Dan­ge­reuse in­tel­li­gence

Le Pays Roannais (Charlieu) - - Zapping - Pierre-fran­çois Che­tail

Plu­sieurs mil­lions d’em­plois vont dis­pa­raître dans les an­nées qui viennent. Cette pré­dic­tion n’a rien de ca­tas­tro­phiste. Elle s’ap­puie sim­ple­ment sur l’avè­ne­ment en cours de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle (IA). Les caisses au­to­ma­tiques dans les su­per­mar­chés, les em­ployés de péages d’au­to­route rem­pla­cés par des ma­chines, les bornes des gares SNCF où les voya­geurs achètent leurs billets… Tout ce­la n’était qu’un dé­but. Bien­tôt, des mé­tiers aus­si ré­pan­dus que comp­table ou chauf­feur (de ca­mion, de bus, de taxi, de train…) se­ront pro­ba­ble­ment en voie de dis­pa­ri­tion. Les vé­hi­cules au­to­nomes - c’est-à-dire qui se dé­placent sans avoir be­soin d’un conduc­teur - ap­par­tiennent en ef­fet à un fu­tur très proche. Des opé­ra­tions chi­rur­gi­cales ul­tra-pré­cises dans les hô­pi­taux à la ges­tion quo­ti­dienne de la qua­si-to­ta­li­té de nos tâches do­mes­tiques, les prouesses de L’IA vont chan­ger notre vie. Sans doute au­tant qu’in­ter­net et le té­lé­phone por­table avant elle. Ces in­ven­tions, dont plus per­sonne n’ar­rive à se pas­ser une seule jour­née (dans notre vie per­son­nelle comme pro­fes­sion­nelle) dé­sor­mais, n’exis­taient pour­tant pas jus­qu’à la fin du XXE siècle. Ces nou­velles tech­no­lo­gies ne sont en soi ni bonnes ni mau­vaises. Comme tou­jours, c’est la ques­tion de la fa­çon dont on s’en sert qui se­ra dé­ter­mi­nante. Dans l’ab­so­lu, elles doivent être la pro­messe d’un monde meilleur, plus agréable à vivre pour l’en­semble des hu­mains. Mais dans le sys­tème ac­tuel, il y a fort à craindre qu’elles abou­tissent à une ex­plo­sion du chô­mage de masse et de la pré­ca­ri­té gé­né­ra­li­sée, au pro­fit de l’en­ri­chis­se­ment de quelques-uns.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.