Jean Veillet bles­sé, ses doutes, ses espoirs et son chal­lenge

Mont­bri­son re­çoit le Puy­en­Ve­lay sa­me­di (20 heures) pour la re­prise du cham­pion­nat

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

L’in­té­rieur du Bas­ket club de Mont­bri­son (BCM) a été opé­ré du ge­nou gauche. Jean Veillet avoue avoir connu « des mo­ments de doute » et s’être « po­sé des ques­tions » sur son ave­nir. Mais il ne songe main­te­nant qu’à une seule chose : re­trou­ver les par­quets avant la fin de la sai­son.

Il y a eu le centre de for­ma­tion de Cho­let, la pre­mière ex­pé­rience à Évreux, le pas­sage à An­gers et puis la ve­nue à Mont­bri­son, en 2014. Dé­sor­mais, le cur­ri­cu­lum vi­tae de Jean Veillet porte aus­si trace d’une bles­sure…

Opé­ré le 24 dé­cembre

Tou­ché sur un choc lors du match face à Nord Ar­dèche, le 19 dé­cembre der­nier, l’in­té­rieur du Bas­ket club de Mont­bri­son ( BCM) a su­bi une in­ter­ven­tion chi­rur­gi­cale pour une rup­ture du li­ga­ment la­té­ral in­terne (LLI) du ge­nou gauche. « Au­jourd’hui, je re­la­ti­vise car j’ai com­pr is que ce­la au­rait pu être beau­coup plus grave » , ex­plique un joueur qui a été opé­ré par le doc­teur Florent De­langle, le 24 dé­cembre.

Le len­de­main, il quit­tait l’Hô­pi­tal pri­vé de la Loire ( HPL) à Saint­Étienne, le mo­ral en berne mais avec la cer­ti­tude d’être pas­sé entre de bonnes mains. « C’est dans des mo­ments comme ça que tu ap­pré­cies d’être dans un club struc­tu­ré, pour­suit Jean Veillet. Guillaume ( Pons, son en­traî­neur, gra­ve­ment bles­sé à deux re­prises au cours de sa propre car­rière, N. D. L. R) m’a conseillé et ob­te­nu le ren­dez­vous très vite. C’est au­tant de temps de ga­gné sur la ré­édu­ca­tion. »

Et le re­tour sur les par­quets car l’in­té­rieur mont­br ison­nais s’est fixé un chal­lenge : re­jouer avant la fin de la sai­son, mi­mai. Le mo­ral est re­ve­nu même si le joueur re­con­naît que ce n’est pas tou­jours fa­cile. « Je me suis po­sé beau­coup de ques­tions, c’est vrai, avoue le Bres­sui­rais de nais­sance. C’est mon ou­til de tra­vail qui a été tou­ché. C’est dou­ble­ment frus­trant car j’avais dé­jà été bles­sé à une che­ville cette sai­son. À chaque fois, j’ai cette im­pres­sion d’aban­don­ner l’équipe alors que le coach a be­soin de tout le monde. »

Ar­naud Ma­cha­bère suit sa ré­édu­ca­tion

Pour lut­ter contre le doute, Jean Veillet s’as­treint à une ré­édu­ca­tion quo­ti­dienne sous la hou­lette d’Ar­naud Ma­cha­bère. L’ex­pé­rience et le sa­voir­faire du ki­né­si­thé­ra­peute mont­bri­son­nais vont consis­ter à ac­com­pa­gner le re­tour du joueur tout en tem­pé­rant son dé­sir, lé­gi­time, de re­prendre l’exer­cice de son mé­tier au plus vite. « Le dé­lai de ci­ca­tri­sa­tion est de trois mois mi­ni­mum, a dé­jà ex­pli­qué le pra­ti­cien à un pa­tient très à l’écoute. Après, tout dé­pen­dra de l’évo­lu­tion de son ar­ti­cu­la­tion. »

Deux se­maines et de­mie après l’opé­ra­tion, Jean Veillet marche sans at­telle, ni bé­quille. Et il plie dé­jà as­sez lar­ge­ment son ge­nou. « C’est tout l’in­té­rêt d’une in­ter­ven­tion ra­pide », pré­cise Ar­naud Ma­cha­bère qui a pré­vu un pro­gramme de re­pr ise pro­gres­sive à base de mas­sages, de phy­sio­thé­ra­pie, d’exer­cices d’ap­pui et de mus­cu­la­tion.

Jean Veillet consacre une heure par jour à cette ré­édu­ca­tion avant de re­joindre la salle de mus­cu­la­tion du BCM. Il as­siste aus­si à tous les en­traî­ne­ments même si, là en­core, ce n’est pas fa­cile de re­gar­der les co­équi­piers en­chaî­ner les mou­ve­ments alors que lui est im­mo­bi­li­sé. « Par­fois, j’ai­me­rais cou­per un peu mais je suis content aus­si de par­ti­ci­per à la vie de l’équipe. Ce n’est pas parce que je ne peux pas jouer que je ne fais plus par­tie du groupe. »

« L’im­pres­sion d’aban­don­ner l’équipe alors que le coach a be­soin de tout le monde »

Après un court sé­jour en fa­mille, à Cho­let, au­to­ri­sé par le BCM, le joueur se pré­pare à vivre son pre­mier match dans les tri­bunes de la salle Jean­Pier­reC­her­blanc, sa­me­di, face au Pu y­en­ Ve­lay .« Ce match et le sui­vant à Tou­louges sont deux oc­ca­sions de faire bas­cu­ler notre sai­son, mi­ti­gée jusque­là, dans le po­si­tif, es­time un in­té­rieur qui de­meure am­bi­tieux. Il faut en­chaî­ner sans ou­blier que la Coupe de France peut aus­si nous rap­por­ter des points. »

Jean Veillet, bles­sé, tou­ché mais pas cou­lé.

RÉ­ÉDU­CA­TION. Jean Veillet a ren­dez-vous tous les jours chez son ki­né­si­thé­ra­peute, Ar­naud Ma­cha­bère.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.