La fu­ture au­to­route de­vrait voir le jour

Le Dé­par­te­ment par­ti­ci­pe­ra à hau­teur de 132 mil­lions d’€. À Saint­Étienne Mé­tro­pole de s’en­ga­ger ce jeu­di.

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Le Con­seil dé­par­te­men­tal de la Loire a va­li­dé sa par­ti­ci­pa­tion à hau­teur de 132 M d’€ dans la construc­tion de la fu­ture au­to­route A 45 entre Saint-Étienne et Lyon. Saint-Étienne Mé­tro­pole doit l’imi­ter ce jeu­di puis ce se­ra au tour de la Région Auvergne-Rhô­neAlpes le 7 juillet pro­chain. Les op­po­sants au pro­jet ne désarment pas mais…

Une ving­taine d’op­po­sants avec par­mi eux Pas­cal Gar­ri­do, le maire de La Ta­lau­dière, a as­sis­té, lun­di 27 juin, au dé­bat pu­blic du Con­seil dé­par­te­men­tal de la Loire concer­nant la par­ti­ci­pa­tion du Dé­par­te­ment au fi­nan­ce­ment de la fu­ture au­to­route A 45 entre Saint­Étienne et Lyon. Con­for­mé­ment à l’ac­cord pas­sé avec le pré­sident Ber­nard Bonne, ils sont res­tés si­len­cieux, sous peine de de­voir quit­ter les lieux. Et ils ont as­sis­té, presque in­ter­dits, au vote pu­blic no­mi­na­tif des conseillers dé­par­te­men­taux : 28 voix pour, 10 contre et 4 abs­ten­tions.

La Région aug­mente sa contri­bu­tion fi­nan­cière

Sans ap­pel même si ces op­po­sants res­tent mo­bi­li­sés et de­vraient le prou­ver ce jeu­di alors que les élus de Saint­Étienne Mé­tro­pole doivent, à leur tour, se pen­cher sur la par­ti­ci­pa­tion si­mi­laire de la com­mu­nau­té ur­baine sté­pha­noise au Musée d’art mo­derne et contem­po­rain de Saint­Étienne.

La veille du vote au Dé­par­te­ment, Laurent Wau­quiez avait an­non­cé que la Région Auvergne­Rhône­Alpes, « consciente de l’en­jeu ma­jeur de cette nou­velle liai­son au­to­rou­tière pour le ter­ri­toire » et convain­cue par une étude fai­sant état d’un coût sen­si­ble­ment si­mi­laire entre la créa­tion de l’au­to­route A 45 et la ré­no­va­tion de l’ac­tuelle A 47, était fi­na­le­ment prête à s’en­ga­ger sur la même base que les deux autres col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, soit 131.664.28 €, au lieu des 100 mil­lions ini­tia­le­ment prévus.

Vote en âme et cons­cience

« Ex­cel­lente nou­velle », pour Gaël Per­driau qui s’est « ré­joui que le pré­sident de la Région Auvergne­Rhône­Alpes tienne la promesse qu’il avait faite vis­àvis des ha­bi­tants de la Loire, de la Haute­Loire, et plus gé­né­ra­le­ment d’Auvergne­Rhône­Alpes ». De quoi apai­ser les ten­sions sur­ve­nues entre les deux hommes ces der­niers mois sur fond de sou­tien à deux can­di­dats dif­fé­rents aux pri­maires de la droite dans la pers­pec­tive des pro­chaines élec­tions pré­si­den­ tielles ? Rien n’est moins sûr.

Néan­moins, l’an­nonce de cette par­ti­ci­pa­tion ré­gio­nale (re­vue à la hausse mais qui doit en­core être vo­tée le 7 juillet pro­chain) per­met d’al­lé­ger la note du Dé­par­te­ment et de la com­mu­nau­té ur­baine sté­pha­noise. Les édiles li­gé­riens se sont en­ga­gés sur « une au­to­ri­sa­tion de pro­gramme de 132 M d’€ ». La dé­li­bé­ra­tion sur la par­ti­ci­pa­tion mé­tro­po­li­taine sté­pha­noise au « co­fi­nan­ce­ment de la sub­ven­tion d’équi­libre » de cette fu­ture liai­son pré­voit une somme iden­tique. Sûrs que comme leurs ho­mo­logues du Dé­par­te­ment, la so­cia­liste Arlette Ber­nard, le maire cen­triste du Cham­bon­Feu­ge­rolles et pré­sident de la Fé­dé­ra­tion des maires de la Loire, Jean­Fran­çois Bar­nier, ou Pierre­Jean­Ro­chette, maire sans éti­quette de Boën­sur­Lignon, plu­sieurs voix s’élè­ve­ront contre « le désen­ga­ge­ment de l’État dans un dos­sier qui re­lève pour­tant de sa com­pé­tence ». Mais sûr aus­si que Saint­Étienne Mé­tro­pole fi­ni­ra par va­li­der sa par­ti­ci­pa­tion.

La promesse qu’il n’y au­ra pas de hausse de fis­ca­li­té

Dé­but des tra­vaux en­vi­sa­geable fin 2018­dé­but 2019

Comme lun­di der­nier, les uns et les autres re­di­ront leurs ar­gu­ments ­ en fa­veur de cette fu­ture liai­son comme Vé­ro­nique Cha­vrot et Jean­Claude Char­vin, membres de la ma­jo­ri­té dé­par­te­men­tale et res­pec­ti­ve­ment maires de Vio­lay et du Cham­bon­Feu­ge­rolles et Jo­seph Fer­ra­ra, élu du groupe Loire so­li­daire, ou en op­po­si­tion comme Ma­rie­Mi­chelle Vial­le­ton d’Eu­rope éco­lo­gie­Les Verts (EELV), Vio­lette Au­ber­ger et Jean Bar­tho­lin de la Gauche ré­pu­bli­caine et ci­toyenne et Pier­rick Cour­bon, pré­sident du groupe Loire so­li­daire, so­cia­listes, éco­lo­gistes et ap­pa­ren­tés ­ mais l’is­sue semble iné­luc­table. Sur­tout que comme Ber­nard Bonne qui s’est en­ga­gé à « ne pas aug­men­ter les im­pôts liés à l’em­prunt né­ces­saire pour cette au­to­route », Gaël Per­driau de­vrait pro­mettre qu’il n’y au­ra « pas de hausse de fis­ca­li­té sur la pé­riode 2016­2025 ».

Après le vote du Dé­par­te­ment et de la com­mu­nau­té ur­baine sté­pha­noise, ce se­ra au tour de la Région Auvergne­Rhône­Alpes de s’en­ga­ger, le 7 juillet pro­chain. Ces conven­tions se­ront an­nexées au contrat de conces­sion entre l’État et le groupe Vin­ci qui pour­rait être si­gné à l’au­tomne pro­chain pour un dé­but des tra­vaux en­vi­sa­geable fin 2018­dé­but 2019 et une mise en ser­vice en 2024­2025.

A 47. Tout le monde est d’ac­cord pour re­con­naître que l’ac­tuelle au­to­route est dé­gra­dée, dé­pas­sée et dan­ge­reuse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.