Une fa­mille réunie au­tour du sou­ve­nir

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Forez Est -

C’est une belle his­toire, qui com­mence le 3 juin der­nier à 500 ki­lo­mètres d’ici, à Woip­py, en Mo­selle. Au pied d’un arbre, deux jeunes Mo­sel­lans font la dé­cou­verte d’une plaque d’iden­ti­fi­ca­tion d’un Poi­lu de 14­18, « Claude Pon­cet 1916 ».

Plaque dé­cou­verte et dé­but de la quête

Pierre Thil­lot, 20 ans, étu­diant en in­for­ma­tique, et Jonathan Bou­que­rel, 32 ans, in­gé­nieur hy­dro­bio­lo­giste à Metz, sont aus­si dé­tec­to­ristes : ils re­cherchent des ob­jets mé­tal­liques à l’aide d’un dé­tec­teur. Ils dé­cident alors de par­tir en quête de la fa­mille de ce Claude Pon­cet. C’est ain­si que jeu­di 4 août, les onze en­fants vi­vants de Claude Pon­cet et leur des­cen­dance, une soixan­taine de per­sonnes dont son ar­rière ar­riè­re­pe­tite fille, ont as­sis­té à la re­mise of­fi­cielle de la plaque.

Claude Pon­cet est dé­cé­dé le 5 fé­vrier 1953 à 57 ans, bien usé par la guerre qui lui avait ôté l’in­sou­ciance de sa jeu­nesse : in­cor­po­ré en avril 1915, il a été bles­sé par des éclats d’obus à deux re­prises, a été ga­zé à Ver­dun et dé­mo­bi­li­sé en sep­tembre 1919. Il au­ra ain­si vé­cu plus de quatre ans de guerre pour un sol­dat dé­crit comme tou­jours vo­lon­taire pour les mis­sions pé­rilleuses et ca­ma­rade exem­plaire.

En­zo : « Fiers de ce pa­py sol­dat »

Sa vie se pour­sui­vra proche de la terre : agri­cul­teur au Broal­ly puis à Be­côte à Saint­De­nis, il élève treize en­fants dont An­toine et Pierre, les aî­nés, dé­ cé­dés de­puis peu.

Son pe­tit­fils Alain Bar­cet, élec­tri­cien à Saint­De­nis, était fier d’avoir réuni la fa­mille. Sa ma­man Ma­rie, 86 ans, la fille de Claude, a avoué avoir pleu­ré à l’an­nonce de cette dé­cou­verte. « Ja­mais mon père ne m’avait par­lé de la guerre. Nous gar­de­rons cette plaque comme un mer­veilleux sou­ve­nir, nous re­mer­cions du fond du coeur ces deux jeunes ». Les plus jeunes étaient éga­le­ment ra­vis de cet évé­ne­ment, « fiers de ce pa­py sol­dat », comme l’a ex­pri­mé En­zo, 10 ans.

Le maire, Da­niel Bon­nier, a quant à lui sa­lué le geste ex­traor­di­naire des deux dé­tec­to­ristes qui avaient la larme à l’oeil. « C’est im­por­tant pour nous d’être là. Ça fait chaud au coeur de voir cette émo­tion au mo­ment de la re­mise de la plaque », se sont­ils ré­jouis.

La jour­née s’est ter­mi­née de ma­nière très convi­viale par un pique­nique et des jeux, avec tou­jours à l’es­prit le sol­dat Claude Pon­cet.

MÉ­MOIRE. Les onze en­fants de Claude Pon­cet en­core en vie étaient ra­vis de cette jour­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.