Il échappe à la pri­son ferme

Un Pon­tram­ber­tois dé­jà con­dam­né pour dé­lin­quance rou­tière

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Faits Divers - Justice -

Il y a un an, le sta­tion­ne­ment pré­ci­pi­té et non maî­tri­sé d’un au­to­mo­bi­liste dans une rue de SaintÉ­tienne, avait sur­pris des po­li­ciers qui ef­fec­tuaient un contrôle à quelques mètres de là. L’homme condui­sait de­puis long­temps sans per­mis de conduire.

«Le sou­ci dans ce dos­sier, c’est le ca­sier ju­di­ciaire. C’est vrai que les faits ne sont pas très graves mais on voit très bien que mon­sieur est un dé­lin­quant d’ha­bi­tude en ma­tière de conduite. La jus­tice lui a don­né plu­sieurs fois sa chance avec du sur­sis et des jours­amende à deux re­prises dé­jà. Pour moi, ça suf­fit. Je re­quiers trois mois de pri­son et 300 € d’amende. »

Il part en cou­rant sans fer­mer sa voi­ture

Les mots d’Hen­ry de Pon­cins semblent n’avoir au­cun ef­fet sur le pré­ve­nu qui com­pa­raît pour dé­lit de fuite après un ac­ci­dent et conduite d’un vé­hi­cule à une vi­tesse ex­ces­sive. Le ton du sub­sti­tut du pro­cu­reur de la Ré­pu­blique est ferme mais son in­ter­lo­cu­teur ne tra­hit au­cune émo­tion. Comme s’il sa­ vait que la pri­son se­rait in­évi­ta­ble­ment au bout du che­min.

Voi­là deux dé­cen­nies que ce qua­dra­gé­naire d’ori­gine cen­tra­fri­caine, do­mi­ci­lié à Saint­Just­Saint­Ram­bert, a dé­jà connu sa pre­mière condam­na­tion. C’était en 1996 et c’était dé­jà pour un pro­blème de conduite. Plu­sieurs autres condam­na­tions ont été pro­non­cées dont une der­nière en 2015, en­core et tou­jours pour dé­lin­quance rou­tière. Sans is­sue dra­ma­tique jus­qu’à pré­sent.

En juin 2015, il cir­cule à Saint­Étienne quand il freine sou­dai­ne­ment, en­tame une marche ar­rière et ef­fec­tue un cré­neau aus­si ra­pide que non maî­tri­sé. Son vé­hi­cule, une Ci­troën C 3 heurte le pa­re­chocs avant de la voi­ture sta­tion­née der­rière lui. Loin de s’en­qué­rir des dé­gâts com­mis, le conduc­teur quitte pré­ci­pi­tam­ment son ha­bi­tacle et part en cou­rant sans même prendre le temps de ver­rouiller les portes de son au­to­mo­bile sta­tion­née… sur un pas­sage pro­té­gé.

Dé­lit de fuite dif­fi­cile à ca­rac­té­ri­ser

Au bout de la rue, une pa­trouille de po­lice ef­fec­tue un contrôle. Les fonc­tion­naires « cueillent » l’au­to­mo­bi­liste quand ce der­nier vient re­prendre pos­ses­sion de sa voi­ture, une heure plus tard. Ce père d’une fa­mille de quatre en­fants tente d’abord de faire croire que ce n’est pas lui qui était au vo­lant mais sa concu­bine. En vain, un té­moin l’a par­fai­te­ment re­con­nu. Il n’a pas de per­mis de conduire. En re­vanche, il nie avoir vou­lu prendre la fuite. « J’ai sim­ple­ment cou­ru pour tra­ver­ser, as­sure­t­il au pré­sident François Bou­riaud qui se de­mande ou­ver­te­ment si, la voi­ture étant res­tée sur place, le dé­lit de fuite peut être consti­tué ?

L’avo­cate du pré­ve­nu s’en­gouffre dans la brèche. Pour elle, im­pos­sible de pour­suivre son client pour dé­lit de fuite. « Il s’est ga­ré où il pou­vait pour al­ler à la bra­de­rie. Je n’ai pas trou­vé le pro­cès­ver­bal de consta­ta­tion des faits dans ce dos­sier », ex­plique une femme qui s’étonne que le pro­prié­taire du vé­hi­cule abî­mé ait été in­dem­ni­sé pour son pare­chocs avant et son pare­chocs ar­rière.

Re­laxé pour le dé­lit de fuite, son client évite aus­si la pri­son. Le tri­bu­nal a pro­non­cé une peine de 90 jours­amende à 10 €. L’homme qui vient d’avoir son code, va (en­fin) pou­voir pas­ser son per­mis de conduire dans les jours qui viennent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.