Sur le pa­vé

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Zapping -

La mo­bi­li­sa­tion n’était pas au ren­dez-vous ce mar­di ma­tin. Seul un pe­tit mil­lier de fonc­tion­naires li­gé­riens est des­cen­du dans la rue pour ré­cla­mer la re­va­lo­ri­sa­tion du point d’in­dice. En clair une aug­men­ta­tion de sa­laire. Il faut croire que les sem­pi­ter­nels ar­gu­ments des syn­di­cats (aban­don des « ré­formes de ré­gres­sion », créa­tion d’em­plois et le très ima­gi­na­tif « stop à la pré­ca­ri­té ») ont fi­ni par heur­ter le mur des réa­li­tés. Dif­fi­cile de sus­ci­ter la com­pas­sion quand on a la sé­cu­ri­té de l’em­ploi. Très dif­fi­cile de jus­ti­fier une grève quand le sa­laire net moyen équi­valent temps plein d’un agent de la fonc­tion pu­blique d’État s’élève à 2.469 eu­ros par mois (chiffres In­see 2013). Sa­chant que toute aug­men­ta­tion de re­ve­nus se tra­dui­ra né­ces­sai­re­ment par une aug­men­ta­tion d’im­pôts de ses pe­tits ca­ma­rades… (Le gel du point d’in­dice au­rait per­mis d’éco­no­mi­ser sept mil­liards d’eu­ros en cinq ans se­lon la mi­nistre de la fonc­tion pu­blique, Ma­ry­lise Le­bran­chu). On se ré­jouit, à titre de sa­la­rié du pri­vé, que nos amis du pu­blic aient re­non­cé à battre le pa­vé, qui plus est « en notre nom ». Nous vi­vons une pé­riode de crise. Les sa­laires di­mi­nuent sous le poids des co­ti­sa­tions so­ciales, voire stag­nent pour les chan­ceux ti­tu­laires d’un em­ploi quand le chô­mage touche 3,5 mil­lions de per­sonnes en France. Tout le monde rêve de jours meilleurs, de ren­trées fi­nan­cières, de crois­sance à deux chiffres. Mais la hausse du pou­voir d’achat ne se dé­crète pas. Elle se construit au­tour d’une table au­tour des grands en­jeux que consti­tue par exemple la ré­forme du code du tra­vail. Deux slo­gans et vingt dra­peaux n’y suf­fi­ront pas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.