La sé­che­resse, fléau de l’an­née 2015

Les in­cen­dies, consé­quences de la forte sé­che­resse es­ti­vale, ont don­né du fil à re­tordre aux pom­piers

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - Jean-Fran­çois Ver­net jean-fran­cois.ver­net@cen­tre­france.com

Les tem­pé­ra­tures ca­ni­cu­laires re­cen­sées cet été ont for­te­ment mo­bi­li­sé les sa­peurs-pom­piers de la com­pa­gnie Ouest Fo­rez, gé­rée par le ca­pi­taine Be­noît Rou­chon. 25 dé­parts d’en­gins « feux de fo­rêt » ont été en­re­gis­trés, contre 9 en 2014.

Les si­rènes des ca­mions rouges ont sou­vent hur­lé, cet été, sur les routes fo­ré­ziennes, du pays d’As­trée et des Monts du Fo­rez.

La ca­ni­cule qui s’est abat­tue sur le pays a for­te­ment mar­qué l’ac­ti­vi­té des sa­peurs­pom­piers de la com­pa­gnie Ouest Fo­rez (voir gra­phique, ci­des­sous), pi­lo­tée de­puis no­vembre 2013 par le ca­pi­taine Be­noît Rou­chon. « C’est une an­née tout à fait par­ti­cu­lière. L’été sec a été pro­pice aux feux de vé­gé­ta­tions, un peu par­tout sur le ter­ri­toire » , dé­ve­loppe le ca­pi­taine Rou­chon. Les in­cen­dies re­pré­sentent 11 % de l’ac­ti­vi­té to­tale de la com­pa­gnie Ouest Fo­rez (chiffres en­re­gis­trés entre le 11 no­vembre 2014 et le 11 no­vembre 2015, N.D.L.R.). Un pour­cen­tage in­ha­bi­tuel­le­ment éle­vé qui tom­ be à 5,8 % sur la seule zone du centre de Mont­bri­son. Les dé­parts de feux ont ma­jo­ri­tai­re­ment eu lieu dans les zones plus ru­rales du sec­teur.

Autre consé­quence de la ca­ni­cule es­ti­vale, l’im­por­tant nombre d’in­ter­ven­tions des sa­peurs­pom­piers chez des par­ti­cu­liers pour en­le­ver des nids de guêpes. Voi­là deux rai­sons qui ex­pliquent la hausse de 14 % du nombre de sor­ties d’en­gins des sol­dats du feu en 2015, pour ar­ri­ver à un nombre de 5.258 sor­ties en­re­gis­trées. « On avait pour­tant dû faire face à une grève des am­bu­lan­ciers en 2014 sur le sec­teur, ce qui avait fait grim­per le nombre d’in­ter­ven­tions » , fait re­mar­quer le ca­pi­taine Rou­chon, à l’heure du bi­lan. La large ma­jo­ri­té de l’ac­ti­vi­té des quelque 200 pom­piers (pro­fes­sion­nels et vo­lon­taires confon­dus) de la com­pa­gnie Ouest Fo­rez concerne tou­te­fois les se­cours aux per­sonnes (per­sonnes ma­lades, bles­sées, in­toxi­quées…).

Les ac­ci­dents de la route tou­jours d’ac­tua­li­té

« On re­cense beau­coup plus d’as­sis­tance à la per­sonne en ville qu’à la cam­pagne, re­marque le ca­pi­taine Rou­chon. Au centre de Mont­bri­son par exemple, sur les 2.889 in­ter­ven­tions en­re­gis­trées ­ce qui re­pré­sente la moi­tié des in­ter­ven­tions sur l’en­semble de la com­pa­gnie­, 72,5 % sont des sor­ties concer­nant des se­cours aux per­sonnes » (voir ci­des­sous).

Si le nombre de morts sur les routes a for­te­ment chu­té ces der­nières an­nées, les ac­ci­dents de la cir­cu­la­tion res­tent une part non né­gli­geable de l’ac­ti­vi­té des sa­peurs­pom­piers. Cette an­née, la com­pa­gnie a dû in­ter­ve­nir à près de 300 re­prises pour ce type d’ac­ci­dents. « Ce­la fait presque une sor­tie par jour. C’est énorme ! Nous cou­vrons un sec­teur où il n’y a pas d’au­to­routes et beau­coup de routes se­con­daires. » Tous les Fo­ré­ziens ont no­tam­ment en mé­moire ce tra­gique ac­ci­dent du 30 sep­tembre, sur la route me­nant de Mont­ver­dun à Cha­lain­d’Uzore, qui a coû­té la vie à deux jeunes hommes de 17 et 20 ans. L’une des in­ter­ven­tions les plus dif­fi­ciles pour les hommes de la com­pa­gnie Ouest Fo­rez…

PHO­TO SDIS 42

FEUX. Les in­cen­dies ont re­pré­sen­té 10 % des in­ter­ven­tions des sa­peurs­pom­piers en 2015.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.