La joie des sup­por­ters por­tu­gais

La seule com­mune à avoir dif­fu­sé tous les matches de l’équipe de France a réus­si sa com­pé­ti­tion

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Sé­go­lène Per­ret se­go­lene.per­ret@cen­tre­france.com

SURY-LE-COMTAL. La com­mu­nau­té por­tu­gaise fo­ré­zienne s’est re­trou­vée spon­ta­né­ment au rond­point Charles­deGaulle pour cé­lé­brer la vic­toire de son équipe na­tio­nale.

EU­RO 2016. Les sup­por­ters fo­ré­ziens ont sou­te­nu l’équipe de France comme à Bon­son, où tous les matches des Fran­çais ont été re­trans­mis.

C’est par une Mar­seillaise re­prise en choeur par les spec­ta­teurs de la salle Bar­ba­ra que la fi­nale de l’Eu­ro 2016 a dé­bu­té di­manche 10 juillet à Bon­son.

e n’ai ja­mais vu au­tant de monde à la salle Bar­ba­ra, com­mente Thier­ry De­ville, pre­mier ad­joint à Bon­son, à quelques mi­nutes du coup d’en­voi du match France­Por­tu­gal. C’est une réus­site to­tale avec plus de 300 per­sonnes. Nous avons eu entre 150 et 200 per­sonnes à chaque match, avec une mon­tée en puis­sance à par­tir de la de­mi­fi­nale. » Seule com­mune du dé­par­te­ment à avoir re­trans­mis tous les matches de l’équipe de France pen­dant l’Eu­ro 2016, la mu­ni­ci­pa­li­té bon­son­naise a réus­si son pa­ri. été res­pec­tées, comme l’ins­tal­la­tion de l’écran dans une salle ».

Les as­so­cia­tions par­tie pre­nante

Autre chose im­por­tante pour Thier­ry De­ville : « La convi­via­li­té et le bon es­prit sont bien là. Il y a beau­coup de Bon­son­nais mais aus­si des gens des com­munes voi­sines, y com­pris nos amis por­tu­gais. Les bu­vettes ont été te­nues par trois as­so­cia­tions dif­fé­rentes pen­dant toute la com­pé­ti­tion (le club de foot­ball Bon­son/ Saint­Cy­prien, Plein chant et le kor­ball). Nous avions fait un coup d’es­sai qui avait bien fonc­tion­né en 2014 avec la Coupe du monde ; ce soir, c’est une confir­ma­tion. »

Les consignes de sé­cu­ri­té res­pec­tées

La soi­rée au­ra en ef­fet te­nu toutes ses pro­messes… jus­qu’à la 109e mi­nute. Dans la moi­teur de la salle Bar­ba­ra, les spec­ta­teurs, toutes gé­né­ra­tions confon­dues, ont vi­bré au rythme des ac­tions de l’équipe de France. Ils ont chan­té, crié, ap­plau­di et scan­dé les noms des joueurs, no­tam­ment ce­lui du gar­dien Hu­go Llo­ris.

Hé­las, l’am­biance re­tom­ ba brus­que­ment lorsque l’at­ta­quant por­tu­gais Eder a ins­cri­vit le but de la vic­toire. Et en quelques di­zaines de mi­nutes seule­ment, la salle Bar­ba­ra se vi­da. Son­nés, les sup­por­ters fran­çais ren­trèrent chez eux, ra­pi­de­ment et en si­lence, tan­dis que les sou­tiens por­tu­gais re­joi­gnaient Sury­le­Comtal pour faire la fête.

AM­BIANCE. Ap­plau­dis­se­ments, cris, chants, noms de joueurs scan­dés... Les quelque 300 per­sonnes, réunies dans une salle Bar­ba­ra sur­chauf­fée, ont plei­ne­ment vé­cu la fi­nale de l’Eu­ro 2016.

MU­NI­CI­PA­LI­TÉ. Le maire Jo­seph De­ville et le 1er ad­joint Thier­rey De­ville ont sou­li­gné la convi­via­li­té lors des re­trans­mis­sions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.