In­for­mer n’est pas glo­ri­fier

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Zapping - Pierre-Oli­vier Vé­rot

Nous avons re­çu quelques ré­ac­tions à la suite de notre en­quête sur le Roan­nais par­ti faire le dji­had en Irak et pro­ta­go­niste d’une hor­rible vidéo mise en ligne par Daech (Le Pays Roan­nais du 28 juillet). Plus que sur le fond de notre dos­sier, ces lec­teurs se sont émus de voir à la « Une » et à l’in­té­rieur de notre jour­nal la pho­to du­dit ter­ro­riste, al­lant jus­qu’à nous ac­cu­ser de « faire la pro­pa­gande » du groupe ter­ro­riste, ou en­core de « glo­ri­fier » un cri­mi­nel. Avant de pu­blier un su­jet aus­si dé­li­cat, notre jour­nal et notre groupe de presse n’ont pas fait l’éco­no­mie d’une ré­flexion dé­on­to­lo­gique*. Comme le ré­sume fort bien notre consoeur de La Mon­tagne, Flo­rence Ché­do­tal, dans sa chro­nique du 29 juillet, tous les mé­dias n’ont pas adop­té les mêmes dis­po­si­tions face à cette si­tua­tion in­édite, preuve qu’il n’existe pas une unique vé­ri­té. Dans son billet, la jour­na­liste s’in­ter­roge lé­gi­ti­me­ment sur les choix les plus stricts de cer­tains, s’abs­te­nant de nom­mer et de mon­trer les ter­ro­ristes : « Cer­tains ap­pel­le­ront ça de la dé­on­to­lo­gie, d’autres de la bonne conscience. Mais ne se­rait-ce pas, au fond, qu’un simple bat­te­ment d’aile à re­bours dans un ou­ra­gan d’in­for­ma­tions to­ta­le­ment dé­com­plexées à l’heure des ré­seaux so­ciaux ? Et sur­tout, est-ce que ce­la peut dis­sua­der un can­di­dat, en quête de son quart d’heure de gloire dans la dji­ha­do­sphère et em­bar­qué dans sa spi­rale sui­ci­daire ? Non, et les mé­dias le re­con­naissent vo­lon­tiers. Un choix plus mo­ral que stra­té­gique donc, des­ti­né à leur au­dience. » D’autres or­ganes ont eux choi­si de s’au­to­cen­su­rer avec plus de dis­cer­ne­ment, Flo­rence Ché­do­tal ci­tant le quo­ti­dien Li­bé­ra­tion : « Mieux vaut, pour les ci­toyens, re­gar­der la me­nace en face, sa­voir à qui ils ont af­faire, consta­ter que les meur­triers qui com­mettent ces ter­ribles for­faits ont aus­si été des jeunes gens d’ap­pa­rence in­of­fen­sive, sem­blables à tant de jeunes Fran­çais, is­sus ou non de l’im­mi­gra­tion. Quitte à mon­trer leur pho­to […] Ce n’est pas le glo­ri­fier que de mon­trer le vi­sage d’un tueur. Le lec­teur n’est pas si bête. » En un mot, in­for­mer des ci­toyens do­tés de rai­son et de sens cri­tique. Dans la Grèce an­tique, on tuait le mes­sa­ger por­teur de mau­vaises nou­velles pour ne pas les en­tendre. La dé­né­ga­tion est au­jourd’hui plus ré­pan­due. Est-elle pour au­tant moins dan­ge­reuse ?

(*) Le groupe Centre­France La Mon­tagne, dont Le Pays Roan­nais fait par­tie, fait le choix de ne pas pu­blier les pho­tos met­tant en scène les ter­ro­ristes, hor­mis si ces der­nières ont un ca­rac­tère de do­cu­ment ou re­vêtent une uti­li­té en termes d’in­for­ma­tion lo­cale lors d’évé­ne­ments con­cer­nant nos zones de dif­fu­sion. Le groupe n’émet au­cune res­tric­tion sur la dif­fu­sion de l’iden­ti­té des au­teurs d’at­ten­tats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.