« In­sé­pa­rables », comme les oi­seaux

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Le Portrait -

« Ce qui me touche, quand je re­garde mes pa­rents, ce sont les gestes de ten­dresse qu’ils ont l’un en­vers l’autre après 70 ans d’amour », sou­rit la fille de Ma­rie-Guillette et Ro­bert Char­nay. Fran­çoise n’a ja­mais vu ses pa­rents l’un sans l’autre. C’est pour­quoi elle aime les sur­nom­mer « les in­sé­pa­rables », comme ces oi­seaux d’Afrique du sud. « Ils étaient tou­jours en­semble. Pour moi, l’his­toire de mes pa­rents est un idéal de vie, le plus beau mo­dèle à suivre. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.