Ch­ris­tophe Ba­zile, deux ans au pou­voir

Le maire de Mont­bri­son fait le point sur les gros dos­siers et le pay­sage po­li­tique dé­par­te­men­tal

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Lae­ti­tia Co­hen­det lae­ti­tia.co­hen­det@cen­tre­france.com

Le maire de Mont­bri­son tire le bi­lan de ses deux pre­mières an­nées à la tête de la ville.

L’édile évoque ses pro­jets, sa vi­sion de l’in­ter­com­mu­na­li­té, ses al­liances lo­cales et ré­gio­nales.

Son ob­jec­tif est simple : faire de chaque eu­ro un « eu­ro utile » à l’at­trac­ti­vi­té de sa ville. À charge pour son équipe de trou­ver de nou­velles sources de fi­nan­ce­ments.

près deux an­nées pas­sées à la tête de la mu­ni­ci­pa­li­té mont­bri­son­naise, Ch­ris­tophe Ba­zile af­fiche un air se­rein et sa­tis­fait. Les réa­li­sa­tions vont bon train, mieux qu’il n’au­rait pu l’es­pé­rer. Le maire s’est confié, en ex­clu­si­vi­té, au Pays Fo­rez Coeur de Loire.

Les choses semblent se dé­rou­ler se­lon vos sou­haits… Tout notre plan de man­dat re­pose sur une même stra­té­gie qui consiste à em­bel­lir la ville, ac­croître son at­trac­ti­vi­té et la po­si­tion­ner dans la nou­velle Ré­gion. Ajou­tée au fait qu’il nous faut réa­li­ser des éco­no­mies étant don­né les di­mi­nu­tions des do­ta­tions de l’État.

Dès notre ar­ri­vée aux af­faires, nous nous sommes at­te­lés à re­trou­ver des marges de ma­noeuvre : nous avons re­né­go­cié les prêts, sup­pri­mé les postes de di­rec­teur de ca­bi­net et de char­gé de pro­jet man­da­ture, di­mi­nué les frais gé­né­raux, les in­dem­ni­tés des élus et les frais de com­mu­ni­ca­tion à hau­teur de 20 %. Et conduit, dans le même temps, une po­li­tique d’in­ves­tis­se­ments, source d’éco­no­mies de fonc­tion­ne­ment. L’iso­la­tion des bâ­ti­ments com­mu­naux en est un exemple. sur un seul homme se­rait une er­reur­ mais suis en­tou­ré d’un vice­pré­sident au Con­seil dé­par­te­men­tal (Jean­Yves Bon­ne­foy, N.D.L.R.) et tra­vaille en étroite col­la­bo­ra­tion avec un élu à la Ré­gion (Jacques Blan­chet, N.D.L.R.).

Le pro­blème, c’est que la même ri­gueur bud­gé­taire s’im­pose aux autres ins­ti­tu­tions… C’est vrai mais les aides à l’in­ves­tis­se­ment ne sont pas nulles pour au­tant. Nous ne pour­rions pas réa­li­ser le par­king de l’Ab­baye sans le Dé­par­te­ment qui nous a ven­du le ter­rain et nous oc­troie une sub­ven­tion de 80.000 eu­ros. La po­li­tique de la ville ne se­rait pas sui­vie d’ef­fets si ra­pides sans le coup de pouce de l’État. On ne peut plus me­ner des pro­jets seuls. Et il n’est pas ques­tion de sup­pri­mer l’in­ves­tis­se­ment qui contri­bue à la vie éco­no­mique lo­cale.

Chan­tiers dans les écoles, créa­tions de nou­veaux par­kings, sé­cu­ri­sa­tion des thermes an­tiques de Sain­teEu­gé­nie ont fait l’ob­jet d’un trai­te­ment im­mé­diat. Sur quels dos­siers à long terme doit-on vous at­tendre ? Nous avons tra­vaillé à une mo­di­fi­ca­tion sim­pli­fiée du plan lo­cal d’ur­ba­nisme (PLU), en cours de va­li­da­tion, et re­dis­tri­bué les cartes concer­nant la mixi­té so­ciale. Li­liane Faure avait ini­tia­le­ment flé­ché des ter­rains pri­vés pour les ré­ cu­pé­rer à leur vente et les as­su­jet­tir à la construc­tion de lo­ge­ments so­ciaux.

At­ten­tion, il n’est pas ques­tion de dire “on ne fait plus de lo­ge­ment so­cial à Mont­bri­son”. Nous tien­drons l’ob­jec­tif de 25 % mais sans le re­cours à ces par­celles pri­vées. Nous avons iden­ti­fié d’autres sites, comme le ter­rain de l’Ab­baye ven­du à Bâ­tir et Lo­ger, sus­cep­tibles de conve­nir aux bailleurs.

Cette re­fonte du pro­jet ur­ba­nis­tique im­pacte aus­si le pro­jet de ro­cade… Oui nous al­lons le­ver une ré­serve sur la por­tion de route si­tuée entre la route d’Éco­tay et les Plan­tées. La Ville re­ven­dra les ter­rains construc­tibles dont elle était pro­prié­taire. Leurs contraintes géo­gra­phiques et tech­niques les rendent in­uti­li­sables dans le cadre d’une dé­via­tion. En re­vanche, nous conser­vons le pro­jet de ro­cade au­des­sus de l’hô­pi­tal et de la rue du Pas­de la­Mule à l’ave­nue de la Li­bé­ra­tion.

