Le pas­sa­ger éjec­té du vé­hi­cule

Deux bles­sés lors d’une sor­tie de route fin 2014

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Faits Divers - Justice - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

« J’ai pris des risques que je n’au­rais pas dû prendre »

Pri­son avec sur­sis pour un homme qui avait per­du le contrôle de son vé­hi­cule sur la route entre Bois­set-SaintP­riest et Mar­ge­rie-Chan­ta­gret alors qu’il se ren­dait chez une amie pour pour­suivre une soi­rée d’an­ni­ver­saire dé­jà bien ar­ro­sée. Son pas­sa­ger avait été griè­ve­ment bles­sé.

Il n’en fait ni trop, ni pas as­sez. Pas très di­sert, me­su­ré mais ma­ni­fes­te­ment par­fai­te­ment conscient de l’er­reur qu’il a faite et des dou­lou­reuses consé­quences phy­siques que ce­la a en­traî­nées chez son ami qu’il n’a « plus re­vu de­puis long­temps ».

Pas de cein­ture pour le pas­sa­ger

Ce tren­te­naire, né à Mont­bri­son et do­mi­ci­lié à Saint­Tho­mas­la­Garde, com­pa­raît pour bles­sures in­vo­lon­taires et conduite d’un vé­hi­cule sous l’em­pire d’un état al­coo­lique, à une vi­tesse ex­ces­sive mu­ni de pneu­ma­tique lisse, dé­chi­ré ou dont la toile est ap­pa­rente. Le non port de la cein­ture de sé­cu­ri­té, avoué dans un pre­mier temps mais fi­na­le­ment contes­té au cours de l’ins­ truc­tion ain­si que le dé­faut de carte grise, sont pra­ti­que­ment des anec­dotes dans ce dos­sier.

Il pleut ce 15 no­vembre 2014 en dé­but de soi­rée quand un homme au vo­lant d’une Peu­geot 309 perd le contrôle de sa voi­ture à la sor­tie d’un vi­rage, sur la Dé­par­te­men­tale 102, entre Saint­Mar­cel­li­nen­Fo­rez et Mar­ge­rieC­han­ta­gret. Le vé­hi­cule quitte la chaus­sée. Sous la vio­lence du choc qui va suivre, le pas­sa­ger est éjec­té de l’ha­bi­tacle. Il n’avait pas bou­clé sa cein­ture de sé­cu­ri­té. Les deux hommes n’avaient que quelques ki­lo­mètres à par­cou­rir entre une salle des fêtes com­mu­nale et le do­mi­cile d’une amie qui a pro­po­sé à quelques per­sonnes de pour­suivre sa soi­rée d’an­ni­ver­saire à son do­mi­cile.

Un trau­ma­tisme de la mâ­choire

L’ac­ci­dent fait deux bles­sés dont un grave. Plus d’un an après les faits, l’état du pas­sa­ger du vé­hi­cule n’est tou­jours pas conso­li­dé. Il boite, il a per­du toute l’am­pli­tude de mou­ve­ment de son bras gauche, il porte de mul­tiples ci­ca­trices phy­siques dont plu­sieurs au vi­sage après une chi­rur­gie de la man­di­bule. Il fau­dra at­tendre deux ans avant de dres­ser un bi­lan de san­té dé­fi­ni­tif. Il a dû ob­ser­ver six mois d’ar­rêt de tra­vail.

Le choc psy­cho­lo­gique a éga­le­ment été dou­lou­reux. Pour les deux oc­cu­pants à en croire le té­moi­gnage du conduc­teur à la barre du tri­bu­nal. Chez lui, les tests ont ré­vé­lé un taux d’al­coo­lé­mie de 1,33 gramme par litre de sang. Outre une carte grise non conforme, il cir­cu­lait trop vite compte te­nu des condi­tions de cir­cu­la­tion et avec un pneu lisse.

« Ce fut un mau­vais concours de cir­cons­tances », com­mence ma­la­droi­te­ment le Tho­ma­sien. « Par­don ? », le coupe Fran­çois Bou­riaud. Le pré­sident n’a pas be­soin d’al­ler plus loin, le pré­ve­nu a com­pris. « J’ai pris des risques que je n’au­rais pas dû prendre, re­prend­il. J’au­rais pu tuer mon ami. Je lui ai bou­sillé sa vie. Il a per­du son bou­lot et au­jourd’hui, il souffre d’une mo­bi­li­té ré­duite. Je m’en veux. » Court si­lence avant que la pa­role ne soit don­née au re­pré­sen­tant du mi­nis­tère pu­blic. La vic­time ne s’est pas por­tée par­tie ci­vile.

Per­mis an­nu­lé ?

« La fête, tou­jours la fête, dé­plore Mi­chel Ré­gnier, cette vio­la­tion so­len­nelle de l’in­ter­dit di­sait le père de la psy­cha­na­lyse, et voi­là votre in­for­tu­né com­pa­gnon de route qui se re­trouve vic­time de votre af­freux pro­blème de com­por­te­ment. Le ma­gis­trat re­quiert trois mois de pri­son avec sur­sis, une sus­pen­sion du per­mis de conduire pen­dant un an et 100 eu­ros d’amende pour la contra­ven­tion.

Le tri­bu­nal sui­vra les prin­ci­pales ré­qui­si­tions du sub­sti­tut du pro­cu­reur de la ré­pu­blique, re­laxe­ra le pré­ve­nu pour le non­port de la cein­ture fi­na­le­ment contes­té mais pro­non­ce­ra 700 eu­ros d’amende au to­tal. « Je pré­cise que huit points de­vraient vous être re­ti­rés sur votre per­mis, ajoute Fran­çois Bou­riaud. Peut­être ce­la en­traî­ne­rat­il une an­nu­la­tion… » Un nou­veau dé­tail dans ce drame de la route.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.