Un pro­fond lif­ting d’une dé­cen­nie

La ville a dé­voi­lé les grandes orien­ta­tions de la fu­ture re­qua­li­fi­ca­tion de son centre­bourg

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Pays De Saint-galmier - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Le ca­bi­net d’ar­chi­tectes et d’ur­ba­nistes re­te­nu par la mu­ni­ci­pa­li­té veau­choise a dé­voi­lé les grandes lignes de son étude sur la re­struc­tu­ra­tion et la re­dy­na­mi­sa­tion du cen­tre­bourg. Veauche va no­tam­ment re­nouer avec la Loire.

ive­ment 2026. Les quelque deux cents per­sonnes qui ont as­sis­té, jeu­di 31 mars à L’Es­cale, à la pré­sen­ta­tion de l’étude sur le « grand pro­jet de re­struc­tu­ra­tion et re­dy­na­mi­sa­tion du centre­bourg » sou­hai­té par la mu­ni­ci­pa­li­té veau­choise sont re­par­ties to­ta­le­ment conquises. Ou presque.

Des îlots re­fer­més sur eux-mêmes

Mo­nique Gi­rar­don a d’ailleurs sen­ti qu’il fal­lait apai­ser l’im­pa­tience sus­ci­tée par cette heure et de­mie de réunion pu­blique : toutes éva­lua­tions faites (ad­mi­nis­tra­tives, fi­nan­cières…), le maire de Veauche es­time qu’il fau­dra « deux, trois, cinq voire une di­zaine d’an­nées » avant que la com­mune qu’elle ad­mi­nistre de­puis 2008 res­semble au por­trait en­chan­teur, un brin en­jô­leur, dres­sé par Yan Olivares et Ra­du­Pe­tru Ra­col­ta.

Les deux ar­chi­tectes­ur­ba­nistes sté­pha­nois re­te­nus par la mu­ni­ci­pa­li­té pour se pen­cher sur cette étude d’amé­na­ge­ment ont dé­voi­lé les grandes orien­ta­tions de leur am­bi­tion veau­choise. Confor­mé­ment aux sou­haits de l’équipe mu­ni­ci­pale qui « tra­vaille de­puis plu­sieurs an­nées sur ce pro­jet de re­struc­tu­ra­tion et re­dy­na­mi­sa­tion du centre­bourg, des bords de Loire jus­qu’au ci­me­tière, in­té­grant les places de l’Eu­rope, Ab­béB­lard et Jacques­Raf­fin ain­si que la RD 1082 », a pré­ci­sé Mo­nique Gi­rar­don en in­tro­duc­tion, ils se sont pen­chés sur les en­jeux et les pers­pec­tives. Ici, pas de plan dé­taillé mais « des cro­quis d’in­ten­tion d’amé­na­ge­ment » des­ti­nés à « ré­vé­ler la ville dans ce qu’elle a de plus beau » , dixit Ra­du­Pe­tru Ra­col­ta.

À par­tir d’un diag­nos­tic éta­bli sur la pro­gres­sion de l’ins­tal­la­tion de Veauche de­puis 1860 en bord de Loire, « élé­ment fon­da­teur de la com­mune », le ca­bi­net d’ar­chi­tectes­ur­ba­nistes a consta­té « un her­mé­tisme des dif­fé­rents îlots » qui com­posent la ci­té, « l’ab­sence de voi­rie in­ter­mé­diaire » et « la do­mi­na­tion du vo­ca­bu­laire rou­tier sur l’es­pace pu­blic ». Deux ate­liers par­ti­ci­pa­tifs ont en­suite réuni un pa­nel d’une ving­taine d’ha­bi­tants qui ont dres­sé dix points de fra­gi­li­té et dix points de force. Et c’est avec ce ma­té­riel que le ca­bi­net Yan Olivares ar­chi­tec­ture a cer­né huit sec­teurs d’in­ter­ven­tion pour les­quels ils pro­posent des amé­na­ge­ments « qui ont par­fois sur­pr is, sou­vent conquis », a avoué Mo­nique Gi­rar­don.

