa­gne­ment de­vrait ici se ba­ser sur des jeux pé­da­go­giques.

Au centre so­cial du Co­teau, la mé­ca­nique est dé­jà bien hui­lée. De­puis une di­zaine d’an­nées, le centre ac­cueille des jeunes, du CP à la 3e, tous les lun­dis, mar­dis et jeu­dis soir. Une ving­taine de bé­né­voles et les six sa­la­riés du dis­po­si­tif re­çoivent ici plus d’une qua­ran­taine d’en­fants. C’est tou­jours le même ri­tuel. D’abord, un temps de dé­com­pres­sion où cha­cun parle de sa jour­née est pré­vu, ac­com­pa­gné d’un goû­ter. Suivent alors les ac­ti­vi­tés plus sco­laires qui se font, là aus­si, sous forme de jeux pé­da­go­giques.

Ces der­niers couvrent les com­pé­tences orales et écrites, mais aus­si l’ap­pren­tis­sage des chiffres. « Les tables de mul­ti­pli­ca­tion peuvent s’ap­prendre de ma­nière très lu­dique », sou­ligne Aline Bour­ra­chot, di­rec­trice de la struc­ture. Ces ate­liers ne sont pas des­ti­nés aux de­voirs, mais bien à l’ap­pro­fon­dis­se­ment des en­sei­gne­ments, de ma­nière al­ter­na­tive et ré­créa­tive. « Pas là pour rem­pla­cer l’école »

Se­lon la res­pon­sable, le pro­gramme n’est pas là pour rem­pla­cer l’école, mais plu­tôt pour la com­plé­ter. Aus­si, les pro­fes­seurs des éta­blis­se­ments cos­tel­lois di­rigent par­fois vers le centre cer­tains pa­rents d’élèves en dif­fi­cul­té, et les dif­fé­rentes équipes font ré­gu­liè­re­ment le point sur la si­tua­tion. Le but des ate­liers est alors de per­mettre un ac­com­pa­gne­ment des en­fants plus com­plet, afin de ga­ran­tir leur réus­site.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.