Alain Ga­gnol anime de folles images

À bien­tôt 50 ans, le dis­cret réa­li­sa­teur roan­nais aime tou­jours au­tant ra­con­ter des his­toires

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Le Portrait - Etienne Chaize etienne.chaize@cen­tre­france.com

De Roanne aux Os­cars, la tra­ver­sée de l’At­lan­tique n’a pas im­pres­sion­né Alain Ga­gnol. Dis­cret, le réa­li­sa­teur d’Une vie de Chat ne s’en gar­ga­rise pas. Les prix, il s’en fiche. Ce qu’il aime, lui, c’est ra­con­ter des his­toires. Ani­mées si pos­sible.

n 2012, à Hol­ly­wood, en at­ten­dant la 84e cé­ré­mo­nie des Os­cars, Alain Ga­gnol pro­fite du cock­tail en pré­sence des nom­més de l’an­née. Il croise Martin Scor­cese, Ste­ven Spiel­berg et d’autres. Si d’or­di­naire le réa­li­sa­teur n’aime pas les prix et trouve ab­surde de clas­ser les films entre eux, ce jour­là, il sa­voure. « Il ne faut pas exa­gé­rer l’im­por­tance de ce mo­ment mais ça per­met de re­gar­der dans le ré­tro­vi­seur et se dire : “Je ne m’en suis pas trop mal ti­ré” » , com­mente le Roan­nais qui, ado, traî­nait chez Lauxe­rois, li­braire des rues pié­tonnes, pour dé­vo­rer les nu­mé­ros de Strange sur les­quels il pou­vait mettre la main.

« Je des­sine bien, mais je n’étais ja­mais content de moi »

E. C.

DRÔME. À Bourg-lès-Va­lences, la Car­tou­che­rie se veut un pôle d’ex­cel­lence au­tour de l’image ani­mée. Plu­sieurs struc­tures spé­cia­li­sées dans l’ani­ma­tion tra­vaillent dans cette an­cienne usine d’ar­me­ment. Une fa­çon de lut­ter, au moins sym­bo­li­que­ment, contre la concen­tra­tion des métiers du ci­né­ma à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.