La plaine du Fo­rez conti­nue d’at­ti­rer

Mont­bri­son, Saint­Mar­cel­lin­en­Fo­rez, Boën­sur­Lignon ou en­core Veauche gagnent des ha­bi­tants

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Dans un dé­par­te­ment qui gagne quelque 3.000 ha­bi­tants d’une an­née sur l’autre, les com­munes de la plaine du Fo­rez conservent un at­trait cer­tain. À condi­tion d’of­frir un mi­ni­mum de ser­vices afin de ne pas trop iso­ler leurs po­pu­la­tions.

L’ave­nir se­rait­il aux pe­tites villes à taille hu­maine comme Mont­bri­son ou Saint­JustSa in t ­Ra mb e r t ? C’ e s t l’une des ques­tions que nous pou­vons nous po­ser après la pu­bli­ca­tion, en fin de se­maine der­nière, des don­nées de l’Ins­ti­tut na­tio­nal de la sta­tis­tique et des études éco­no­miques (In­see).

L’en­quête concerne les « po­pu­la­tions lé­gales en vi­gueur à comp­ter du 1er jan­vier 2016 » dans les 327 com­munes du dé­par­te­ment de la Loire. Il s’agit de po­pu­la­tions mil­lé­si­mées 2013. Un rap­pro­che­ment avec les mêmes chiffres pu­bliés l’an der­nier à la même époque ( mais mil­lé­si­més 2012) laisse poindre quelques ten­dances qui res­tent néan­moins à confir­mer car une vé­ri­table in­cli­na­tion dé­mo­grap hi q u e s e me s u re su r cinq ans.

1 La Loire à la qua­trième

place. Dans la deuxième ré­gion de France la plus peu­plée, au dy­na­misme dé­mo­gra­phique sou­te­nu, la Loire se com­porte bien (+ 0,4 % par an). Ou plu­tôt mieux car il y a deux ans, l’In­see Rhône­Alpes avait fait un point sur l’évo­lu­tion dé­mo­gra­phique du dé­par­te­ment sur 2006­2011 et la crois­sance de la po­pu­la­tion li­gé­rienne n’était alors que de 0,2 %, quand celle de Rhône­Alpes était de 0,9 %.

Avec ses 756.715 ha­bi­tants, la Loire est le qua­tr ième dé­par­te­ment le plus peu­plé sur les douze de la nou­velle ré­gion Au­vergne­Rhône­Alpes après le Rhône, l’Isère et, plus ré­cem­ment, la Hau­teSa­voie.

2 L’at­trac­tion des pôles se­mi- ur­bains semble se

confir­mer. Par­mi les villes qui gagnent des ha­bi­tants d’ une an­née sur l’autre, Mont­bri­son ( qui peut éga­le­ment s’en­or­gueillir de ga­gner 742 ha­bi­tants par rap­port à 2008, soit une hausse de 5 % qui plaide pour une vraie orien­ta­tion) mais aus­si Saint­Mar­cel­lin­en­Fo­rez, Sa­vi­gneux, Su­ry­le­Comtal, Boën­sur­Lignon ou en­core Veauche montrent que les com­munes res­tées à taille hu­maine sont ma­ni­fes­te­ment ap­pré­ciées. À condi­tion d’avoir un mi­ni­mum de com­merces (moyennes et grandes sur­faces) et de ser­vices (trans­ports en com­mun). Le cas de Ri­vas (+ 6,78 %), en re­vanche, est ex­cep­tion­nel, lié à la com­mer­cia­li­sa­tion d’un lo­tis­se­ment en bor­dure de la route dé­par­te­men­tale 1082, dans le sec­teur de L’Her­mi­tage. Mais de pe­tites com­munes proches de centres de vie en dé­ve­lop­pe­ment trouvent aus­si grâce aux yeux de nou­veaux ha­bi­tants comme à Sa i n t ­A nd r é ­l e ­P u y, Champ­dieu ou Gré­zieuxle­Fro­men­tal.

3 Saint-Étienne re­trou­ve­rait-elle son rôle de lo­co

mo­tive ? Pièce im­por­tante du puzzle en Loire sud, Saint­Étienne re­trouve bel et bien des cou­leurs. Les 172.023 ha­bi­tants de 2016, mil­lé­si­més 2013, re­pré­sentent une hausse de 540 per­sonnes par rap­port au chiffre de 2015, mil­lé­si­mé 2012. Après une hausse de près de 1.500 ha­bi­tants sur un an ob­ser­vée l’an pas­sé, la ten­dance se confirme ti­mi­de­ment avec 540 ha­bi­tants sup­plé­men­taires, soit 172.023 ha­bi­tants au 1er jan­vier 2013. Cette ten­dance cor­ro­bore la thèse d’un ren­ver­se­ment de la courbe dé­mo­gra­phique, le pre­mier de­puis 40 ans.

Mais c’est une bonne nou­velle qui doit néan­moins être re­la­ti­vi­sée : en 2008, la pré­fec­ture de la Loire comp­tait 172.696 ha­bi­tants, soit 673 de plus que quatre ans plus tard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.