Trente-et-un ans au ser­vice de la com­mune

Hen­ri Faure a ef­fec­tué cinq man­dats dont trois en tant que maire

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - R. M.

Né à Ri­vas mais ins­tal­lé à Saint- Cy­prien de­puis cin­quante ans, Hen­ri Faure a été une fi­gure de la vie lo­cale as­so­cia­tive puis éco­no­mique avant d’in­té­grer le con­seil mu­ni­ci­pal cy­prien­nois. Il a dé­ci­dé de tout ar­rê­ter en 2014. Et le re­grette par­fois.

Dans un quart d’heure, He n r i Fa u re d o i t a l l e r cher­cher son pe­tit­fils à l’école mais l’an­cien maire de Saint­Cy­prien est tou­jours prêt à vous ac­cor­der quelques mi­nutes si c’est pour par­ler de son autre vie, celle d’avant 2014.

« Avec plu­sieurs membres de l’équipe mu­ni­ci­pale, nous nous étions dit que nous ter­mi­ner ions notre troi­sième man­dat et que nous ar­rê­te­rions. À un mo­ment don­né, il faut sa­voir pas­ser à autre chose et lais­ser la place. Il y avait l’âge, ma fa­mille que je n’avais pas beau­coup vue s’agran­dir… Au­jourd’hui, je me dis que… »

Sol­li­ci­té en 1983

Si la phrase reste en sus­pens, c’est que l’an­cien maire cy­prien­nois (73 ans) éprouve par­fois quelques re­grets de ne pas avoir pour­sui­vi une aven­ture com­men­cée en… 1983.

À l’époque, ce Ri­va­tier de nais­sance, fils d’agri­cul­teurs, ma­rié à une Cy­prien­noise et ins­tal­lé dans la com­mune de­puis le mi­lieu des an­nées 60 est sol­li­ci­té par Jean Des­sagne. Fi­gure du club de foot­ball, il a créé sa propre en­tre­prise de dé­col­le­tage qui va em­ployer jus­qu’à une ving­taine de sa­lar iés dans ses meilleurs exer­cices.

Conseiller mu­ni­ci­pal du­rant son pre­mier man­dat, il de­vient ad­joint au dé­cès du pre­mier ma­gis­trat, au dé­but des an­nées 90. En 1995, Hen­ri Faure pré­sente sa liste. Il est élu dès le pre­mier tour et se­ra confor­ta­ble­ment ré­élu aux deux scru­tins mu­ni­ci­paux sui­vants.

« Je n’avais pas vrai­ment d’op­po­si­tion » , re­con­naît l’an­cien édile qui a sa­vou­ré ces deux dé­cen­nies d’en­ga­ge­ment mal­gré des journées de douze à quinze heures par­ta­gées entre son en­tre­prise (dès 6 heures du ma­tin), la mai­rie, le club de foot ( il est res­té pas­sion­né et prend plai­sir dé­sor­mais à al­ler voir jouer son fils aî­né) et l’édu­ca­tion de ses en­fants qui vivent au­jourd’hui à Saint­Cy­prien et à Bon­son.

Re­trou­vailles des co­lis­tiers tous les sa­me­dis ma­tin

« Heu­reu­se­ment que j’ai une femme en or », glisse l’an­cien maire qui a con­ser vé une so­lide ami­tié avec ses an­ciens co­lis­tiers. Le noyau dur se re­trouve chaque sa­me­di ma­tin à l’au­berge Au­tour du tilleul ( créée avec le sou­tien fi­nan­cier de l’ a n c i e n n e équipe mu­ni­ci­pale), une des fier­tés d’Hen­ri Faure. Tout comme l’ins­tal­la­tion d’une ferme so­laire, la deuxième plus grande de France, gé­rée par Luxel, la so­cié­té hé­raul­taise qui va pro­chai­ne­ment ré­ci­di­ver à S a i n t e ­A g a t h e ­l aBou­te­resse.

Ce n’est ni par al­truisme, ni par cha­ri­té que les Cy­pr ien­nois ont ac­cor­dé a u s s i s o u ve n t e t a u s s i long­temps leurs suf­frages à Hen­ri Faure.

HEN­RI FAURE. Élu maire en 1995, il a as­su­ré trois man­dats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.