Les Sa­veurs de l’an­née, c’est de la tarte

Coup d’es­sai réus­si pour la gamme grande dis­tri­bu­tion de l’en­tre­prise Atria ba­sée à Souzy

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Monts Du Lyonnais - Vi­cken Kar­kouk­li vi­cken.kar­kouk­li@cen­tre­france.com

L’en­tre­prise Atria, ba­sée à Souzy, a re­çu pour la deuxième an­née consé­cu­tive le pré­cieux ma­ca­ron Sa­veur de l’an­née. Dé­cryp­tage d’un suc­cès.

Pour les tar­te­lettes et pré­pa­ra­tions Les Frères Cher­blanc, le ma­ca­ron des Sa­veurs de l’an­née ob­te­nu deux an­nées de suite est for­cé­ment vec­teur de vi­si­bi­li­té.

L’en­tre­prise ma­nienne Atria dont dé­coule la marque fa­brique de­puis plus de vingt ans des pré­pa­ra­tions cu­li­naires des­ti­nées aux pro­fes­sion­nels.

En choi­sis­sant de dé­cli­ner ses pro­duits pour la grande consom­ma­tion, les deux frères qui gèrent l’af­faire n’ont rien lais­sé au ha­sard. Dé­cryp­tage en trois points.

1 Les Frères Cher­blanc, deux per­son­na­li­tés cha­leu­reuses et ras­su­rantes. Elles ont dé­ci­dé­ment le vent en poupe, ces marques sans pré­ten­tion qui portent le nom de leurs créa­teurs. Il y avait Mi­chel & Au­gus­tin, Charles et Alice, et Les Frères Cher­blanc ne font pas ex­cep­tion. La per­son­ni­fi­ca­tion per­met une iden­ti­fi­ca­tion claire et ras­su­rante, et crée une plus grande proxi­mi­té avec le consom­ma­teur. Dans le cas pré­sent, l’iden­ti­té n’est pas usur­pée puis­qu’Ér ic et Franck Cher­blanc sont bel et bien les deux per­son­nages to­qués qui s’af­fichent sur le pa­cka­ging des pro­duits. Ils se dé­fi­nissent sur leur site In­ter net comme « deux gour ­ mands pas­sion­nés et fer­vents dé­fen­seurs à la fois d’une cui­sine ra­pide et fa­cile, tout en res­tant saine et créa­tive ». Tout est dit.

2 Un cô­té « tra­di » qui fait vendre. Pas­sée la fo­lie des maca­ rons, on ob­serve au­jourd’hui un re­tour à des pâ­tis­se­ries plus tra­di­tion­nelles. La France res­sort ses va­leurs sûres : l’éclair, le mil­le­feuille, le chou à la crème et, bien sûr, la tarte. Les kits à tar­te­lettes des Frères Cher­blanc sont donc tom­bés à point nom­mé. Et force est de consta­ter que tant au ni­veau du concept que du pa­cka­ging, ils sont un sa­vant mé­lange de tra­di­tion et de mo­der­ni­té. En somme, une tra­di­tion vers la­quelle les jeunes sont prêts à se tour­ner, comme l’at­teste aus­si le suc­cès des émis­sions cu­li­naires, Le Meilleur Pâ­tis­sier de M6 en tête. La mo­der­ni­té est an­crée par le cô­té par­ti­ci­pa­tif de l’ex­pé­rience cu­li­naire, en­cou­ra­gé par le site In­ter­net et la pré­sence du pro­duit sur les ré­seaux so­ciaux. Le cô­té « tra­di » , lui, est ap­puyé par la men­tion « Re­cettes de fa­mille » qui ac­com­pagne le nom de la marque.

3 Le « faire soi-même sans trop en faire » . Avec leur kit de pâ­tis­se­rie, Les Frères Cher­blanc laissent au consom­ma­teur les tâches les plus agréables de la pré­pa­ra­tion cu­li­naire : l’as­sem­blage, la cuis­son et la dé­gus­ta­tion. Les fonds de tar­te­lettes peuvent être agré­men­tés de fruits frais ou cuits, de curd ou de confi­ture, de pé­pites de cho­co­lats et autres. Les pâtes fon­cées dans leur pe­tit moule in­di­vi­duel peuvent même ac­cueillir des pré­pa­ra­tions sa­lées. La cuis­son at­tise quant à elle la gour­man­dise et crée l’im­pa­tience.

En jouant la carte de l’en­tre­deux, entre ar­ti­sa­nat et grande dis­tri­bu­tion, tra­di­tion et mo­der­ni­té, prêt­à­man­ger et à faire soi­même, Les Frères Cher­blanc conjuguent le meilleur de deux mondes et pro­posent un pro­duit lu­dique et ré­so­lu­ment dans l’air du temps.

Où les trou­ver ? En grandes sur­faces et su­per­mar­chés. 2 € pour 4 tar­te­lettes à gar­nir, 3,30 € pour les pré­pa­ra­tions co­co et aman­dine.

PHO­TO V. K. (SER­VIETTES FRAN­ÇOIS PA­VIOT)

GOUR­MANDS. Les Frères Cher­blanc pro­posent éga­le­ment des kits de pré­pa­ra­tion de tar­te­lettes au ci­tron et au cho­co­lat.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.