Le co­mi­té de dé­fense alerte les élus

Le co­mi­té de dé­fense du centre hos­pi­ta­lier du Fo­rez a or­ga­ni­sé une réunion à des­ti­na­tion des élus

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Pays Forézien - Jean-Mi­chel Daffaud

Ils étaient en­vi­ron 80 élus, jeu­di 11 fé­vrier, à as­sis­ter à la réunion or­ga­ni­sée par le co­mi­té de dé­fense, pré­si­dé par le doc­teur Oli­vier Ni­co­las.

éu­ni à Panissières, le co­mi­té de dé­fense du centre hos­pi­ta­lier du Fo­rez (site de Feurs) a pour­sui­vi son ac­tion en di­rec­tion des élus lo­caux pour les in­for­mer au su­jet de la fu­ture or­ga­ni­sa­tion de leur ter­ri­toire en ma­tière de san­té. les, gen­dar­me­rie, per­cep­tion, EDF, poste, gare. Et main­te­nant, les hô­pi­taux de proxi­mi­té. Le com­bat dé­passe la san­té. Il s’agit de l’amé­na­ge­ment du ter­ri­toire », ont ex­pri­mé en sub­stance plu­sieurs maires pré­sents.

Un ques­tion­naire re­mis aux pro­fes­sion­nels de san­té a mis en évi­dence les liens très forts qui existent entre les ser­vices de l’hô­pi­tal de Feurs et les mé­de­cins gé­né­ra­listes.

Le doc­teur Gi­baud a mar­te­lé : ' « Le mar­ché de la san­té n’est pas un mar­ché comme un autre. Et la fu­sion avec l’hô­pi­tal de Mont­bri­son a plu­tôt été une ab­sorp­tion. Mont­bri­son dé­cide de tout. Avant le rap­pro­che­ment des deux sites, nous n’étions pas en dé­fi­cit, alors que main­te­nant, il se creuse chaque jour un peu plus. »

« La fu­sion avec Mont­bri­son a plu­tôt été une ab­sorp­tion »

Jean-Claude Fré­con : « Il faut qu’on gagne cette ba­taille »

Le sé­na­teur Jean­Claude Fré­con a pris la pa­role, afin de rap­pe­ler qu’il n’a « pas vo­té la der­nière loi San­té car [ je] pense qu’elle fait la part trop belle au sec­teur pri­vé. On ne peut pas tout faire à l’hô­pi­tal de Feurs mais on peut faire beau­coup de choses. Il faut qu’on gagne cette ba­taille pour gar­der notre hô­pi­tal », a lan­cé l’élu so­cia­liste.

Le mot de la fin était pour le doc­teur Krus­zins­ki, car­dio­logue au Centre hos­pi­ta­lier, sur le site de Feurs. Il a fait preuve d’une iro­nie mor­dante lors­qu’il a plai­dé en fa­veur d’« une mé­de­cine hu­maine et non pas tech­nique. Ja­mais on ne cé­de­ra. C’est un mes­sage de ré­sis­tance et d’es­poir. »

IN­QUIÉ­TUDES.

Les membres du co­mi­té de dé­fense se de­mandent com­ment va évo­luer le site hos­pi­ta­lier de Feurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.