Jules Troc­con, poète amou­reux du Fo­rez

Le poète a no­tam­ment écrit sur les Côtes du Fo­rez

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Montbrison -

Né à Cha­zelles-sur-Lyon en 1870 d’un père né­go­ciant en soie­rie, Jules Troc­con tombe tout jeune dans la lit­té­ra­ture et la poé­sie.

An­cien élève de l’École nor­male d’ins­ti­tu­teurs de Mont­bri­son, il de­vient en­sei­gnant dans plu­sieurs pe­tites com­munes de la Loire, puis di­rec­teur d’école avant de ter­mi­ner sa carr ière à l’école de Mon­taud, à Saint­Étienne.

Un culte af­fec­tueux à Mont­bri­son

Il s’illustre dans de nom­breuses confé­rences pour les cercles lit­té­raires et pré­side le Ca­veau sté­pha­nois. Écri­vant aus­si pour plu­sieurs jour­naux et re­vues, il voue un culte af­fec­tueux à Mont­bri­son, dont il vé­nère « les belles et pit­to­resques de­meures, pa­rure et charme des vieilles rues » et « les bou­le­vards mé­lan­co­liques et dé­me­su­rées ».

Sa plume se fait en­voû­tante quand elle dé­roule une chan­son à boire pour le mar­ché­concours des vins et eaux­de­vie des Côtes du Fo­rez, en 1934 à Mont­bri­son ( lire Le Pays du 17 mars 2016). « J’en boi­rais bien bou­teille… Que don­ne­rais­je com­père pour en avoir un muid ? Je donn’rais la belle­mère qui c a u s e mon e n n u i … L e Parc et les Pu­relles et la ru’Tu­pi­ne­rie, La ville de Cha­zelles et ses cha­pel­ler ies… La vill’de SaintÉ­tienne et ses jo­li’soie­ries, le grand fleuve de Loire et le p’tit Vi­zé­zy… en vi­dant son verre ! » Il dé­cède à Mont­bri­son en 1953.

JULES TROC­CON. Jules Troc­con a vé­cu dans la Loire de 1870 à 1953.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.