Huit sec­teurs d’in­ter­ven­tion iden­ti­fiés

Tous les abords de l’église SaintPan­crace pour­raient être dé­bar­ras­sés du bi­tume afin de mettre l’édi­fice re­li­gieux en évi­dence. Quelques places de par­king sub­sis­te­raient mais le re­gard se por­te­rait na­tu­rel­le­ment sur le fu­tur bel­vé­dère. Les pro­fes­sion­nels pré­co­nisent en ef­fet la créa­tion d’un point de vue en am­phi­théâtre qui per­met­tra à Veauche­bourg de re­trou­ver le lien avec la Loire. « Ce se­ra le lieu pré­fé­ré des amou­reux », as­sure Ra­du­Pe­tru Ra­col­ta qui en­tend « ame­ner le bruit de l’eau sur la place Ab­bé-Blard. Cette der­nière per­drait l’es­sen­tiel de ces em­pla­ce­ments de sta­tion­ne­ment ( 22 places au­jourd’hui, six de­main) pour de­ve­nir un es­pace apai­sé qui per­met­trait aux pro­me­neurs d’ac­cé­der aux fu­turs amé­na­ge­ments des berges en bord de Loire. « Il y a là un po­ten­tiel de pro­me­nade évident, au moins jus­qu’au pont sur la Loire » , es­timent Yan Olivares et Ra­du­Pe­tru Ra­col­ta. Les ar­chi­tectes­ur­ba­nistes ima­ginent des ins­tal­la­tions scé­niques, des pon­tons ou en­core un che­mi­ne­ment avec une vue sur Veau­chette car « il faut rendre aux Veau­chois la cer­ti­tude qu’ils ap­par­tiennent à la Loire ».

La place Ab­bé­Blard se­ra éga­le­ment « connec­tée » au parc Ma­gni­ny via une per­cée en rezde­chaus­sée d’un bâ­ti­ment qui ap­par­tient à la mai­rie. Les ur­ba­nistes sou­haitent que ces 7.000 m d’es­paces verts soient re­dé­li­mi­tés. Ils veulent re­tra­cer tous les che­mi­ne­ments afin que « les ha­bi­tants aient le sen­ti­ment d’en­trer dans un sa­lon ». L’im­passe se trans­for­me­rait en rue à sens unique où la vi­tesse se­rait li­mi­tée à 30 km/h. L’idée d’im­plan­ter un skate­park dans ce parc a été évo­quée.

Une nou­velle mai­rie, tou­jours place Raf­fin

Par­mi les pré­co­ni­sa­tions faites, l’une d’elle conseille d’af­fec­ter le même trai­te­ment aux sols de la place de l’Eu­rope jus­qu’au ci­me­tière afin de don­ner l’im­pres­sion à tous les usa­gers, pié­tons, cy­clistes, au­to­mo­bi­listes, de cir­cu­ler sur un ta­pis. « Nous avons tout ima­gi­né, un pas­sage sous­ter­rain, un pont, une dé­via­tion… mais il est rai­son­na­ble­ment im­pos­sible de contour­ner la RD 1082, re­con­naissent Yan Olivares et Ra­du­Pe­tru Ra­col­ta. Nous sou­hai­tons sim­ple­ment at­té­nuer son im­pact en élar­gis­sant l’as­sise de cette place de l’Eu­rope, en di­mi­nuant un peu et en mas­quant le sta­tion­ne­ment et en dé­bar­ras­sant au maxi­mum la sur­face de tout ce vo­ca­bu­laire rou­tier (pan­neaux, po­teaux…) qui ren­force le sen­ti­ment de bar­rière de cet axe. »

« Nous al­lons com­men­cer les consul­ta­tions, sec­teur par sec­teur, mais les grandes op­tions ne se­ront pas mo­di­fiées. »

La place Raf­fin ac­cueille­ra, elle, la fu­ture nou­velle mai­rie. Les ar­chi­tectes­ur­ba­nistes en­tendent pro­fi­ter de la mise aux normes des lieux pour don­ner nais­sance à « un bâ­ti­ment qui doit in­car­ner cette nou­velle am­bi­tion veau­choise » ain­si que ses abords. La mai­son com­mu­nale se­rait éri­gée sur le par­king ac­tuel tan­dis que le nombre de places de sta­tion­ne­ment se­rait lar­ge­ment re­vu à la hausse (lire ci­des­sous). En­fin, le par­vis du ci­me­tière se­rait trans­for­mé en vé­ri­table pla­cette.

« Nous avons notre feuille de route, a conclu Mo­nique Gi­rar­don. Nous al­lons main­te­nant com­men­cer les consul­ta­tions, sec­teur par sec­teur, mais les grandes op­tions ne se­ront pas mo­di­fiées, a ter­mi­né un maire qui pro­met d’ « en­trer dans l’opé­ra­tion­nel avant la fin de cette an­née » mais n’a abor­dé au­cun as­pect fi­nan­cier.

PLA­NI­FI­CA­TION.

Les ar­chi­tectes-ur­ba­nistes sté­pha­nois pré­co­nisent huit sec­teurs d’in­ter­ven­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.