L’an­cienne tour d’eau li­bé­rée, dé­li­vrée

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Montbrisonnais -

La Ville de Mont­bri­son a pro­fi­té de la créa­tion d’un nou­veau par­king rue Charles-de-Fou­cauld pour re­don­ner vie à un élé­ment de son pa­tri­moine bâ­ti. Bon nombre de Mont­bri­son­nais vont dé­cou­vrir, lit­té­ra­le­ment, une tour qui était, jus­qu’à pré­sent, en­tiè­re­ment re­cou­verte de lierre, aus­si grim­pant qu’étouf­fant. Dans les Ca­hiers de vil­lage de Fo­rez, Pierre Dre­vet ex­plique que cette construc­tion date de la fin du XIXe siècle, quand le comte du Ples­sis avait fait réa­li­ser un fo­rage afin d’as­su­rer l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en eau de sa pro­prié­té, hé­ri­tage de son épouse, Ma­rie-Louise Cour­bon de Saint-Ge­nest, fille d’un riche pro­prié­taire mont­bri­son­nais qui s’était fait éri­ger une belle de­meure, l’Hô­tel de SaintGe­nest, ac­tuelle Mai­son Saint-Jo­seph, puis avait ac­quis plu­sieurs ter­rains au­tour jus­qu’à créer le parc de Mont­che­nu. « M. du Ples­sis avait fait bâ­tir ce châ­teau d’eau à l’aide des pierres de l’an­cienne église Saint-Pierre dé­mo­lie en 1870. […] Cette tour d’eau était en­core sur­mon­tée d’une éo­lienne, en­core vi­sible en 1910, qui fai­sait fonc­tion­ner des pompes pour l’élé­va­tion de l’eau jus­qu’au som­met. » Reste à sa­voir dans quel état est « l’in­gé­nieux mé­ca­nisme consti­tué de pou­lies fixées sur des consoles qui était en­core à l’in­té­rieur quand la porte d’en­trée de la tour a été mu­rée…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.