La tri­plette la plus chère du monde

C’est le nom de l’oeuvre réa­li­sée par deux grands noms du pa­tri­moine li­gé­rien qui ont sou­hai­té mettre en avant leurs com­pé­tences.

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ju­lien Gar­don

Les boules Obut et le joaillier Tour­naire ont uni leurs com­pé­tences pour mettre en avant le sa­voir­faire de deux en­tre­prises em­blé­ma­tiques du dé­par­te­ment.

Al­chi­mie est le fruit de cette col­la­bo­ra­tion, une tri­plette très haut de gamme ser­tie de 180 grammes d’or et 12 ca­rats de dia­mants, d’une va­leur de 100.000 eu­ros.

C’est l’his­toire de deux gé­né­ra­tions de deux fa­milles qui se sont re­trou­vées pour un pro­jet com­mun. « Nos pères vont sou­vent au stade Geof­froy­Gui­chard où ils se sont de­man­dés s’ils n’al­laient pas tra­vailler en­semble, ex­plique Ma­thieu Tour­naire. Ils en ont par­lé. Nous, on l’a fait. »

« Nous », ce sont Ma­thieu Tour­naire, donc, le fils du joaillier Phi­lippe, ba­sé à Sa­vi­gneux, et Ro­main Sou­vi­gnet, fils de Pierre, le pa­tron des boules Obut, l’en­tre­prise phare de Saint­Bon­net­le­Châ­teau. Et le ré­sul­tat est Al­chi­mie, « une tri­plette unique au monde ».

Plu­sieurs se­maines de tra­vail

« Cette aven­ture a pour but de mettre en avant deux en­tre­prises du pa­tri­moine vi­vant de la Loire, ex­plique Ro­main Sou­vi­gnet. Il n’y a rien de bling­bling dans cette dé­marche. Il s’agit seule­ment de mon­trer les sa­ voir­faire de deux en­tre­prises dis­tantes de 25 km. »

Pour un ré­sul­tat « par­fait ». Com­po­sées d’un in­ox haut de gamme et « usi­nées à la per­fec­tion », les boules sont mar­quées de car­rés, de tri­angles et de ronds, « tri­lo­gie sym­bole de La Tri­ni­té » chère à Phi­lippe Tour­naire, mar­quant « le pas­sé, le pré­sent et l’ave­nir, soit l’évo­lu­tion de l’homme à tra­vers la vie, qui le mène à la sa­gesse, notre rai­son de vivre à tous ».

Des élé­ments qu’il a fal­lu « gra­ver de bord à bord, en croi­sé, ce qui est fa­cile sur une sur­face plane, mais pas évident sur une boule, avance Pierre Sou­vi­gnet. Mais c’était dans le ca­hier des charges, très pré­cis. Nous avons pro­cé­dé à énor­mé­ment d’es­sais pour être rac­cord au moindre cen­tième. C’était notre prin­ci­pal chal­lenge. » En­suite, les boules Obut ont pris la di­rec­tion des ate­liers de Sa­vi­gneux, où chaque élé­ment a été or­ne­men­té. Un tra­vail de plu­ sieurs se­maines réa­li­sé par Marc Pi­gnard, chef d’ate­lier, et son col­lègue pour qui la tâche a oc­ca­sion­né une ten­di­nite, à force de por­ter les boules à bout de bras. Mais toutes ont été mi­nu­tieu­se­ment ser­ties de ma­nière ab­so­lu­ment iden­tique d’un to­tal de 180 grammes d’or et de 12 ca­rats de dia­mants. Elles sont ac­com­pa­gnées d’un co­chon­net en or de 55 g, lui aus­si ser­ti de dia­mants. Le tout pour un prix de 100.000 eu­ros. Cette aven­ture est des­ti­née à mettre en avant le sa­voir­faire de deux en­tre­prises du pa­tri­moine vi­vant de la Loire. « Si nous ven­dons cette tri­plette, ce n’est que du bo­nus, pas une prio­ri­té », es­time Phi­lippe Tour­naire. L’as­so­cia­tion Au­tisme Fo­rez­Les Dau­phins n’est pas vrai­ment de cet avis, elle qui bé­né­fi­cie­ra d’une par­tie du fruit d’une éven­tuelle vente. Mais à qui ?

Pas ques­tion de jouer avec

Un joueur in­vé­té­ré ne fait pas par­tie des clients po­ten­tiels car il n’est pas ques­tion de jouer à la pétanque avec cette tri­plette unique au monde, « le dia­mant cas­se­rait ». Un riche col­lec­tion­neur semble être une cible plus cré­dible pour cette oeuvre pré­sen­tée au ré­cent Sa­lon du luxe. Ce qui per­met de se rendre compte que « les en­tre­prises de pro­vince sont ca­pables de faire de belles choses ».

Une tri­plette mise au prix de 100.000 eu­ros

FIER­TÉ. Ro­main Sou­vi­gnet, Phi­lippe Tour­naire, Pierre Sou­vi­gnet et Ma­thieu Tour­naire (de gauche à droite) contemplent leur oeuvre com­mune et unique.

TRI­PLETTE. Les trois boules sont ac­com­pa­gnées d’un co­chon­net en or.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.