La mise en ac­ces­si­bi­li­té des bâ­ti­ments com­mu­naux, ren­due obli­ga­toire par la loi de 2005, de­vrait consti­tuer un autre gros mor­ceau des an­nées à ve­nir ? Il nous fau­dra mettre 51 bâ­ti­ments aux normes en l’es­pace de neuf ans quand rien n’a été fait sous le pré­cé­dent man­dat. Mais nous tra­vaille­rons aus­si sur le foyer de jeunes tra­vailleurs à Guy IV et le de­ve­nir de l’en­tre­prise Gé­gé pour les­quels les études de fai­sa­bi­li­té sont en cours.

Vous étiez en pré­fec­ture, les 29 fé­vrier et 18 mars, pour dé­battre de la re­fonte de l’in­ter­com­mu­na­li­té. La po­si­tion du maire de SaintÉ­tienne, Gaël Per­driau, a pa­ru vous éton­ner… J’ai été as­sez sur­pris, oui, de l’ap­pé­tit de Saint­Étienne Mé­tro­pole pour le centre Loire. Ce­la nous a prou­vé que le Fo­rez fait en­vie même si je reste per­sua­dé qu’un centre­Loire fort est bien plus utile à la pré­fec­ture qu’un Saint­Étienne agran­di au dé­tri­ment du Fo­rez. Un exemple ? Loi­re­Fo­rez, dans sa confi­gu­ra­tion ac­tuelle, est ca­pable d’ap­por­ter sa contri­bu­tion fi­nan­cière à l’A45. L’au­rai­telle été, pri­vée de SaintJust­Saint­Ram­bert ?

Nous avons des avis di­ver­gents avec Gaël Per­driau même si nous nous re­joi­gnons com­plè­te­ment sur l’idée d’une mé­tro­pole et d’une nou­velle au­to­route. En fait, nous sommes en ac­cord sur l’ob­jec­tif fi­nal mais pas sur la mé­thode.

L’al­liance avec le Fo­rez-Est ne s’est pas réa­li­sée. Le re­gret­tez-vous ? Je conti­nue de pen­ser que c’est l’étape d’après. Si nous n’avons pas vou­lu for­cer les choses, nous pour­sui­vrons le travail avec le Fo­rez­Est sur les hô­pi­taux et les as­so­cia­tions de com­mer­çants.

La mu­tua­li­sa­tion se­rait un re­mède aux maux de la France se­lon vous ? On dé­nombre au­jourd’hui 36.000 com­munes dans l’Hexa­gone. Les do­ta­tions de l’État sont en chute libre. Po­sons­nous les vraies ques­tions. Mont­bri­son de­vrait pou­voir fu­sion­ner avec Éco­tayl’Olme et Sa­vi­gneux pour consti­tuer une com­mu­nau­té plus forte. J’en suis in­ti­me­ment convain­cu.

Pour­quoi at­tendre, dans ce cas ? Je suis vo­lon­taire et j’ai pris contact avec mes voi­sins. Le maire d’Éco­tay ne semble pas op­po­sé au pro­jet mais il doit en dé­battre avec son équipe. Le maire de Sa­vi­gneux, en re­vanche, m’a op­po­sé une fin de non­re­ce­voir.

« On ne peut plus me­ner des pro­jets seuls » La ro­cade par­tiel­le­ment aban­don­née route d’Éco­tay Vo­lon­taire pour fu­sion­ner avec Éco­tay­l’Olme et Sa­vi­gneux

Laurent Wau­quiez, nou­veau pré­sident de Ré­gion, était en vi­site dans la sous­pré­fec­ture le 18 fé­vrier. Une pre­mière de­puis des an­nées. Au­riez-vous un nou­vel al­lié en la per­sonne du nu­mé­ro 2 des Ré­pu­bli­cains ? Sa vi­site n’avait rien de sur­pre­nant. La ville de­meure la ca­pi­tale du Fo­rez et le centre d‘Auvergne­Rhône­Alpes. Elle doit se po­si­tion­ner dans la nou­velle en­ti­té. Non pas vis­à­vis d’un homme mais d’une ligne di­rec­trice ; en l’oc­cur­rence une po­li­tique de cen­tre­droit qui nous convient très bien.

Vous avez long­temps at­ten­du avant de prendre po­si­tion lors des élec­tions en dé­cembre. In­dé­ci­sion ou cal­cul po­li­tique (Ch­ris­tophe Ba­zile n’est pas en­car­té, N.D.L.R.) ? J’es­saye tou­jours de sou­te­nir le can­di­dat qui ras­semble le plus lar­ge­ment pos­sible. C’est par­ti­cu­liè­re­ment im­por­tant lors­qu’on fonc­tionne en mode pro­jet.

Est-ce à dire que vous tai­rez vos pré­fé­rences en vue des fu­tures pré­si­den­tielles alors que douze can­di­dats se sont dé­jà dé­cla­rés pour la pri­maire à droite et au centre ? Je suis très pru­dent. Je n’ose vous rap­pe­ler la si­tua­tion po­li­tique à un an des élec­tions de 2012. À l’époque, M. Strauss­Kahn était don­né fa­vo­ri… Or nous ne sa­vons pas en­core qui se­ra réel­le­ment can­di­dat aux pri­maires de no­vembre. Très fran­che­ment, il y a trop peu de vi­si­bi­li­té pour que je me pro­nonce au­jourd’hui.

Ch­ris­tophe Ba­zile s’est confié au Pays Fo­rez-Coeur de Loire.

ÉDILE. Ch­ris­tophe Ba­zile, can­di­dat et dé­fen­seur du plus large ras­sem­ble­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.