Isa­belle Grange, la tête aux cha­peaux

La cha­pe­lière­mo­diste de l’ate­lier­mu­sée a tou­jours bai­gné dans l’uni­vers ar­tis­tique

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Le Portrait - Jean-Fran­çois Ver­net jean-francois.ver­net@cen­tre­france.com

Na­tive de SaintSym­pho­rien-sur-Coise, Isa­belle Grange rê­vait, en­fant, de créer des chaus­sures ou des cha­peaux. Un dé­sir de­ve­nu en par­tie réa­li­té de­puis qu’elle oc­cupe le poste de cha­pe­liè­re­mo­diste à l’ate­lier mu­sée de Cha­zelles-sur-Lyon. Ren­contre avec une pas­sion­née au par­cours ar­tis­tique dé­to­nant.

es cha­peaux de feutre, de paille ou en si­sal en cours de fi­na­li­sa­tion vis­sés sur des pré­sen­toirs, des tis­sus aux mo­tifs va­riés soi­gneu­se­ment ran­gés sur une éta­gère, des pages de ma­ga­zines de mode, source d’ins­pi­ra­tion, pu­nai­sées au mur, une ma­chine à coudre bran­chée… Isa­belle Grange, cha­pe­lière­mo­diste au mu­sée du cha­peau de­puis le 29 jan­vier 2015, prend pro­gres­si­ve­ment ses marques au coeur de l’an­cienne cha­pel­le­rie, ma­gni­fi­que­ment trans­for­mée en ate­lier­mu­sée.

Sans en­ter­rer sa fibre ar­tis­tique qui l’ha­bite de­puis son en­fance, Isa­belle Grange dé­cide de faire une pause. Sa seule bouf­fée d’oxy­gène, elle la trouve au sein de la cho­rale La Chan­te­daille, à Saint­Mar­tin­en­Haut. « J’avais be­soin d’une pé­riode pour me re­trou­ver, me ras­sem­bler car je ne sa­vais pas trop où j’al­lais », ex­plique­t­elle. La créa­ti­vi­té, l’ins­pi­ra­tion et l’art sont mis entre pa­ren­thèses, Isa­belle Grange signe un contrat avec un centre d’ap­pel té­lé­pho­nique à Saint­Symphorien­surCoise.

Choi­sie par­mi 44 can­di­dates

Elle y res­te­ra deux ans et de­mi jus­qu’à ce que l’an­cienne cha­pe­lière de l’ate­lier­mu­sée dé­cide de se mettre à son compte. « Quand j’ai en­ten­du dire qu’elle s’en al­lait, il y a eu un tilt géant dans ma tête. » Par­mi les qua­rante­quatre can­di­da­tures ar­ri­vées sur le bu­reau de la di­rec­trice du site cultu­rel, des mo­distes et cos­tu­mières che­vron­nées. Mais c’est bien le cur­ri­cu­lum vi­tae d’Isa­belle Grange qui a re­te­nu l’at­ten­tion. « Ils ont sé­lec­tion­né les huit meilleures pour une jour­née con­cours au cours de la­quelle on a pas­sé des exer­cices de créa­tion ar­tis­tique et de cou­ture. À l’is­sue de cette jour­née, j’étais en bal­lot­tage avec une autre can­di­date. Ils m’ont fi­na­le­ment prise car ce qu’ils re­cher­chaient avant tout, c’était l’ap­ti­tude à créer des col­lec­tions. Et ça, je sa­vais le faire », ré­sume­t­elle.

Ra­vie de cette nou­velle ex­pé­rience pro­fes­sion­nelle, Isa­belle Grange avoue même, en­thou­siaste : « Lorsque je re­trace tout mon par­cours, c’est la pre­mière fois que je me sens vrai­ment à ma place. » Voi­là une cha­pe­lière bien dans ses chaus­sures…

« Le sa­voir­faire, je vais pas­ser ma vie à l’ap­prendre »

ART.

En de­ve­nant cha­pe­lière-mo­diste au sein de l’ate­lier-mu­sée, Isa­belle Grange a réa­li­sé un rêve d’en­fance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.