Fra­ckass, de la dé­brouille et de l’élec­tro

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Forez Sud -

L’as­so­cia­tion Fra­ckass a été créée en 2009 par une bande de co­pains. De­puis, elle pour­suit son che­min avec talent et pas­sion.

Ré­com­pen­sés par la mu­ni­ci­pa­li­té

Après avoir re­çu le Tro­phée Jeu­nesse lors des der­niers voeux de la mu­ni­ci­pa­li­té, ses membres conti­nuent d’or­ga­ni­ser des après­mi­di ou des soi­rées mu­si­cales. Car tous ses membres aiment la mu­sique, sur­tout si elle est élec­tro­nique.

Le 9 juillet der­nier, à la veille de la fi­nale de l’Eu­ro 2016 de foot­ball, l’as­so­cia­tion était pré­sente sur les bords de Loire, cô­té SaintRam­bert, près de la Boule des Barques et du ska­te­parc, pour une après­mi­di et soi­rée so­nores. « Notre but est de pro­mou­voir ce genre de mu­sique avec des ar­tistes lo­caux is­sus de tous genres, qu’ils fassent du graff, du hip­hop, du reg­gae ou de la pein­ture. » ne vou­lons dé­pendre que de nous. Fra­ckass fait de la mu­sique sans autre ins­tru­ment que des syn­thé­ti­seurs, des or­di­na­teurs, des pla­tines », ex­plique Micke.

« La po­ly­va­lence est de ri­gueur »

À la base, l’as­so­cia­tion était uni­que­ment com­po­sée d’ha­bi­tants de SaintJust­Saint­Ram­bert. Dé­sor­mais, elle s’est en­ri­chie d’élé­ments sté­pha­nois et des com­munes avoi­si­nantes. « Ac­tuel­le­ment nous sommes six. Per­sonne n’a de poste fixe. La po­ly­va­lence est de ri­gueur. Da­mien est un pro­duc­teur de mu­sique et ré­gleur de son. Il fa­brique aus­si des am­pli­fi­ca­teurs. Il y a aus­si Sa­muel, Jé­ré­my, Pierre et Ro­main. De temps, en temps des ex­pa­triés viennent nous ai­der sur cer­tains évé­ne­ments. Nous avons par exemple un pote, Alexandre, qui est par­ti en Chine et qui re­vient de temps en temps. Alors il reste tou­jours dans l’as­so­cia­tion », ajoute le res­pon­sable.

De­puis plu­sieurs an­nées, l’as­so­cia­tion par­ti­cipe à la fête de la mu­sique sur la com­mune en ani­mant une scène avec l’as­so­cia­tion cultu­relle Lez’ard d’rue.

« Nous ne fai­sons pas jouer de têtes d’af­fiche ou des per­son­na­li­tés mais des jeunes qui com­mencent, des co­pains qui ne sont pas dans une dé­marche com­mer­ciale. Chez les Fra­ckass, l’âge des adhé­rents va de 25 à 33 ans. Il y a par­fois quelques prises de tête, car avant d’être une as­so­cia­tion, nous sommes un groupe de potes. En ce­la, il n’y a rien de né­ga­tif. Au contraire, ce­la nous per­met de res­ter tous en­semble. Au fil des an­nées, on se connaît par coeur. On ne se prend plus trop la tête. Au­cun de nous ne re­cherche la no­to­rié­té. Nous fai­sons de la mu­sique uni­que­ment pour le plai­sir, dans une am­biance fa­mi­liale. » Et ami­cale.

« Nous construi­sons nos évé­ne­ments de A à Z » Une bande de co­pains avant tout

POTES. Chez les Fra­ckass on se connaît par coeur pour faire de la mu­sique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.