« Dom­mage, t’as un jo­li vi­sage »

Ma­rie­Laure Pe­rot­ti s’est lan­cé un chal­lenge

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - Étienne Chaize

La Roan­naise Ma­rie-Laure Pe­rot­ti, 28 ans, fait par­tie des seize sé­lec­tion­nées pour de­ve­nir Miss ronde Rhône-Alpes 2016.

Aus­si loin qu’elle s’en sou­vienne, Ma­rie­Laure Pe­rot­ti a tou­jours été ronde. Son sur­poids, la jeune femme ori­gi­naire de Cham­po­ly n’en tire ni fier­té, ni honte. « C’est un fait, c’est tout. »

Mo­ti­vée par une émis­sion té­lé

Si elle a dé­ci­dé de par­ti­ci­per au concours Miss ronde Rhône­Alpes, c’est avant tout pour se lan­cer un chal­lenge, plus que par or­gueil ou mi­li­tan­tisme. « J’au­rais pu faire un 36 et ten­ter Miss Roanne », lance celle qui n’a sur­tout ja­mais di­gé­ré le « pire com­pli­ment qu’on puisse faire » : la ki­né, qui se trouve « plu­tôt jo­lie », se rap­pelle en ef­fet avec aga­ce­ment de ces gens qui ont pu lui lâ­cher : « C’est dom­mage, t’as un jo­li vi­sage... » « Ça m’est resté, confie­t­elle. Avec ce concours, j’ai en­vie de mon­trer que c’est pos­sible d’avoir un corps dif­fé­rent de ce qui est at­ten­du et que ce n’est pas dom­ma­ ge. »

Ce concours, Ma­rie­Laure en a eu vent par une émis­sion de té­lé­vi­sion. Ten­tée par l’aven­ture, l’idée a che­mi­né jus­qu’à ce que, deux ans plus tard, elle s’ins­crive au­près du comité ré­gio­nal. « J’aime bien la mode et tout le cô­té dé­fi­lé, shoo­ting, que je ne connais pas du tout m’a ren­du as­sez cu­rieuse. J’avais en­vie de dé­cou­vrir ça », ex­plique­t­elle.

Sé­lec­tion­née par­mi 25 can­di­dates, c’est de­vant un ju­ry, en mai, que la Roan­naise a dé­fen­du son rêve d’écharpe. La voi­là dé­sor­mais en lice pour le titre, face à 15 autres concur­rentes. En­semble, elles dé­fi­le­ront à Cer­tines, près de Bourg­en­Bresse, le 18 sep­tembre pro­chain.

Quatre pas­sages (en jean et t­shirt, te­nue de ville, lin­ge­rie et robe de soi­rée) et un dis­cours face à un

Pas ques­tion pour elle de trans­for­mer le show en com­bat pour la ron­deur. « C’est sur­tout une fa­çon de dire qu’on peut s’ac­cep­ter avec des “pro­blèmes” de poids. Il y a une es­pèce de pi­tié, par­fois, en­vers les gens un peu gros, mais je ne veux sur­tout pas qu’on me plaigne », in­siste la na­geuse ré­gu­lière et mar­cheuse in­vé­té­rée.

Ar­ri­vée là « un peu par ha­sard », pour voir, Ma­rieLaure Pe­rot­ti com­mence à ap­pré­hen­der le grand jour. Sa crainte ma­jeure : les ta­lons. « Ils sont obli­ga­toires, au mi­ni­mum 7 cm. Je vais de­voir m’en­traî­ner. »

PHO­TO : E. C.

PARTICIPANTE. « Avec ce concours, j’ai en­vie de mon­trer que c’est pos­sible d’avoir un corps dif­fé­rent de ce qui est at­ten­du et que ce n’est pas dom­mage », sou­ligne Ma­rie-Laure Pe­rot­ti.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.