La fo­lie du jeu Po­ké­mon Go dé­ferle aus­si sur la plaine du Fo­rez

L’ap­pli­ca­tion Po­ké­mon Go a dé­bar­qué en France le 15 juillet, et les chas­seurs sont dé­jà nom­breux

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Jean-Fran­çois Ver­net jean-fran­cois.ver­net@cen­tre­france.com

PAGE 9

« Ça nous per­met de sor­tir au lieu de res­ter de­vant la té­lé »

P

« At­tra­pez-les tous ! » Tel était le slo­gan du des­sin ani­mé Po­ké­mon, dif­fu­sé au dé­but des an­nées 2000 en France. Pi­ka­chu et ses pe­tits ca­ma­rades re­viennent sur les smart­phones via une ap­pli­ca­tion ad­dic­tive à des­ti­na­tion des en­fants et ado­les­cents. Et le Fo­rez n’échappe pas à cette ten­dance. Ex­pli­ca­tions.

ika­chu, Tor­tank, Dra­cau­feu, Tad­morv, Flo­ri­zarre… Ces noms à cou­cher de­hors ne vous disent rien ? C’est que vous n’avez pas en­core pris le vi­rus « Po­ké­mon Go », une ap­pli­ca­tion dis­po­nible sur les smart­phones à des­ti­na­tion des en­fants et ado­les­cents. Com­ment re­con­naître les joueurs, com­mu­né­ment ap­pe­lés « chas­seurs de Po­ké­mon » ?

Ça n’est pas très com­pli­qué : ils avancent, la tête pen­chée sur l’écran de leur té­lé­phone por­table, à la re­cherche de ces pe­tits per­son­nages tout droit ti­rés d’un des­sin ani­mé ja­po­nais dif­fu­sé en France au dé­but des an­ nées 2000. L’ap­pli­ca­tion est ar­ri­vée en France le 15 juillet der­nier et dé­jà, les chas­seurs de Po­ké­mon af­fluent dans toute la France. Le Fo­rez n’échappe pas à cette fo­lie du mo­ment, à en croire les di­zaines de jeunes qui, ar­més de leur smart­phone, se pro­mènent dans les rues de Mont­bri­son, mais aus­si près de l’étang de Sa­vi­gneux, dans des villes de la plaine et même dans les com­munes plus ru­rales du ter­ri­toire.

Maxence Beys­son a 19 ans, ha­bite Mar­coux et en ter­mi­nale S, à Boën­sur­Li­gnon. Il est ve­nu ex­près à Mont­bri­son, lun­di après­mi­di, ac­com­pa­gné de son pe­tit frère Théo, 16 ans et fu­tur ly­céen à Jean­Bap­tiste­d’Al­lard. « Il n’y a pas beau­coup de Po­ké­mon à at­tra­per à Mar­coux, alors on s’est dit qu’il fal­lait qu’on vienne à Mont­bri­son. On se ba­lade et on re­garde notre ra­dar sur le­quel sont re­pré­sen­tés des mo­nu­ments un peu em­blé­ma­ti­ ques de la ville. On s’y di­rige et on es­saie de cap­tu­rer un maxi­mum de Po­ké­mon, qui ar­rivent en sur­im­pres­sion de l’en­vi­ron­ne­ment dans le­quel on est. Et puis c’est plu­tôt bien, ça nous fait prendre l’air plu­tôt que de res­ter en­fer­més de­vant une console », ajoutent­ils. Fans de la pre­mière heure du des­sin ani­mé et pres­sés d’uti­li­ser leur « Po­ké­ball » pour cap­tu­rer un maxi­mum de per­son­nages, les deux frères ont même réus­si à trou­ver l’ap­pli­ca­tion le 8 juillet, soit une se­maine avant la sor­tie of­fi­cielle en France. Ils ont de­puis re­joint un groupe de chas­seurs de Po­ké­mon sur le ré­seau so­cial Fa­ce­book®. « On es­saye de ré­col­ter des in­for­ma­tions, mais il faut être ré­ac­tif car les Po­ké­mon ne res­tent qu’une de­mi­heure au même en­droit. Après, ils dis­pa­raissent », dé­ve­loppe Maxence. On ap­prend ain­si que le Po­ké­mon Lo­kh­lass est dis­po­nible rue Tu­pi­ne­rie pour une du­rée d’une de­mi­heure, que Trio­pi­keur était au jar­din d’Al­lard il y a vingt mi­nutes, etc. Une sorte de jeu in­ter­ac­tif se met alors en place entre tous les par­ti­ci­pants, sa­chant que les chas­seurs sont ré­par­tis dans trois équipes dis­tinctes et qu’un clas­se­ment est éta­bli en di­rect. Vous n’avez pas tout sai­si ? Qu’im­porte, vos en­fants et/ou pe­tits­en­fants, eux, ont cer­tai­ne­ment dé­jà un tas de Po­ké­mon en­re­gis­trés dans leur té­lé­phone por­table…

PHÉ­NO­MÈNE. Théo et Maxence sont ve­nus à Mont­bri­son pour chas­ser des Po­ké­mon dans la rue.

EXEMPLE. Un Po­ké­mon sur écran.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.