La po­lice mu­ni­ci­pale veille au grain

Plu­sieurs dis­po­si­tifs ont été mis en place ré­cem­ment pour amé­lio­rer la sé­cu­ri­té

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Forez Sud - Mo­nique Per­bet

De­puis une dé­cen­nie, la ci­té pon­tram­ber­toise s’est for­te­ment dé­ve­lop­pée. Cette évo­lu­tion a eu pour ré­sul­tat de créer une forme d’ano­ny­mat et une perte de lien social, se­lon le diag­nos­tic réa­li­sé en ma­tière de pré­ven­tion et tran­quilli­té pu­blique.

ise en place du dis­po­si­tif « Voi­sins vi­gi­lants », re­cours à la vi­déo­sur veillance et équipe ren­for­cée. Voi­là les moyens mis en place ces der­niers temps par la mu­ni­ci­pa­li­té et la po­lice mu­ni­ci­pale pour amé­lio­rer la sé­cu­ri­té des Pon­tram­ber­tois. re­ment sur dix écoles et deux col­lèges pour le sta­tion­ne­ment, sans ou­blier le contrôle de la zone bleue. « Même si nous sommes pas­sés au pro­cès­ver­bal élec­tro­nique, notre but n’est pas de faire de l’ar­gent, mais de faire com­prendre aux gens qu’il faut res­pec­ter ce point­là, pré­cise Pa­trick Loi­son. Notre gros pro­blème se trouve de­vant les banques et sur les places han­di­ca­pées. Nous avons les mêmes pou­voirs que la po­lice na­tio­nale ou la gen­dar­mer ie, sauf que n o u s n’ a v o n s p a s le droit d’au­di­tion­ner. De plus, nous n’avons ja­mais été ar­més. Nous sommes ce­pen­dant à même d’ar­rê­ter une per­sonne qui grille un feu rouge pour le contrôle de tous les pa­piers. En ce qui concerne le dé­pis­tage de l’al­coo­lé­mie, on se ré­fère à l’of­fi­cier de po­lice ju­di­ciaire (OPJ) de la gen­dar­me­rie qui dé­cide de la suite. »

Sept quar­tiers adhèrent au dis­po­si­tif « Voi­sins vi­gi­lants »

AU COM­PLET. De gauche à droite, le ca­pi­taine Pa­trick Loi­son, Mi­chel Gaf­fie, agent de sur­veillance de la voie pu­blique, le bri­ga­dier Na­tha­lie Eckert et le nou­veau bri­ga­dier Em­ma­nuel Vet­tore.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.