L’es­croc des lo­tos est en pri­son

Ré­mi Ja­na­cek, en ca­vale, a été in­ter­pel­lé dans le Gard

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Faits Divers - Justice - Ch­ris­tian Verdet ch­ris­tian.verdet@cen­tre­france.com

La fuite de Ré­mi Ja­na­cek a pris fin ven­dre­di 6 fé­vrier, à Saint-Gilles, où il a été in­ter­pel­lé dans la chambre d’hô­tel qu’il louait de­puis le 26 dé­cembre 2015.

Lun­di 8 fé­vrier, 14 h 26. Sur la page Fa­ce­book® « Ma i s o ù e s t d o n c Ré­mi Ja­ca­nek ? » , créée par une com­mer­çante de Tarare es­cro­quée de plu­sieurs mil­liers d’eu­ros par le truand, un mes­sage tr iom­phant : « Grande nou­velle : Ré­mi Ja­na­cek a été ar­rê­té ven­dre­di 5 fé­vrier 2016 dans le Gard, à Saint ­Gilles, grâce à Mon­sieur Joa­nin Martinez, gé­rant de l’hô­tel où il sé­jour­nait ». un concert au lac des Sa­pins à Cu­blize. Ce qui lui avait va­lu quelques dé­mê­lés avec la jus­tice en 2013.

Puis, se­lon un sys­tème bien rô­dé il avait com­men­cé à ar­na­quer les or­ga­ni­sa­teurs de lo­tos en pré­ten­dant pou­voir dis­po­ser de bons d’achat 20 % moins chers au­près de Car­re­four Mar­ket. Il de­man­dait aux as­so­cia­tions de lui avan­cer l’ar­gent pour ces bons qui de­vaient ser­vir de lots. Bien en­ten­du les vic­times n’ont ja­mais vu ar­ri­ver ces bons d’achat. Il pré­ten­dait aus­si pou­voir s’oc­cu­per de leur com­mu­ni­ca­tion. Il a ain­si gru­gé le lo­to du Sou des écoles de Char­lieu à hau­teur de 1.000 €, la Cho­rale de Roanne de 9.000 €, le v é l o ­c l u b d e Vo u g y … Éten­dant même son « art » au monde du spec­tacle en dé­les­tant un chan­teur Fo­ré­zien de presque 2.000 €. Mais au bout d’un an, la si­tua­tion a com­men­cé à de­ve­nir ten­due pour le pe­tit Ch­ris­tophe Ro­can­court Roan­nais. Il prend la fuite mi­no­vembre 2015. On res­te­ra sans nou­velles jus­qu’à ce que Joa­nin et Ma­rie­Jo­sé Martinez ne si­gnalent son in­ter­pel­la­tion dans leur hô­tel de SaintGilles, dans le Gard, ven­dre­di 5 fé­vrier. Très ému, au bord des larmes, Joa­nin Martinez ex­plique l’ar­res­ta­tion de « l’es­croc des lo­tos ».

« Il est ar­ri­vé à l’hô­tel le 26 dé­cembre. On a com­men­cé à se dou­ter que quelque chose n’al­lait pas quand les fac­tures n’ont pas été ac­quit­tées. Au dé­but on ne s’est pas mé­fié, il avait un ordre de mis­sion de sa so­cié­té Po­dium Apocalypse, on pen­sait qu’on se­rait payé sans pro­blème, on fait ça avec toutes les en­tre­prises ».

« Il pré­ten­dait faire des dé­pan­nages la nuit »

Le fuyard ex­plique aux hô­te­liers qu’il tra­vaille de nuit pour des dé­pan­nages au­tour de Saint­Gilles. « Mon­ter sur une échelle l a n u i t , ç a m’ a q u a n d même pa­ru bi­zarre, j’ai presque eu en­vie de le suivre mais bon… Il a conti­nué à pré­tendre tra­vailler pour le Mexi­ca­na, une boîte de nuit voi­sine » . Mais voi­là, les men­songes ré­pé­tés com­mencent à mettre sér ieu­se­ment la puce à l’oreille du couple d’hô­te­liers. D’au­tant plus que la note de 2.580 € n’a tou­jours pas été ho­no­rée.

L’hô­te­lier se rend à la gen­dar­me­rie. Les mi­li­taires dé­cident d’in­ter­ve­nir im­mé­dia­te­ment. In­ter­pel­lé puis trans­fé­ré à Roanne, ré­mi Ja­na­cekl est pla­cé en garde à vue, puis mis en exa­men pour es­cro­quer ie avant d’être pla­cé en dé­ten­tion di­manche 8 fé­vrier.

2.000 eu­ros sou­ti­rés à un chan­teur fo­ré­zien

CAP­TURE D’ÉCRAN FA­CE­BOOK®

MO­BI­LI­SA­TION. L’ac­cueil de la page Fa­ce­book, créée par une vic­time du mal­frat, où a été an­non­cée l’in­ter­pel­la­tion de l’es­croc.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.