Les vi­déos de Sté­phane Viaud tiennent la route sur You­tube

En 2014, Sté­phane Viaud a choi­si de re­ven­di­quer sa pas­sion pour l’au­to­mo­bile en pro­po­sant des chro­niques vi­déo (plus cou­ram­ment ap­pe­lées « tu­tos »), sur You­tube. Sa chaîne Par­lons voi­ture connaît son pe­tit suc­cès. Et ce n’est que le dé­but.

Le Pays Roannais (Charlieu) - - La Une - Ju­lien Va­che­ron ju­lien.va­che­ron@cen­tre­france.com

Créée il y a trois ans par Sté­phane Viaud, la chaîne You­tube

Par­lons voi­ture creuse dis­crè­te­ment son sillon sur la Toile. Elle gé­nère plus de 265.000 vues et elle est ac­com­pa­gnée par un blog épo­nyme.

Quand il pré­sente un vé­hi­cule, Viaud ne fait pas dans l’am­bigüi­té

« Quand on com­mence à tom­ber là­de­dans, il faut faire le mieux pour la chaîne », as­sure le Charliendin. Sui­vi par 500 abon­nés (cu­rieux ou pas­sion­nés), le qua­dra­gé­ naire sait qu’il doit ré­pondre aux at­tentes de son pu­blic. An­cien car­ros­sier­peintre, il bé­né­fi­cie de quelques passe­droits chez les conces­sion­naires. « Je suis ré­fé­ren­cé par plu­sieurs marques, no­tam­ment chez Toyo­ta, Peu­geot ou Al­fa Ro­meo. Ça donne une porte ou­verte pour des es­sais vé­hi­cules », ex­plique le you­tu­beur.

Viaud connaît le mi­lieu de l’au­to­mo­bile par coeur. Peu avare de dé­cou­vertes, ce pas­sion­né n’hé­site pas à se rendre à la plu­part des sa­lons de l’au­to­mo­bile. Il se ren­dra à ce­lui de Roanne, dont la troi­sième édi­tion au­ra lieu au Sca­ra­bée le sa­me­di 23 et le di­manche 24 sep­tembre.

Dé­si­reux de ne pas in­fluen­cer les in­ter­nautes dans ses tu­to­riels, Sté­phane Viaud s’at­tache à adop­ter un ton pré­cis et sin­cère. « Je fais en sorte qu’il n’y ait pas d’am­bigüi­té entre la marque et moi. Si j’ai quelque chose de né­ga­tif à dire sur un vé­hi­cule, je vais le dire ! », pré­vient­il. Pas de quoi af­fo­ler la plu­part des conces­sion­naires qui jouent sou­vent le jeu, même si les plus mé­fiants ré­clament par­fois une lec­ture de la chro­nique avant sa mise en ligne.

À l’image d’un jour­na­liste web très in­ves­ti dans sa quête de conte­nus, Sté­phane Viaud a beau pu­blier trois à cinq tu­to­riels par mois (en moyenne) sur sa chaîne, les re­tom­bées ne sont pas fa­ra­mi­neuses : 80 eu­ros tous les six mois. « Au­jourd’hui, je fais le mi­ni­mum », as­su­ret­il.

Il a créé une se­conde chaîne

You­tube il y a tout juste un an

Ac­tuel­le­ment en Lor­raine pour réa­li­ser quelques es­sais de vé­hi­cules, Sté­phane Viaud a son­gé à pas­ser la fron­tière pour ral­lier le sa­lon de l’au­to­mo­bile de Franc­fort (Al­le­magne). Mais la dis­tance al­ler­re­tour (1.400 ki­lo­mètres) l’a re­froi­di. Il n’em­pêche que

Par­lons voi­ture reste une chaîne pour le moins dy­na­mique ! Exi­geante, aus­si. Sur le ter­rain, Viaud tourne une à quatre heures, avant de pro­cé­der au mon­tage sur un lo­gi­ciel qu’il peut uti­li­ser gra­tui­te­ment. « Une fois que ma chaîne au­ra un peu plus d’am­pleur, je pas­se­rai à autre chose. J’ai en­vie de tes­ter de nou­velles choses », an­nonce le you­tu­beur.

À 47 ans, Sté­phane Viaud as­sume son cô­té « geek » : « Je suis pas­sion­né par tout ce qui est high­tech », dé­clare ce­lui qui pré­pare des chro­niques sur des vé­hi­cules d’oc­ca­sion qui valent le dé­tour, afin de ré­pondre à la de­mande de cer­tains sui­veurs as­si­dus. À terme, il pré­voit éga­le­ment de faire fruc­ti­fier le blog Par­lons voi­ture, ou­vert il y a tout juste un mois. Une se­conde chaîne You­tube, in­ti­tu­lée 13 mi

nutes chro­no, où il pré­sente les meilleurs you­tu­beurs de la ré­gion, a éga­le­ment vu le jour il y a un an.

YOU­TU­BEUR. Sté­phane Viaud sillonne la plu­part des sa­lons au­to­mo­biles de France et, par­fois, des pays li­mi­trophes, comme la Suisse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.