Plus de classes pour un ef­fec­tif stable

L’ins­pec­tion aca­dé­mique va fer­mer 21 classes et en ou­vrir 25 dans le pre­mier de­gré, en sep­tembre

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - Jean-Fran­çois Ver­net jean-fran­cois.ver­net@cen­tre­france.com

Le con­seil dé­par­te­men­tal de l’Édu­ca­tion na­tio­nale a li­vré son ver­dict. Lors de la ren­trée pro­chaine, les écoles de la Loire dis­po­se­ront de quatre classes sup­plé­men­taires dans le pre­mier de­gré, pour ac­cueillir un nombre d’élèves qua­si équi­valent. SaintÉ­tienne va bé­né­fi­cier de ces me­sures, tan­dis que trois classes de­vraient fer­mer dans l’ar­ron­dis­se­ment de Mont­bri­son.

La ten­dance se confirme. De­puis 2013, le dé­par­te­ment de la Loire voit le nombre d’ins­ti­tu­teurs et de classes aug­men­ter d’an­née en an­née alors que dans le même temps, l’ins­pec­tion aca­dé­mique constate une sta­bi­li­sa­tion des ef­fec­tifs dans le pre­mier de­gré ( ma­ter­nelle et pri­maire). Se­lon les pré­vi­sions, 61.509 élèves de­vraient oc­cu­per les classes li­gér iennes en sep­tembre 2016. 39 en­re­gis­trés en 2015 et aux 33 de 2014. « On peut au­jourd’hui af­fir­mer que le nombre de pro­fes­seurs par élève de­vient confor­table », sou­ligne l’ins­pec­teur d’aca­dé­mie, JeanPierre Ba­tailler, qui an­nonce une moyenne dé­par­te­men­tale de 25 élèves par classe.

Trois fer­me­tures dans l’ar­ron­dis­se­ment de Mont­bri­son

L’ins­pec­teur d’aca­dé­mie a éga­le­ment an­non­cé une évo­lu­tion po­si­tive de quatre classes à la ren­trée 2016, por­tant le to­tal à 2.548 ( contre 2.498 en 2012). Au re­gard de l’évo­lu­tion des ef­fec­tifs dans chaque ar­ron­dis­se­ment, c’est sur­tout Saint­Étienne qui va bé­né­fi­cier des créa­tions de postes. Les ef­fec­tifs passent de 31.850 élèves dans le pre­mier de­gré en 2014 à une pré­vi­sion de 32.347. Sur les 25 ouvertures an­non­cées, huit sont pré­vues dans les écoles de la pré­fec­ture li­gé­rienne.

A contra­rio, les ef­fec­tifs dans l’ar­ron­dis­se­ment de Mont­bri­son de­vraient pas­ser de 16.281 à 16.189. Une baisse sen­sible, qui se concré­ti­se­ra en sep­tembre par la fer­me­ture de trois classes à l’école ma­ter­nelle de Moingt, à Mar­coux et au sein du re­grou­pe­ment pé­da­go­gique in­ter­com­mu­nal ( RPI) de Chal­ma­zelJean­sa­gnière­Saint­Georges­en­Cou­zan. Jean­Pierre Ba­tailler ar­gu­mente ce choix : « On constate des contrastes entre les ter­ri­toires du dé­par­te­ment. La baisse des ef­fec­tifs sur l’ar­ron­dis­se­ment de Mont­bri­son se ca­rac­té­rise sur­tout dans les zones ru­rales. Et puis il y a beau­coup de couples qui ac­cèdent à la pro­prié­té et qui n’ont pas for­cé­ment d’en­fants en âge d’in­té­grer les éta­blis­se­ments de pre­mier de­gré. »

Ces fer­me­tures ont dé­jà été contes­tées par cer­tains pa­rents d’élèves, no­tam­ment à Moingt, où l’on parle d’un po­ten­tiel de 100 en­fants à la ren­trée 2016, contre 91 à l’ins­pec­tion d’aca­dé­mie. « Il y a une in­quié­tude lo­gique de cer­tains pa­rents, qui craignent de voir fer­mer une école dans une zone ru­ral e . Ma i s n o u s n e p r é ­ voyons de fer­mer au­cune école dans les an­nées à ve­nir », as­sure Jean­Pierre Ba­tailler.

Le groupe sco­laire de Moingt va éga­le­ment voir par­tir une classe d’Ulis (Uni­té lo­ca­li­sée pour l’in­clu­sion sco­laire), en place de­puis plus de 25 ans. Elle se­ra trans­fé­rée à l’école de Saint­Ro­main­le­Puy, pour une ques­tion de ré­équi­li­brage géo­gra­phique. Mo n t b r i s o n c o m p t e ra deux Ulis, à l’école du Che­min rouge et, pro­chai­ne­ment, au fu­tur site Brillié. L’af­fec­ta­tion des en­fants ha­bi­tant à SaintRo­main­le­Puy et dans les com­munes alen­tours s’en trou­ve­ra fa­ci­li­tée.

« Le nombre de pro­fes­seurs par élèves de­vient confor­table »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.