Hen­ri Bayard, dis­tin­gué de son vi­vant

Maire de Veauche puis conseiller gé­né­ral, l’oc­to­gé­naire a été dé­pu­té de la Loire pen­dant dix­sept ans

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Dossier - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Élu maire de Veauche en 1972, Hen­ri Bayard fut une fi­gure po­li­tique dé­par­te­men­tale dans les an­nées 70 et 80. À l’aube de ses 90 ans, ce­lui qui fut éga­le­ment dé­pu­té de la sep­tième cir­cons­crip­tion ha­bite tou­jours dans une com­mune qu’il dit « ne plus re­con­naître ».

Al­ler à la ren­contre d’Hen­ri Bayard, c’est se (re)plon­ger dans la vie éco­no­mique, as­so­cia­tive, so­ciale et po­li­tique d’une com­mune, Veauche, et d’un dé­par­te­ment, la Loire, dans les­quels ce Veau­chois de nais­sance a beau­coup comp­té du­rant plus d’une ving­taine d’an­nées.

Au dé­jeu­ner des an­ciens en jan­vier

L’homme ré­side tou­jours dans la com­mune si­tuée le plus à l’Est sur le cours de la Loire, avec son épouse, Marthe, ori­gi­naire, elle, de Bellegarde­en­Fo­rez. En dé­but d’an­née, le couple a par­ti­ci­pé aux re­pas des an­ciens or­ga­ni­sé par le Centre com­mu­nal d’ac­tion so­ciale (CCAS) avec quelque six cents convives. Si les Veau­chois ont moins aper­çu l’an­cien élu ces der­nières se­maines, c’est qu’Hen­ri Bayard a été vic­time d’un ac­ci­dent do­mes­tique. « J’ai fait une em­bo­lie et je suis tom­bé dans l’es­ca­lier », ex­plique un homme qui sait que sa san­té est fra­gile. Suite à cette cas­cade in­vo­lon­taire, Hen­ri Bayard a dû sup­por­ ter une qua­ran­taine de pi­qûres. Alors, il re­double d’at­ten­tion. Sur­tout que sa poi­trine abrite un pa­ce­ma­ker de­puis trois ans. Les Bayard ont fait ins­tal­ler une rampe d’ac­cès à leur do­mi­cile mais lui se contente, pour l’ins­tant, d’un mi­ni­mum de sor­ties. C’est son épouse qui, lors­qu’elle ef­fec­tue les cour­ ses, donne des nou­velles de son ma­ri.

En Concorde avec Fran­çois Mit­ter­rand

Fils et pe­tit­fils d’an­ciens em­ployés de la ver­re­rie fon­dée en 1883, Henr i Bayard a com­men­cé sa car­rière pro­fes­sion­nelle au sein de la prin­ci­pale en­tre­prise pri­vée de Veauche en 1951. Très vite, il se re­trouve nom­mé à la tête d’un ser­vice de deux cents per­sonnes. Son as­cen­sion n’échappe pas au maire de l’époque. Émile Pelletier, élu en 1947, lui pro­pose d’in­té­grer l’équipe mu­ni­ci­pale en 1959. Un pre­mier man­dat en tant que simple conseiller et voi­là Hen­ri Bayard pro­mu pre­mier ad­joint. La dis­pa­ri­tion du pre­mier ma­gis­trat en 1972 va pré­ci­pi­ter en­core un peu plus la car­rière d’un jeune cadre qui entre au Con­seil gé­né­ral de la Loire quelques mois après avoir pris les com­mandes de la com­mune.

Par­mi sept can­di­dats, He n r i Ba y a rd d e va n c e Mau­rice An­dré dès le pre­mier tour puis il « met 600 voix » , se­lon ses propres termes, au maire de SaintGal­mier, au se­cond. Le sou­ve­nir de cette ba­taille élec­to­rale pro­voque un sou­rire chez l’oc­to­gé­naire qui, en 1973, est sol­li­ci­té par Mi­chel Jacquet cette fois­ci.

Le maire de SaintÉ­tienne­Le­Mo­lard, conseiller gé­né­ral du canton de Boën­sur­Lignon et dé­pu­té de la 7e cir­cons­crip­tion de la Loire ( celle de Mont­bri­son) de­puis 1952 lui de­mande d’être son sup­pléant. Ré­élu en 1973, ce­lui qui est ques­teur à l’As­sem­blée na­tio­nale dis­pa­raît trois ans plus tard. La carr ière po­li­tique d’Hen­ri Bayard prend un nou­vel en­vol. Il se­ra élu dé­pu­té en 1976 puis ré­élu sans in­ter­rup­tion jus­qu’en 1 9 9 3 a v a n t d’ a d o u b e r Jean­Fran­çois Chos­sy (lire page pré­cé­dente).

Hen­ri Bayard garde des sou­ve­nirs pré­cis de ces deux dé­cen­nies par­ti­cu­liè­re­ment char­gées. « J’ai ef­fec­tué beau­coup de miss i o n s à l’ é t ra n g e r, j'ai par­cou­ru la pla­nète », ex­plique l’homme qui était par exemple du voyage en Concorde dans l’océan in­dien ( île Mau­rice, Ma­da­gas­car, Sey­chelles) avec le pré­sident de la Ré­pu­blique Fran­çois Mit­ter­rand C’était en 1990.

Même s’il dit ne plus re­con­naître Veauche qui « a per­du beau­coup de com­merces », Hen­ri Bayard n’a ja­mais vou­lu quit­ter cette com­mune qui l’a dé­jà ho­no­ré de son vi­vant : un im­meuble qui a long­temps abri­té les bu­reaux de di­rec­tion à la ver­re­rie, ré­ha­bi­li­té en 1994 en es­pace pour les as­so­cia­tions, porte son nom.

« J’ai par­cou­ru la pla­nète lors de mes mis­sions »

HEN­RI BAYARD. Maire ho­no­raire de Veauche, l’an­cien dé­pu­té fê­te­ra ses 90 ans l’an pro­chain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.