Isa­belle fait sen­tir et tou­cher la na­ture

À la Gra­vière de Ma­bly, Isa­belle Ma­gnan ap­prend aux vi­si­teurs à res­pec­ter les oi­seaux

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Le Portrait - Maï­té Bar­bier re­dac­tion.pays-roan­nais@cen­tre­france.com

À la Gra­vière aux oi­seaux de Ma­bly, Isa­belle Ma­gnan est ac­com­pa­gnée de deux jeunes et de deux co­or­di­na­teurs pour dé­ve­lop­per ce site et at­ti­rer de plus en plus de vi­si­teurs in­té­res­sés par le pa­tri­moine na­tu­rel.

Elle tra­vaille à la Gra­vière aux oi­seaux de­puis un an et de­mi, mais elle connaît bien son mé­tier d’ani­ma­trice ter­ri­to­riale. Isa­belle Ma­gnan tra­vaille pour Roan­nais Ag­glo­mé­ra­tion. Au­pa­ra­vant, son mé­tier était de sen­si­bi­li­ser les ha­bi­tants sur d’autres thé­ma­tiques, par exemple sur le trai­te­ment des dé­chets. « Je suis ar­ri­vée à la Gra­vière quand la Ville de Ma­bly a ré­tro­cé­dé la com­pé­tence à l’Ag­glo­mé­ra­tion », ex­plique­t­elle.

De­puis, elle com­mence à connaître le site sur le bout des doigts. Elle ra­conte presque par coeur l’his­toire de ce lieu, ré­ha­bi­li­té en 2005, et dont la grange, qui abrite les sa­la­riés et ac­cueille les ex­po­si­tions et les vi­si­teurs, est « dans son jus, avec un bâ­ti en pi­sé ».

Les poissons de la Loire

Lors de la vi­site de la grange, on dé­couvre une ex­po­si­tion sur les ni­choirs, puis toutes sortes de jeux et des aqua­riums qui hé­bergent des poissons que l’on peut trou­ver dans la Loire. Il y a des carpes, des tanches, des bro­chets… « C’est im­por­tant de trou­ver des es­pèces lo­cales ici. Ce­la per­met de sen­si­bi­li­ser les vi­si­teurs à la na­ture or­di­naire et à son im­por­tance. »

L’ani­ma­trice conseille les vi­si­teurs sur les ba­lades et les lieux à voir, ac­com­pa­gnée de Ma­rie et Fa­bien, deux jeunes en ser­vice ci­vique. Et cette Gra­vière, elle y tient. « On a de la chance d’avoir un tel lieu pour or­ga­ni­ser des ac­ti­vi­tés, des ex­po­si­tions… »

Pour­tant, Isa­belle Ma­gnan n’est pas ori­gi­naire de la ré­gion roan­naise. Elle est Nor­mande. Elle est ar­ri­vée ici en fa­mille, il y a 30 ans, après avoir vé­cu à Pa­ris. « Je trouve que c’est une ré­gion ma­gni­fique, avec un beau po­ten­tiel tou­ris­tique, et je tiens à la mettre en va­leur. » Et elle re­grette que « trop peu de Roan­nais connaissent cet en­droit ».

« Nous sou­hai­tons at­ti­rer un plus grand nombre d’ha­bi­tants ici, avant de faire ve­nir les tou­ristes. » Ce dé­fi qu’elle se lance semble réus­si : de­puis l’ou­ver­ture de la sai­son, en avril, le site a dé­jà ac­cueilli 3.344 per­sonnes, beau­coup plus que le bi­lan de l’an­née der­nière (1.540 vi­si­teurs entre avril et oc­tobre 2015). Le mois de juillet a, à lui seul, réuni quelque 1.400 per­sonnes.

Un pro­gramme bâ­ti pour un pu­blic fa­mi­lial

Pour aug­men­ter ain­si la fré­quen­ta­tion, Isa­belle Ma­gnan et son équipe tra­vaillent toute l’an­née pour trou­ver des ani­ma­tions, avec la fé­dé­ra­tion de chasse et la fé­dé­ra­tion de pêche. Le pro­gramme doit être fa­mi­lial et s’adres­ser au grand pu­blic. « On doit conseiller les gens, leur ap­prendre des choses, même si nos connais­sances ne sont pas poin­tues. Par­fois, des per­sonnes viennent ici et en savent plus que nous ! »

En hi­ver, la Gra­vière est fer­mée mais l’équipe tra­vaille sur le pro­chain pro­gramme et fait le bi­lan de la sai­son écou­lée. Quelques idées sont dé­jà évo­quées pour l’été pro­chain : dé­ve­lop­per les ac­ti­vi­tés pour les en­fants, les ba­lades com­men­tées… « Une chose est sûre : nous al­lons conser­ver les ba­lades com­men­tées en ca­noë et nous al­lons même en or­ga­ni­ser da­van­tage. C’est quelque chose qui plaît : on dé­ couvre les oi­seaux, le fleuve, les cas­tors… » Cette ac­ti­vi­té a été si ap­pré­ciée que Ma­rie, ani­ma­trice en ser­vice ci­vique, a dû re­fu­ser des di­zaines de de­mandes.

« Pour moi, la Gra­vière aux oi­seaux est un bel ou­til pour sen­si­bi­li­ser les gens. C’est im­por­tant de voir, de sen­tir, de tou­cher la na­ture, pour prendre conscience qu’elle est pré­cieuse. » Le sens de la pé­da­go­gie est donc in­dis­pen­sable pour tra­vailler à la Gra­vière. « Au­jourd’hui, on sen­si­bi­lise les en­fants sur l’en­vi­ron­ne­ment, mais aus­si les adultes. C’est un vrai mé­tier. » Pour l’ani­ma­trice, ce lieu de pro­me­nade est un bon moyen d’at­ti­rer l’at­ten­tion des per­sonnes qui ne se­raient peu­têtre pas ve­nues dans un but pé­ da­go­gique. « Ce­la leur per­met de dé­cou­vrir les es­pèces d’oi­seaux, de sa­voir qu’il faut les res­pec­ter, car cer­taines risquent de dis­pa­raître. »

Isa­belle Ma­gnan fe­ra tout pour at­ti­rer les Roan­nais et les autres dans ce lieu na­tu­rel, mais elle ne tient pas à en faire un site de loi­sirs. « Il faut que la Gra­vière reste un site de dé­cou­verte de la faune et de la flore, où l’on se res­source. »

« La Gra­vière doit res­ter un site de dé­cou­verte, où l’on se res­source. »

PHO­TO M. B.

NA­TURE. Isa­belle Ma­gnan (à gauche), avec Ma­rie, ani­ma­trice en ser­vice ci­vique, connaissent le site par coeur. Elles conseillent les vi­si­teurs et les sen­si­bi­lisent sur l’en­vi­ron­ne­ment et les es­pèces d’oi­seaux pré­cieuses.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.