Ophé­lie va-t-elle ga­gner ?

Miss Pres­tige Loire Fo­rez se pré­pare pour la fi­nale na­tio­nale

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - Au­ré­lie Mar­cha­dier au­re­lie.prud­homme@cen­tre­france.com

Der­nière ligne droite pour la pré­ten­dante au titre de Miss Pres­tige na­tio­nal. Sa­me­di, Ophé­lie Lu­ce­ron ten­te­ra de briller au ga­la al­sa­cien pour re­vê­tir la pré­cieuse cou­ronne.

Dans une bulle. De­puis qu’elle a pr is son train en di­rec­tion de Mul­house il y a une se­maine, Ophé­lie est dans un autre monde, her­mé­tique et se­cret. Fait de strass et de paillettes. Entre shoo­ting pho­tos, vi­déo et ré­pé­ti­tions, la Noaille­rotte de 19 ans pré­pare, comme 28 autres pré­ten­dantes, le ga­la qui sa­cre­ra Miss Pres­tige na­tio­nal. L’abou­tis­se­ment d’un par­cours pour ces can­di­dates.

En re­pré­sen­ta­tion dans des évé­ne­ments lo­caux

Après son sacre en juillet à la Halle Va­che­resse de Roanne, Ophé­lie a ga­gné son ti­cket pour cette grande fi­nale, en sep­tembre der­nier, en de­ve­nant Miss Pres­tige Loire Fo­rez. Elle ten­te­ra à nou­veau de briller ce sa­me­di à Soulz­ matt en Al­sace. En robe folk­lo­rique, de soi­rée ou en maillot de bain une pièce, cha­cun de ses pas­sages se­ra scru­té. « Ces ta­bleaux, c’est ce qui me stresse le plus » , confie l’étu­diante en BTS ma­na­ge­ment des uni­tés com­mer­ciales. Une ap­pré­hens io n qu i va c re sc e n d o de­puis ses pre­miers pas en Roan­nais. « Quand je me suis lan­cée dans cette aven­ture, c’était avant tout pour prendre confiance en moi. Me prou­ver que je pou­vais réus­sir. J’ai réel­lem en t co m m e n c é à me mettre la pres­sion au concours Loire Fo­rez ».

« Les 3/ 4 des filles se pré­sentent pour dé­pas­ser leur ti­mi­di­té, confirme Mé­la­nie Des­biolles, du co­mi­té Miss Pres­tige. C’est une sorte de dé­fi à re­le­ver. Une fois élues, on est là pour le s so u t e n i r, les épau­ler et les gui­der no­tam­ment pour les re­pré­sen­ta­tions pu­bliques. Ce n’est pas for­cé­ment évident, sur­tout à cet âge. » Du Té­lé­thon aux re­mises lo­cales de prix cy­clistes, Ophé­lie a par­ti­ci­pé à une di­zaine de ren­dez­vous ces der­niers mois. « J’ai ap­pris beau­coup de choses. Ce concours, ce n’est pas qu’une ques­tion de beau­té, in­siste­t­elle. C’est une fa­çon de re­pré­sen­ter sa ré­gion avec di­gni­té, de ren­con­trer de nou­velles per­sonnes, de s’ou­vrir à d’autres mi­lieux » . Une vraie évo­lu­tion. La jeune femme com­men­ce­rait même à prendre plai­sir aux séances pho­tos, là où elle hé­si­tait à po­ser jus­qu’alors.

Ce qui peut faire la dif­fé­rence pour Ophé­lie : « Une es­pèce de can­deur qui fait tout son charme. Sa gen­tillesse et sa dou­ceur. Elle est très par­ti­ci­pa­tive ». « Je suis dé­ter­mi­née. Je n’ai pas fait tout ça pour rien. J’ e s p è re bi e n ram en e r l’écharpe, confie cette der­nière. Mais quelle que soit l’is­sue de cette soi­rée, je res­te­rai contente de cette aven­ture ».

« Ce concours, ce n’est pas une ques­tion de beau­té mais une fa­çon de s’ou­vrir »

PHO­TO : VIVISTOUCH

PA­RÉE. Ophé­lie lors des es­sayages de robes pour l’élec­tion Miss Pres­tige na­tio­nale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.