Le Tour pé­destre at­tend du sang neuf

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Forez Sud -

L’as­so­cia­tion du Tour pé­destre s’est réunie mar­di 9 fé­vrier à la Mai­son des as­so­cia­tions à l’oc­ca­sion de son as­sem­blée gé­né­rale. De nou­veaux bé­né­voles se­raient les bien­ve­nus afin que cette mé­ca­nique bien hui­lée puisse conti­nuer à tour­ner.

Le pré­sident de­puis 2003, An­toine Croi­seau, a fait part de son sou­hait de pas­ser le re­lais. « Je reste en­core une an­née, a­t­il dé­cla­ré. Je suis ar­ri­vé à un cer­tain âge et je pense qu’il ne faut pas s’ac­cro­cher au bas­tin­gage. Nous avons be­soin de per­sonnes qui amènent des idées nou­velles car nous de­vons faire per­du­rer et évo­luer l’as­so­cia­tion ». Ren­contre.

Com­ment fonc­tion­nez­vous ? L’as­so­cia­tion cha­pote la course pé­destre qui a ses propres fi­nances. De cette ma­nière, elle peut pi­lo­ter in­dé­pen­dam­ment une autre épreuve. Tout est gé­ré en bon père de fam i l l e . No u s a v o n s d e moins en moins de par­te­naires pri­vés et les sub­ven­tions di­mi­nuent, alors nous fai­sons un choix.

À quand re­monte le Tour pé­destre ? L’épreuve a été créée en 1937 mais elle a été in­ter­rom­pue pen­dant la Se­conde Guerre mon­diale. Cette an­née, ce se­ra la 71e édi­tion ; elle au­ra donc soixante­quinze ans en 2017. Dans la ma­ni­fest a t i o n , il y a trois é l é ­ ments : les courses jeu­ nes ; les re­lais par quatre, sans chro­no, sans clas­se­ment, avec des fa­milles et des han­di­sports lé­gers ; et la course « com­pé­ti­tion » sur 10 km. En gé­né­ral, il y a en­vi­ron 650 par­ti­ci­pants. En prin­cipe, elle se dé­roule le deuxième week­end du mois d’oc­tobre.

Êtes-vous sa­tis­fait de l’édi­tion 2015 ? Le cô­té très po­si­tif de l’an­née 2015 a été la belle par­ti­ci­pa­tion au ni­veau des jeunes, sur­tout des plus pe­tits de l’éveil ath­lé­tique. Nous en avons eu 50 % de plus que les an­nées pré­cé­dentes. Nous in­vi­tons aus­si des spé­cia­listes qui sont to­ta­le­ment pris en charge. Les gars ap­pe­lés « les ga­zelles » viennent faire de la vi­tesse, des chro­nos.

Pré­voyez- vous des chan­ge­ments ? Nous cher­chons tou­jours des amé­lio­ra­tions. De­puis son ori­gine, il s’agit d’une ani­ma­tion de quar­tier. Mais si elle était in­tra­mu­ros au dé­part, elle dé­borde au­jourd’hui sur les en­vi­rons. Les cou­reurs passent trois à quatre fois dans le centre his­to­rique avec beau­coup de pu­blic, ce que l’on ne trouve pas sur d’autres épreuves. Viennent alors se gref­fer di­verses contraintes comme celle des r u e s é t r o i t e s. Co m m e nous sommes un La­bel de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise d’athlétisme ré­gio­nal, nous de­vons res­pec­ter un ca­hier des charges.

Qui s’im­plique dans l’or­ga­ni­sa­tion ? L’as­so­cia­tion com­prend 30 membres, uni­que­ment des bé­né­voles. Il y a un co­mi­té d’or­ga­ni­sa­tion com­po­sé de 18 per­sonnes avec des réunions bien ryth­mées. Le noyau dur tour ne au­tour de six per­sonnes, avec un res­pon­sable par sec­teur.

Qu’est- ce qui vous mo­tive ? Nous fai­sons en sorte que les cou­reurs réus­sissent les meilleurs temps afin qu’ils soient contents et qu’ils re­viennent. Le p u b l i c n’ a ja m a i s é t é comp­ta­bi­li­sé mais il a été éva­lué à 1.500 spec­ta­teurs. Le soir, au mo­ment du pro­to­cole, une foule com­pacte se re­groupe au­tour de la mai­rie. Pour nous les bé­né­voles, c’est une sa­tis­fac­tion d’avoir bien tra­vaillé et de voir des gens heu­reux.

À L’HON­NEUR. L’équipe du pré­sident An­toine Croi­seau ( tout à gauche) et Louise Ma­ti­gnon ( au centre) pour la ges­tion de l’in­ten­dance.

a ré­com­pen­sé Louis

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.