« La mai­rie re­fuse une dé­ro­ga­tion »

L’his­toire d’une mère de fa­mille cé­li­ba­taire

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Pays De Saint-galmier -

Ch­ris­telle, la ma­man de Joa­na, une pe­tite fille de 3 ans, ha­bite à Crain­tilleux, tra­vaille à la STAS, à Saint-Étienne, et em­ploie une as­sis­tante ma­ter­nelle bois­se­taire.

À Crain­tilleux en ef­fet, au­cune « nou­nou » ne pou­vait ré­pondre à ses at­tentes tan­dis qu’à Bois­set­lès­Montrond, Lau­rence Be­gon, as­sis­tante ma­ter­nelle de­puis 2008, a ac­cep­té de gar­der Joa­na, qui lui a donc été confiée à l’âge de 8 mois. « Je sou­tiens cette ma­man qui se bat toute seule avec sa pe­tite fille, confie la pro­fes­sion­nelle. Je re­grette qu’une pe­tite com­mune comme la nôtre ne fasse pas preuve d’un peu plus d’ou­ver­ture face à un cas comme ce­lui­ci », dé­plore Lau­rence Be­gon. pre­mière ren­trée à l’école ma­ter­nelle. Or, Joa­na doit être sco­la­ri­sée sur la com­mune où ré­sident ses pa­rents, en l’oc­cur­rence Crain­tilleux. Compte te­nu de ses ho­raires, sa ma­man ne pour­ra pas al­ler la cher­cher et de­vra donc lais­ser sa pe­tite fille au pé­ri­sco­laire jus­qu’à 18 h 30.

La so­lu­tion pour évi­ter à une en­fant de pas­ser des jour­nées com­plètes à l’école se­rait de per­mettre à sa ma­man de l’ins­crire sur la com­mune de ré­si­dence de son as­sis­tante ma­ter­nelle. Seule­ment voi­là, « la mai­rie de Bois­set­lès­Montrond re­fuse d’ac­cor­der des dé­ro­ga­tions au pré­texte qu’en ac­cé­dant à une de­mande, une di­zaine d’autres leur se­raient adres­sées par des fa­milles dans des cas si­mi­laires ».

Quels rythmes sco­laires ?

L’ar­gu­ment est re­ce­vable, les pe­tites com­munes ne pou­vant pas se per­mettre d’ac­cueillir un nombre top éle­vé d’en­fants dans leurs écoles, le coût des TAP (temps d’ac­ti­vi­tés pé­ri­sco­laires) étant souvent à leur charge. Tou­te­fois, à l’heure où l’on se sou­cie tel­le­ment des rythmes sco­laires de l’en­fant, il est dif­fi­ci­le­ment com­pré­hen­sible de lais­ser une ma­man cé­li­ba­taire dans une si­tua­tion de dé­tresse hu­maine. À ce jour, au­cune so­lu­tion n’a en­core été trou­vée pour per­mettre à Joa­na de pro­fi­ter de jour­nées moins longues à l’école.

De très longues jour­nées pré­vues à l’école crain­tilloise

AS­SIS­TANTE MA­TER­NELLE. «Je sou­tiens cette ma­man qui se bat toute seule avec sa pe­tite fille », confie Lau­rence Be­gon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.