À si­tua­tion in­édite dans l’agriculture, plan ex­cep­tion­nel

Le pré­fet de la Loire a fait le point sur le plan de sou­tien à l’éle­vage dé­cli­né dans la Loire

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - Pierre-Oli­vier Vé­rot

2015 au­ra vrai­ment été « l’an­nus hor­ri­bi­lis » de l’agriculture. Pour la Loire par­ti­cu­liè­re­ment, qui a été confron­tée à une sé­che­resse ex­cep­tion­nelle, à l’ef­fon­dre­ment des cours sur cer­tains mar­chés - la viande bo­vine et le lait en tout pre­mier lieu - ou en­core à la fièvre ca­tar­rhale ovine. Le pré­fet de la Loire, Fabien Su­dry, l’a rap­pe­lé, il y a quelques jours, alors qu’il sou­hai­tait faire un « point d’étape » de la dé­cli­nai­son dé­par­te­men­tale du plan de sou­tien à l’éle­vage mis en place par le gou­ver­ne­ment cet été.

Le re­pré­sen­tant de l’État avait ins­tal­lé, dès le 9 juillet, avec le pré­sident de la Chambre d’agriculture, une cel­lule d’ur­gence pour suivre la si­tua­tion dans la Loire et y dé­cli­ner les me­sures. Le vo­let fi­nan­cier re­pré­sen­te­ra, au fi­nal, plus de 20 mil­lions d’eu­ros d’aides pu­bliques. « Nous sommes donc dans des mon­tants très si­gni­fi­ca­tifs » , in­dique Fabien Su­dry.

Sur­tout, cer­taines aides fi­nan­cières ( fonds d’al­lé­ge­ment des charges, prise en charge et re­port de co­ti­sa­tions so­ciales, re­struc­tu­ra­tion et « an­née blanche » pour les prêts au­près des banques, dé­grè­ve­ments d’im­po­si­tion, in­dem­ni­tés sé­che­resses…) ont bé­né­fi­cié d’un ca­rac­tère d’au­to­ma­ti­ci­té.

« Mon­sieur le pré­fet a vou­lu que les agri­cul­teurs aient une “en­trée unique” pour sol­li­ci­ter les dif­fé­rentes aides, a in­sis­té Ber­trand Du­bes­sy, chef du ser­vice agri­cole au sein de la Di­rec­tion dé­par­te­men­tale des ter­ri­toires. C’est le dos­sier FAC (fonds d’al­lé­ge­ment des charges) qui a joué ce rôle. » À ce titre, la Loire a bé­né­fi­cié d’une aide de 3,1 mil­lions d’eu­ros, soit 40 % de l’en­ve­loppe consa­crée à l’en­semble de la ré­gion Rhône­Alpes. « Cette large do­ta­tion s’ex­plique par deux fac­teurs, a pré­ci­sé le pré­fet. D’abord du fait que la Loire est un dé­par­te­ment d’éle­vage ma­jo­ri­taire. Et d’autre part parce que nous avons été tou­chés par une sé­che­resse qui n’a pas eu d’équi­valent de­puis 1947. Même en 1976, an­née qui fait ré­fé­rence en la ma­tière, la sé­che­resse n’avait pas été aus­si sé­vère. En tout cas, elle avait du­ré moins long­temps. »

Au to­tal, à la fin du plan de sou­tien ­ dont le Pre­mier mi­nistre éta­bli­ra un bi l a n à l a mi ­j an­vier ­ 90 % des agri­cul­teurs li­gé­riens ont bé­né­fi­cié d’une ou plu­sieurs me­sures d’ur­gence. Et tous les pro­prié­taires concer­nés par les ca­la­mi­tés fe­ront l’ob­jet d’un dé­grè­ve­ment au­to­ma­tique, c’est­à­dire sans avoir de dé­marche sup­plé­men­taire à ef­fec­tuer, sur leur taxe sur le fon­cier non­bâ­ti. Ils pour­ront aus­si bé­né­fi­cier de dé­grè­ve­ments sur leurs autres taxes en fonc­tion des ren­sei­gne­ments por­tés sur le dos­sier FAC.

Pa­ral­lè­le­ment, le plan de sou­tien dé­ve­loppe des me­sures à plus long terme vi­sant à di­mi­nuer la fra­gi­li­té des ex­ploi­ta­tions. Le contrôle ac­cru de la tra­ça­bi­li­té de la viande de porc, la pro­mo­tion des cir­cuits courts dans la res­tau­ra­tion col­lec­tive et le sou­tien aux exportations en font par­tie.

En­fin, le pré­fet a an­non­cé qu’il avait l’in­ten­tion de re­lan­cer un dos­sier en souf­france de­puis plu­sieurs an­nées dans la Loire, à sa­voir ce­lui de la res­source en eau pour les agri­cul­teurs. La créa­tion de re­te­nues col­li­naires pour­rait alors être en­vi­sa­gée.

90 % des agri­cul­teurs au­ront bé­né­fi­cié d’au moins une me­sure d’ur­gence

PHO­TO D’AR­CHIVES MAR­GAUD DÉCLEMY

« RE­CORD ». Les éle­veurs de la Loire ont eu à af­fron­ter une sé­che­resse plus in­tense en­core qu’en 1976, an­née en­core dans toutes les mé­moires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.