Syl­vie La­caille, une ex­ar­bitre in­ter­na­tio­nale à la pré­si­dence du bas­ket fé­mi­nin

Le Bas­ket Club de Montbrison fé­mi­nin (BCMF) a por­té à sa tête une an­cienne bas­ket­teuse ama­teur qui a été ar­bitre de ni­veau in­ter­na­tio­nal. Syl­vie La­caille veut fé­dé­rer et mieux struc­tu­rer le club avant de « pas­ser la main à quel­qu’un de plus jeune ».

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Il y a un an, Syl­vie La­caille ve­nait en­cou­ra­ger et ap­plau­dir les joueuses du Bas­ket Club de Montbrison fé­mi­nin (BCMF) sous la voûte de la salle Jean­Pierre­Cher­blanc. Comme n’im­porte quelle sup­por­trice lamb­da. Le mois pro­chain, elle se­ra aux cô­tés de l’en­traî­neure Co­rinne Be­nin­ten­di pour la re­prise de l’en­traî­ne­ment, le 8 août, et pour sou­hai­ter la bien­ve­nue aux nou­veaux élé­ments (lire notre édi­tion du 23 juin) dans un club… qu’elle pré­side.

Fin de car­rière dans une en­tre­prise de Lé­zi­gneux

Ce chan­ge­ment de sta­tut ful­gu­rant, Syl­vie La­caille l’as­sume mais elle ne l’a pas vu ve­nir. Ou presque. La sai­son pas­sée, son ex­pé­rience pro­fes­sion­nelle d’an­cienne comp­table avait été pré­cieuse au sein d’un club qui dé­cou­vrait la Ligue 2. Après trois mon­tées suc­ces­sives en trois ans, le BCMF souf­frait d’un manque de com­pé­tences pour faire face à ses nou­velles obli­ga­tions, ad­mi­nis­tra­tives no­tam­ ment. Aler­tés du pro­fil de Syl­vie La­caille, les di­ri­geants avaient fait ap­pel à ses ser­vices pour as­su­rer le rôle de tré­so­rière.

Près de quatre dé­cen­nies de comp­table et de res­pon­sable ad­mi­nis­tra­tive dans le monde de l’en­tre­prise l’ont em­me­née de la ré­gion di­jon­naise, où elle a pas­sé toute son en­fance, son ado­les­cence et sa jeu­nesse, jus­qu’au Montbrisonnais où elle a ter­mi­né sa car­rière chez « Au bout des rêves », créa­teur de bi­joux fan­tai­sie haut de gamme à Lé­zi­gneux, en pas­sant par Mâ­con, dans une en­tre­prise de bâ­ti­ment et de tra­vaux pu­blics (BTP).

La dé­mis­sion du pré­sident Her­vé Mon­zy, confron­té à ses obli­ga­tions pro­fes­sion­nelles et dé­si­reux de se dé­char­ger un peu après cinq an­nées où il avait beau­coup don­né (lire notre édi­tion du 30 juin), a pré­ci­pi­té son as­cen­sion.

Elle qui ne re­ven­di­quait et ne de­man­dait rien s’est, en re­vanche, lais­sée convaincre qu’il fal­lait ré­pondre à l’ami­cale sol­li­ci­ta­tion des di­ri­geants du BCMF, Jean­Ma­rie Dar­ra­gon, l’homme du sec­teur com­mer­cial du club, et Ni­cole Lo­ri­guet, la fon­da­trice et an­cienne pré­si­dente, en tête. Pas un sa­cri­fice car elle aime le bas­ket et ne se sous­trait pas à ses res­pon­sa­bi­li­tés mais une dé­si­gna­tion « par dé­faut », Syl­vie La­caille l’avoue.

« Tous en­semble », la de­vise du club

Et elle s’em­presse de pré­ci­ser que son in­ten­tion est de « re­mettre les fon­da­tions en place, ren­for­cer les struc­tures du club. Je suis ce qu’on ap­pelle “une be­so­gneuse”, es­time la nou­velle pré­si­dente. La vi­sion pros­pec­tive à dix ans, ce n’est pas mon truc. Moi, je veux éla­bo­rer un pro­jet as­so­cia­tif sur trois ou quatre ans, fé­dé­rer toutes les com­po­santes du BCMF afin de don­ner en­vie à quel­qu’un de plus jeune de prendre la suite. Il y a quelques an­nées, la de­vise du club, c’était “Tous en­semble”, c’est très bien et ça doit res­ter comme ça. » Elle sou­ligne qu’elle est « la pré­si­dente du club et pas de l’équipe une ».

Cette fonc­tion est bien la seule que cette ama­trice de bas­ket n’avait pas oc­cu­pée jus­qu’à pré­sent. Elle avait douze ans quand elle a com­men­cé à jouer dans un club de la ré­gion di­jon­naise pré­si­dé par… son père. Douze ans plus tard, elle se blesse à un ge­nou. Car­rière ter­mi­née pour cette joueuse de ni­veau ré­gio­nal qui avait fait « quelques bancs en Na­tio­nale 4 », ni­veau où évo­luaient éga­le­ment les Mont­bri­son­naises. « J’ai alors été sol­li­ci­tée pour ar­bi­trer », se sou­vient une femme qui a aus­si en­ca­dré des sé­lec­tions de jeunes.

Cette an­cienne ar­bitre se sou­vient d’avoir di­ri­gé… Co­rinne Be­nin­ten­di

An­cienne ar­bitre de ni­veau in­ter­na­tio­nal

Elle a di­ri­gé des ren­contres jus­qu’au ni­veau in­ter­na­tio­nal avec plu­sieurs matches de Coupe d’Eu­rope au sif­flet. Syl­vie La­caille se sou­vient aus­si d’avoir of­fi­cié dans le Fo­rez, « un der­by chez les gar­çons entre Feurs et Cler­mont­Fer­rand qui avait été chaud » et à Challes­les­Eaux à l’époque où évo­luait une cer­taine… Co­rinne Be­nin­ten­di. « Elle ne se sou­vient pas de moi, c’est plu­tôt une bonne chose », s’amuse une pré­si­dente qui pré­vient : pas ques­tion de tout sa­cri­fier pour le bas­ket et sa pré­si­dence.

Ain­si, Syl­vie La­caille, qui chante dans une cho­rale de la val­lée du Gier de­puis des an­nées, ne man­que­ra pas les dates de re­pré­sen­ta­tion. Même si c’est un sa­me­di où les filles du BCMF dis­putent une jour­née de Ligue 2. Jeune pré­re­trai­tée, elle a aus­si pro­mis à sa mère qui ré­side au­jourd’hui dans le su­douest d’al­ler la voir tous les deux mois.

PRÉ­SI­DENTE. An­cienne joueuse et an­cien ar­bitre, Syl­vie La­caille rap­pelle qu’elle est « la pré­si­dente du BCMF, pas de l’équipe une ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.