Lu­cie Car­lier as­sume son sta­tut et garde confiance pour le main­tien

Les Mont­bri­son­naises re­çoivent Lan­der­neau sa­me­di (20 heures) salle Jean­Pierre­Cher­blanc

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Comme ses co­équi­pières du bas­ket club de Mont­bri­son fé­mi­nin (BCMF), l’in­té­rieure nor­diste a vé­cu un dé­but de sai­son dé­li­cat. La trêve en fa­mille a re­vi­go­ré la Dun­ker­quoise qui veut ar­ra­cher le main­tien.

«La dé­faite à Stras­bourg a été un élec­tro­choc. J’ai fait une er­reur qui a en­traî­né cet échec (62­61, N.D.L.R.). Je n’étais vrai­ment pas bien. Le sé­jour chez moi, en fa­mille, m’a fait beau­coup de bien. J’ai to­ta­le­ment dé­con­nec­té du bas­ket. Quand je suis re­ve­nue, je me suis dit : “Main­te­nant, ça suf­fit. Ça ne peut pas du­rer comme ça. Il faut faire plus.” Et fran­che­ment, je me sens beau­coup mieux. »

Brillante puis to­ta­le­ment dé­pas­sée

À quelques jours d’ac­cueillir Lan­der­neau pour la 15e jour­née de Ligue 2, Lu­cie Car­lier est apai­sée. Bien en­ten­du, elle est, comme toutes les filles du BCMF, pré­oc­cu­pée par la place de re­lé­gable du club mais elle a aus­si le sen­ti­ment qu’elle et toutes les Mont­bri­son­naises ont pro­gres­sé. Quelques chiffres cor­ro­borent son im­pres­sion.

Brillante pour ses re­trou­vailles avec Dun­kerque (24 points, 22 d’éva­lua­tion), mi­dé­cembre dans le Fo­rez, Lu­cie Car­lier a lit­té­ra­le­ment plon­gé une se­maine plus tard, à Stras­bourg (3 points, 5 d’éva­lua­tion). Les stats de la Nor­diste sont de­puis re­par­ties à la hausse mais elle a conscience qu’elle peut et qu’elle doit faire mieux comme le ré­cla­mait Co­rinne Be­nin­ten­di, sa coach, dans nos co­lonnes ( voir notre édi­tion du 24 dé­cembre).

Cette pres­sion et les res­pon­sa­bi­li­tés plaisent à une jeune femme de 25 ans qui a pra­ti­que­ment une dé­cen­nie de bas­ket de haut ni­veau der­rière elle. C’est jus­te­ment parce qu’elle ne vou­lait plus être « la pe­tite jeune qui joue quelques mi­nutes et fait de bons écrans », qu’elle a choi­si de quit­ter Dun­kerque et son Nord na­tal en 2012, où elle a dé­cou­vert la L 2 à 16 ans. À l’époque, une de ses co­équi­pières, ukrai­nienne, la met en con­tact avec son agent. Lu­cie Car­lier re­joint alors Kiev et plonge dans l’in­con­nu.

Un an en Ukraine

« Une ex­pé­rience hu­maine ex­trê­me­ment en­ri­chis­sante », es­time l’in­té­rieure du BCMF qui, en re­vanche, avoue que sur le plan spor­tif, l’an­née, mar­quée par un chan­ge­ment de

club (elle a quit­té le Dynamo et a in­té­gré Re­gi­na Bar,

N.D.L.R.), a été beau­coup moins pro­fi­table. « C’était du ni­veau de N2­N1. J’avais très en­vie de ren­trer », se sou­vient celle qui s’en­gage à Poin­çon­net, en Na­tio­nale 2. C’est là qu’elle se­ra re­pé­rée par Co­rinne Be­nin­ten­di.

Lu­cie Car­lier ne re­grette pas son choix. « J’ai l’im­pres­sion de re­trou­ver ici l’at­mo­sphère du Nord. Les gens m’ont tout de suite bien ac­cueillie. » Libre à la fin de la sai­son, elle se ver­rait bien pour­suivre son sé­jour dans le Fo­rez. Mais elle ne pré­sage de rien. Tout ne dé­pend pas d’elle. La prio­ri­té, c’est d’ob­te­nir le main­tien du BCMF. Après…

CADRE. Lu­cie Car­lier tourne à 14,5 points de moyenne par match cette sai­son et joue plus d’une de­mi-heure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.