SFAM voit plus grand pour Roanne

De­puis le dé­mar­rage de son ac­ti­vi­té roan­naise en fé­vrier, SFAM pour­suit son dé­ve­lop­pe­ment. Pro­chaine étape : la construc­tion d’un nou­veau site pour abri­ter des sa­la­riés tou­jours plus nom­breux.

Le Pays Roannais (Charlieu) - - Vie Régionale - Etienne Chaize etienne.chaize@cen­tre­france.com

ARo­mans­sur­isère, dans la Drôme, où l’aven­ture SFAM a dé­bu­té en 1999, un bâ­ti­ment de 8.000 m², au look fu­tu­riste et épu­ré, té­moigne de la réus­site crois­sante

(lire en­ca­dré) du spé­cia­liste de l’as­su­rance tous risques pour les té­lé­phones et le multimédia.

Alors que le groupe comp­tait à peine 50 sa­la­riés il y a en­core trois ans, il s’ap­proche douce­ ment de la barre des 2.000. Ac­tuel­le­ment, ils sont 1.200 à oeu­vrer pour le cour­tier, bien­tôt 600 rien qu’à Roanne.

« Là, on est plein ! », sou­rit Sa­dri Fe­gaier, pré­sident fon­da­teur de SFAM. Lui qui vise le mil­lier d’em­ployés roan­nais porte, ici, un pro­jet d’en­ver­gure si­mi­laire à ce­lui de Ro­mans­sur­isère pour pour­suivre son dé­ve­lop­pe­ment. À sa­voir, un bâ­ti­ment im­mense, tout confort, avec salle de sport, res­tau­rant gra­tuit pour les sa­la­riés, ter­rain de foot et

courts de tennis. « On m’a pro­po­sé deux ter­rains (l’un vers Val­my, l’autre aux Tui­le­ries,

N.D.L.R.). Nous al­lons bien­tôt en­trer dans la par­tie études. Le but est de lan­cer le pro­jet d’ici la fin de l’an­née ou le dé­but de l’an­née pro­chaine », an­nonce ce­lui qui avait dé­jà dé­bour­sé 10 mil­lions d’eu­ros dans la Drôme pour ga­ran­tir « le bien­être » de ses ouailles – sa va­leur car­di­nale – au sein d’un ou­til de tra­vail ul­tra­mo­derne.

Car pour lui, il n’y a pas de se­cret, si l’on veut des équipes qui se donnent à fond, il faut des em­ployés heu­reux. « Nous vou­lons re­va­lo­ri­ser le poste de té­lé­con­seiller », af­fiche­t­il.

Cli­mat so­cial apai­sé

Lors du ra­chat de B2S, le site, le long du ca­nal, ac­cueillait pé­ni­ble­ment 300 té­lé­con­seillers dans un cli­mat so­cial ten­du. Si l’ar­ri­vée de SFAM ne s’est pas faite sans mé­fiance, près de six mois plus tard, « il n’y a plus de ten­sion », as­sure Sa­dri Fe­gaier. Les sa­la­riés, par la voix de re­pré­sen­tants syn­di­caux, confirment. « Glo­ba­le­ment, tout ce qu’il an­nonce est sui­vi d’ef­fet », re­con­naît Fa­brice Pous­se­rot, de Sud. « Le cli­mat so­cial est très apai­sé », abonde Ni­co­las Zei­metz, dé­lé­gué CFDT. Sa­laires en hausse, plan d’épargne avan­ta­geux, heures sup­plé­men­taires souples, ma­na­ge­ment « bien­veillant »… Les choses semblent al­ler dans le bon sens. Tous n’at­tendent plus qu’une chose : quit­ter le site ac­tuel, tour­ner en­fin la page de l’époque Trans­com/b2s et, comme le dit Ni­co­las Zei­metz, « lais­ser les fan­tômes der­rière nous ».

« Nous vou­lons re­va­lo­ri­ser le poste de té­lé­con­seiller » SA­DRI FE­GAIER Pré­sident fon­da­teur de SFAM

PHOTO : E. C.

SIÈGE. À Ro­mans-sur-isère, les sa­la­riés de SFAM dis­posent de pla­teaux ul­tra­mo­dernes et de postes de tra­vail high­tech. Res­tau­rant gra­tuit et salle de sport sont éga­le­ment abri­tés dans ces 8.000 m2 clin­quants.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.