Su­per Vic­tor, un ami qui vous veut du bien

La mas­cotte de l’Eu­ro 2016 est née à la Tour­de­Sal­va­gny, dans les lo­caux de l’en­tre­prise Ze­brand

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Le Portrait - Sa­rah Dou­vi­zy sa­rah.dou­vi­zy@cen­tre­france.com

Le pe­tit gar­çon am­bas­sa­deur du foot­ball eu­ro­péen, Su­per Vic­tor, fait l’una­ni­mi­té de­puis sa pré­sen­ta­tion of­fi­cielle en no­vembre 2014. Mal­gré son jeune âge, la mas­cotte de l’Eu­ro 2016 est bien dans ses cram­pons.

ui ne garde pas en tête le fias­co mon­dial ren­con­tré par la mas­cotte Foo­tix ? 18 ans plus tard, la France est à nou­veau l’or­ga­ni­sa­trice d’un évé­ne­ment ma­jeur pour le monde du foot­ball, l’Eu­ro 2016. Et 18 ans plus tard, une nou­velle mas­cotte est née : Su­per Vic­tor.

Son pe­tit nez en trom­pette, sa mèche au vent et son air ma­li­cieux font de lui l’ami rê­vé. Avec ses traits de per­son­nage de bande des­si­née ou de film d’ani­ma­tion, on lui prête fa­ci­le­ment ami­tié à Tin­tin, As­té­rix, Ala­din et autres hé­ros des pe­tits, mais aus­si des grands.

Si Su­per Vic­tor est un gar­çon comme les autres, fan du sport pré­fé­ré des Fran­çais, en­joué et heu­reux de vivre, il n’en reste pas moins un peu ma­gique. « Mes pou­voirs me per­mettent de voya­ger par­tout en Eu­rope, et d’as­sis­ter à tous les matchs de l’Eu­ro. Grâce à ma cape et mes cram­pons, je peux ren­con­trer tous les gens que je sou­haite, où je veux, et quand je veux », se ré­jouit le su­per­pe­tit gar­çon. l’équipe de France. « Je re­pré­sente tous les pays par­ti­ci­pants à l’Eu­ro 2016, et c’est quelque chose au­quel je tiens, pré­cise Su­per Vic­tor. Évi­dem­ment, puisque je suis né en France, à cô­té d’une ville de foot, si mon pays d’ori­gine ga­gnait, je se­rais très heu­reux. Et puis ça per­met­trait à mon co­pain Foo­tix de se faire un peu ou­blier… Il a la vie dure de­puis 18 ans ».

La sé­ré­ni­té que dé­gage le pe­tit gar­çon, en ces temps dif­fi­ciles de me­naces ter­ro­ristes, a pour ob­jec­tif d’apai­ser les ten­sions, et de sym­bo­li­ser l’image pre­ mière du foot­ball : le spec­tacle en fa­mille. « C’est dif­fi­cile pour moi quand je vois ce qu’il s’est pas­sé à Mar­seille entre les Russes et les An­glais. Mon sport n’est pas vio­lence et af­fron­te­ment. Ce n’est pas le mes­sage que je veux faire pas­ser », se dé­sole Su­per Vic­tor.

De­puis sa pré­sen­ta­tion au public en no­vembre 2014, et avant même que l’Eu­ro ne dé­bute, Su­per Vic­tor a été ex­trê­me­ment sol­li­ci­té. Un en­goue­ment de la part du public qui ra­vie la jeune mas­cotte : « C’est gé­nial pour moi de voir que les gens m’aiment et qu’ils sont heu­reux de me voir. En l’es­pace de quelque mois, je suis de­ve­nue une vé­ri­table star. Le public fait la queue pour faire des photos avec moi, pour me ser­rer la main ou pour sim­ple­ment me sou­rire. C’est tel­le­ment agréable. Je crois que les gens ont com­pris que mon but était de les fé­dé­rer au­tour d’un évé­ne­ment et d’un sport que j’af­fec­tionne. Et ça, c’est su­per ! »

Comme tou­jours lors­qu’une mas­cotte voit le jour, cer­taines per­sonnes la cri­tiquent, lui trouvent bon nombre de dé­fauts. Beau­coup de spé­cia­listes en la ma­tière ont dé­non­cé le fait que le pe­tit gar­çon ne soit pas plu­tôt une pe­tite fille. Su­per Vic­tor a un avis bien tran­ché sur la ques­tion. « L’Eu­ro 2016 de foot­ball est une com­pé­ti­tion mas­cu­line et non fé­mi­nine. Ce n’est pas comme les Jeux Olym­piques par exemple, où il y a de la mixi­té. Pour l’Eu­ro, ce sont des hommes qui sont sur le ter­rain, et si j’avais été une pe­tite fille, je suis per­sua­dé qu’il y au­rait eu une confu­sion des genres. »

« Grâce à ma cape et mes cram­pons, je peux ren­con­trer tous les gens que je sou­haite »

PHOTO BEP

SUC­CÈS. De­puis que la mas­cotte a été pré­sen­tée, au mois de no­vembre 2014, celle-ci est sol­li­ci­tée pour de nom­breux évé­ne­ments spor­tifs par­tout en France. Pe­tits et grands sont fans du per­son­nage et s’ar­rachent des sel­fies en sa com­pa­gnie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.