200 places, deux sites et des in­quié­tudes

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Pays D'astrée - Jean-Fran­çois Ver­net

En évo­quant la nou­velle confi­gu­ra­tion du Ca­da ( Centre d’ac­cueil des de­man­deurs d’asile), ven­dre­di 22 jan­vier en sous­pré­fec­ture de Mont­bri­son, le pré­fet de la Loire, Fabien Su­dry, a par­lé de « contri­bu­tion à l’ef­fort na­tio­nal ». Le dé­par­te­ment de la Loire va faire pas­ser son nombre de places d’hé­ber­ge­ments pour de­man­deurs d’asile de 1.025 à 1.075, dans le cou­rant de l’an­née 2016. Pour une ques­tion « d’équi­libre ter­ri­to­rial » , le pré­fet s’est concen­tré sur le pays d’As­trée pour créer cette cin­quan­taine de places sup­plé­men­taires.

L’ an­cien hô­pi­tal de Boën­sur­Lignon, qui abrite de­puis 2013 un Ca­da pou­vant ac­cueillir jus­qu’à 150 ré­fu­giés, va connaître une forte re­struc­tu­ra­tion (voir notre édi­tion du 14 jan­vier). Le site ne dis­po­se­ra plus, à terme, que d’une cen­taine de places. L’autre par­tie du Ca­da, sus­cep­tible d’ac­cueillir entre 80 et 100 de­man­deurs d’asile, se­ra ba­sée à SaintT­hu­rin, vil­lage de 188 ha­bi­tants ( non des­ser­vi par la SNCF et do­té d’un seul com­merce mul­ti­ser­vices). Une dé­ci­sion que le maire, Ch­ris­tian Pa­tard, juge « in­ac­cep­table ».

« On est 65 ha­bi­tants dans le bourg, ima­gi­nez le dés­équi­libre. Cer­tains disent que nous sommes ra­cistes, mais pas du tout. On n’est pas hos­tiles à l’idée d’hé­ber­ger des de­man­deurs d’asile. On veut bien ac­cueillir quatre ou cinq fa­milles mais pas 100 per­sonnes. C’est une dé­ci­sion uni­la­té­rale de la part du pré­fet, pa­ra­chu­té dans le dé­par­te­ment et qui n’a ja­mais été élu » , s’agace l’édile. Pour ar­gu­men­ter ce choix, Fabien Su­dry as­sure que « plu­sieurs pistes de ré­flexion ont été me­nées. Il se trouve qu’il y a un en­semble de bâ­ti­ments qui ac­cueille au­jourd’hui un col­lec­tif de jeunes en dif­fi­cul­té : l’Itep ( Ins­ti­tut thé­ra­peu­tique, édu­ca­tif et pé­da­go­gique) Ro­bert­An­gla­ret, à SaintT­hu­rin. Cet éta­blis­se­ment de 80 places a pré­vu de dé­mé­na­ger sur la com­mune de Mon­trond­les­Bains. Ces lo­caux se­ront donc libres à l’ho­ri­zon 2018. » Pro­blème, le Ca­da doit pou­voir ac­cueillir les 200 de­man­deurs d’asile d’ici la fin de l’an­née 2016.

Les en­fants sco­la­ri­sés à Boën… au dé­part

D’ici là, la com­mune de Boën­sur­Lignon va pro­po­ser d’hé­ber­ger la tren­taine d’ado­les­cents en dif­fi­cul­té de l’Itep. « Nous avons deux pistes de ré­flexion à ce jour mais rien n’est en­core tran­ché » , a pré­ci­sé le maire, Pier­reJean Ro­chette. Ce dé­mé­na­ge­ment, très ra­pide, n’est pas du goût du per­son­nel (voir en­ca­dré), in­quiet des consé­quences sur le com­por­te­ment des jeunes.

Si le Ca­da se­ra sé­pa­ré en deux sites, il sem­ble­rait que l’as­so­cia­tion Pier­reVal­do, qui s’oc­cupe du centre de Boën de­puis l’ori­gine, soit ame­née à conser­ver la ges­tion to­tale. Les en­fants de de­man­deurs d’asile se­ront, dans un pre­mier temps, sco­la­ri­sés à Boën. Ils de­vraient, dans un se­cond temps, in­té­grer le RPI ( Re­grou­pe­ment pé­da­go­gique in­ter­com­mu­nal) de Saint­Di­dier­sur­Rochefort.

« On veut bien ac­cueillir 4 ou 5 fa­milles, mais pas 100 per­sonnes »

AN­NONCE. Le pré­fet de la Loire, Fabien Su­dry (au centre), ac­com­pa­gné par le sous-pré­fet An­dré Ca­ra­va (à d.) et Di­dier Cou­teau, di­rec­teur dé­par­te­men­tal de la co­hé­sion so­ciale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.