Pour le plai­sir de faire dé­cou­vrir

Avec sa col­lègue Nol­wenn, le guide de Loire­Fo­rez fait ap­pré­cier son ter­ri­toire

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Le Portrait - Ju­lien Gar­don

Guide de­puis 2009 à l’of­fice de tou­risme de Loire-Fo­rez, Laurent Guer­rie­ri connaît les in­nom­brables tré­sors du ter­ri­toire sur le bout des doigts. Et il ne se lasse pas de par­ta­ger ses connais­sances.

«Nous avons la chance de tra­vailler sur un im­mense ter­rain de jeu », s’amuse Laurent Guer­rie­ri. Le res­pon­sable du ser­vice ani­ma­tion et évé­ne­men­tiel à l’of­fice de tou­risme Loire­Fo­rez se ré­jouit de sé­vir sur « un ter­ri­toire de 45 com­munes avec un pa­tri­moine et une his­toire très in­té­res­sants » plu­tôt que, par exemple, « dans un mu­sée, où l’on fait trois ou quatre fois la même vi­site chaque jour. Ça doit être las­sant. »

De­puis 2009 et son ar­ri­vée à Loire­Fo­rez, le jeune guide ne se lasse pas de Mont­bri­son, SaintJust­Saint­Ram­bert, ou Champ­dieu. Sur­tout l’été. « Il y a alors beau­coup plus d’ac­ti­vi­té, nous sommes tou­jours sur le ter­rain. Il fait beau, les gens sont dé­ten­dus et nous fai­sons beau­coup de ren­contres. » Beau­coup de vi­sites, aus­si. Celle qui l’a le plus mar­qué reste la pre­mière qu’il a ef­fec­tuée sur le ter­ri­toire, à la Ver­re­rie de Saint­Just. « J’étais en contrat à du­rée dé­ter­mi­née et j’ai dû rem­pla­cer le guide ti­tu­laire au pied le­vé. J’ai été un peu pris au dé­pour­vu, ce qui avait un cô­té ef­frayant car il s’agis­sait d’ex­pli­quer un sa­voir­faire et donc de ren­trer dans des termes un peu tech­niques. » Mais il garde un bon sou­ve­nir de « site in­dus­triel ex­tra­or­di­naire » qu’il met en avant à lon­gueur d’an­nées, comme tant d’autres.

Ci­bler les en­vies et di­ver­si­fier l’offre

Avec par­fois des mo­ments forts, comme lors d’une vi­site pour non et mal­voyants à la Dia­na. « Dans la salle hé­ral­dique, le plan­cher craque, il y a une odeur de cire et de l’écho. Ce jour­là, un aveugle s’est ex­cla­mé “Oh, c’est beau ! ”. C’était un mo­ment d’émotion qui m’a don­né l’idée de peut­être faire vi­si­ter des sites en ban­dant les yeux du pu­blic et en lui dé­cri­vant ce qui l’en­toure. »

Une ini­tia­tive qui pour­rait s’ajou­ter aux vi­sites plus clas­siques, mais aus­si à un dis­po­si­tif plus confi­den­tiel, qui as­sure tout au­tant la pro­mo­tion du ter­ri­toire et de ses sa­voir­faire : les Clés de Loire­Fo­rez. Un pro­jet mis en place par Laurent Guer­rie­ri et sa col­lègue Nol­wenn Ker­veillant, qui per­met de « di­ver­si­fier l’offre tout en ci­blant les en­vies de cha­cun ». Les per­sonnes in­té­res­sées doivent en ef­fet s’ins­crire au préa­lable pour pro­fi­ter de vi­sites ori­gi­nales de sites comme la sta­tion de po­ta­bi­li­sa­tion d’eau de Saint­Mar­cel­lin­en­Fo­rez, l’ar­bo­re­tum d’Al­bert Gou­by à Cha­zelles­surLa­vieu, la Bras­se­rie de la Loire, la sta­tion d’épu­ra­tion aux ro­seaux de Chambles…

« Faire la dé­marche d’adhé­rer aux Clés de Loire­Fo­rez in­duit une mo­ti­va­tion de la part du pu­blic. Ain­si, un échan­ ge ré­ci­proque se crée et les gens ap­portent leurs idées. Ce prin­cipe im­plique de re­nou­ve­ler fré­quem­ment notre offre, qui doit être consis­tante. C’est du mar­ke­ting, en quelque sorte. »

Une nou­velle corde à l’arc de ce jeune guide à l’ex­pé­rience dé­jà éprou­vée. Ti­tu­laire d’un BTS tou­risme, il est pour­tant ren­tré dans la pro­fes­sion « par ha­sard ». « Ce qui m’in­té­res­sait à l’époque, c’était de par­ler an­glais. Mais j’ai ren­con­tré des étu­diants en tou­risme qui m’ont bien ven­du cette branche. » S’il ne pra­tique pas beau­coup la langue an­glaise au quo­ti­dien, il s’est dé­cou­vert « une pas­sion pour le pa­tri­moine », qu’il res­sen­tait dé­jà un peu dans son plus jeune âge. « Quand j’étais pe­tit et que je par­tais en va­cances avec mes grands­pa­rents, il fal­lait que je rentre dans toutes les églises que nous voyions. J’étais ad­mi­ra­tif de ces grandes construc­tions. » Au­jourd’hui, il se sa­tis­fait de « par­ta­ger avec les gens, de leur apprendre des choses. Au risque de pa­raître pré­ten­tieux, ça m’a tou­jours plu de trans­mettre mes connais­sances. » Des connais­sances is­sues d’« un im­mense ter­rain de jeu ».

GUIDES. Laurent Guer­rie­ri et sa col­lègue Nol­wenn Ker­veillant, ici sur la coll­line du Cal­vaire, avec la col­lé­giale Notre-Dame en ar­rière plan, tra­vaillent en­semble de­puis de nom­breuses an­nées au ser­vice ani­ma­tion de l’Of­fice de tou­risme Loire-Fo­rez.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.