Ri­vas et Mon­trond, aux deux ex­trêmes

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Dossier -

D’un cô­té Ri­vas, de l’autre Mon­trond-les-Bains. Si­tuées aux deux an­ti­podes sur l’échelle de l’en­det­te­ment, les col­lec­ti­vi­tés fo­ré­ziennes dé­fendent cha­cune leur stra­té­gie.

C’est un zé­ro poin­té que Mi­chel Cham­bon­net, maire de Ri­vas, pour­rait en­ca­drer. Au 31 dé­cembre 2014, l’en­det­te­ment de sa com­mune était nul, le fruit de « bonnes idées et d’une sa­crée vo­lon­té ». Car à son ar­ri­vée aux af­faires, en 1995, la si­tua­tion comp­table n’était « pas brillante. Il a fal­lu rem­bour­ser les dettes, aug­men­ter les im­pôts, se sou­vient­il. Mais nous avons bâ­ti un pro­gramme sur quinze ans, sol­li­ci­té des sub­ven­tions au bon mo­ment et consti­tué un fonds de rou­le­ment. »

Son se­cret ? « On a eu la chance d’avoir des en­tre­prises dy­na­miques », re­con­naît­il. 156.000 eu­ros tombent an­nuel­le­ment dans l’es­car­celle com­mu­nale via la co­ti­sa­tion fon­ cière des en­tre­prises (CFE). La construc­tion de lo­tis­se­ments com­mu­naux a aus­si eu son pe­tit ef­fet : leur pro­duit a rap­por­té de quoi fi­nan­cer les nou­veaux in­ves­tis­se­ments. Ré­fec­tion de la mai­rie, de l’école, de l’église, de la salle des fêtes, dis­si­mu­la­tion des ré­seaux… De gros tra­vaux ont amé­lio­ré le quo­ti­dien des 500 ha­bi­tants. La com­mune de Mon­trond, elle aus­si, a beau coup in­ves­ti en vingt ans : construc­tion des Fo­ré­zia­ les, des thermes, de deux salles de sport, dé­mé­na­ge­ment du Ca­si­no, re­fonte de tous les ré­seaux secs et hu­mides… 90 mil­lions d’eu­ros en tout.

In­ves­tir avant tout

Le maire, Claude Gi­raud, et son pre­mier ad­joint, Serge Per­cet, sont fiers du tra­vail ac­com­pli. « C’est avec l’en­det­te­ment qu’on dé­ve­loppe une com­mune », es­timent­ils. Contrai­re­ment aux ap­pa­rences, la Ville n’est pas en mau­vaise pos­ture. « Nous re­cen­sons 5.200 ha­bi­tants mais nous avons le bud­get d’une com­mune de 10.000. C’est comme si deux mé­nages de­vaient rem­bour­ser un même em­prunt pour leur mai­son à ce­ci près que l’un est au Smic (sa­laire mi­ni­mum) et l’autre gagne le double (l’ex­cé­dent brut d’ex­ploi­ta­tion at­teint 368 € par ha­bi­tant quand ce­lui des col­lec­ti­vi­tés voi­sines est de l’ordre de 100 €, N.D.L.R.). On se sert de l’ar­gent. »

Les grands pro­jets ayant presque tous bas­cu­lé dans le concret, la col­lec­ti­vi­té s’est en­ga­gée sur la voie du désen­det­te­ment. L’en­cours a été sou­la­gé d’1,3 mil­lion d’eu­ros en 2016. « Il nous fau­drait sept ans pour le rem­bour­ser en y consa­crant la to­ta­li­té de notre au­to­fi­nan­ce­ment, cal­cule Claude Gi­raud. L’idée est de ra­me­ner cette du­rée à quatre ans et de­mi ». Sans en faire por­ter le poids à l’im­pôt et sans tou­cher au ni­veau de ser­vice à la po­pu­la­tion.

IN­VES­TIS­SE­MENTS. Mon­trond s’est do­tée d’un parc ther­mal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.