M-F Cha­len­con : une femme à la chasse

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale -

Membre au bu­reau de l’as­so­cia­tion de Cervières, pré­si­dente d’une deuxième so­cié­té, Ma­rie-France Cha­len­con est l’une des rares femmes à pra­ti­quer la chasse dans le dé­par­te­ment.

Son at­trait pour la chasse ne re­lève pas du ha­sard. Toute pe­tite, dé­jà, Ma­rieF­rance Cha­len­con écou­tait avec avi­di­té son père ra­con­ter ses « his­toires de chasse ». Dé­jà pas­sion­née. « Mais il y avait le re­gard des autres » , des hommes sur­tout. As­sez lourd de sens pour la dis­sua­der de toute in­cur­sion dans le mi­lieu. Et puis ses en­fants éle­vés, la Fo­ré­zienne a cher­ché de nou­velles ac­ti­vi­tés et fi­na­le­ment pas­sé son per­mis en 2004. « Je ne re­grette rien, confie­t­elle. Au­jourd’hui, le re­gard des autres ne me dé­range plus. Mais j’aime­ rais que d’autres femmes me re­joignent. La chasse, contrai­re­ment aux idées re­çues, n’est pas un monde in­sen­sible. »

Ré­dac­tr ice terr itor iale pour une col­lec­ti­vi­té du Puy­de­Dôme, elle s’est fait une place à Chaus­se­terre. Pas­sés les pre­miers sar­casmes, ses tro­phées lui ont ga­gné le res­pect de la so­cié­té lo­cale, jus­qu’à lui ou­vrir les portes de la pré­si­dence. « J’ai dû pré­le­ver quatre ou cinq san­gliers », glisse­t­elle d’une voix douce, heu­reuse de par­ta­ger au­jourd’hui ses propres anec­dotes : un tir man­qué en ap­pa­rence et fi­na­le­ment payant, le face­à­face avec une bête bles­sée et les mon­tées d’adré­na­line. Mais son mo­ment fa­vo­ri reste la traque, en ma­ti­née, sans arme, seule avec son chien et la na­ture. « Il ne faut pas ef­frayer l’ani­mal. On prend le temps d’ob­ser­ver ce qui nous en­toure. Les chas­seurs sont les pre­miers dé­fen­seurs de l’en­vi­ron­ne­ment. On si­gnale par exemple aux fé­dé­ra­tions spor­tives les pan­neaux ar­ra­chés, on tra­vaille en par­te­na­riat avec les com­munes pour ef­fec­tuer des plan­ta­tions de haies. » Suivent le dé­jeu­ner, par­ta­gé en toute convi­via­li­té, sans ex­cès, et la bat­tue à pro­pre­ment par­ler dans l’après­mi­di ( les postes ré­par­tis, les tra­queurs re­tournent au lieu du “pied” pour lâ­cher les chiens et ra­me­ner le gi­bier vers les ti­reurs).

Ma­rie­France Cha­len­con ne manque pas un wee­kend en sai­son. Son seul re­gret : n’avoir pas trans­mis sa pas­sion à ses en­fants. Son en­thou­siasme est pour­tant à lui seul une in­vi­ta­tion à la dé­cou­verte.

Les pre­miers dé­fen­seurs de l’en­vi­ron­ne­ment

CONVAIN­CUE. Cha­len­con.

Ma­rie-France

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.