La pas­sion du la­pin géant pa­pillon

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Forez Sud -

De­puis 35 ans, Mi­chel Jul­lien a une pas­sion pour les la­pins. Mais at­ten­tion, pas n’im­porte les­quels : il s’agit de la­pins géants pa­pillons qu’il em­mène en concours. « Je rentre jus­te­ment d’un concours qui s’est dé­rou­lé à Ne­vers, confie­t­il. J’avais em­me­né dix bêtes et je re­viens avec trois prix d’hon­neur, deux pre­miers prix et quatre se­conds prix, avec des notes de 97 points sur 100 ».

Les cri­tères pour de­ve­nir cham­pionne

Mais ce dont l’éle­veur est le plus fier, c’est du titre de cham­pionne rem­por­tée par l’une de ses pe­tites pro­té­gées noir et blanc. L’ani­mal, âgé de 9 mois, a été no­té par deux juges sur son as­pect gé­né­ral, son poids de 7,3 kg, ses yeux et ses oreilles. Sa four­rure blanche mou­che­tée avec une ligne dor­sale noire de 3 cm de la tête à la queue a été ju­gée ex­cel­lente, rem­por­tant la note de 19. Ce n’est donc pas un ha­sard si le Pon­tram­ber­tois a aus­si­tôt re­çu une pro­po­si­tion d’achat pour sa su­perbe la­pine, qui par­ ti­ra peut­être vivre sa vie de re­pro­duc­trice en Po­logne.

Avant ce concours, Mi­chel Jul­lien s’était fait re­mar­quer à Metz, dans une ex­po­si­tion eu­ro­péenne. « J’avais ra­me­né trois prix dont un d’hon­neur, un pre­mier et un se­cond prix » . Et de pour­suivre : « J’ai com­men­cé à m’oc­cu­per de cette race en 1981. Je me plais à vou­loir les amé­lio­rer. Je suis as­sez sé­vère et je ne garde que quatre pe­tits sur une ni­chée, car plus ils prennent de lait quand ils sont jeunes, plus ils gagnent en ga­ba­rit ».

Pour nour­rir son pe­tit monde, il puise dans la pro­duc­tion de son jar­din. Afin d’ha­bi­tuer ses plus beaux spé­ci­mens aux ta­ bles de concours, l’an­cien jar­di­nier les sort de fa­çon ré­gu­lière de leur cage. « Avant les concours, je les brosse tous les jours, je leur coupe les ongles et net­toie les oreilles. Tous sont vac­ci­nés sys­té­ma­ti­que­ment entre le 15 mai et le 15 août ».

Ins­tal­lé au Ré­gent, à la li­mite de la ville, Mi­chel Jul­lien, au­jourd’hui veuf, aime être de­hors au con­tact de la na­ture. S’il voyage à tra­vers la France, c’est uni­que­ment pour vivre sa pas­sion. « La plus belle ré­com­pense qui m’a été at­tri­buée pour le meilleur su­jet de l’ex­po­si­tion est un vase de Sèvre, re­mis à Is­soire en 2007 et of­fert par le pré­sident de la Ré­pu­blique. Mais ce que je vise sur­tout, c’est le grand prix d’éle­vage ; j’en ai ob­te­nu un en 2014, tan­dis qu’en 2012, j’avais rem­por­té un titre de cham­pion de France d’éle­vage à SaintJouin­Bru­ne­val ».

JO­LI GA­BA­RIT.

Mi­chel Jul­lien et sa cham­pionne de 7,3 kg.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.