Pe­tite et grande his­toire de la fresque mu­rale

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Portes Du Forez -

C’est en 1994 que la pre­mière fresque mu­rale a été réa­li­sée dans la com­mune. Sur une idée de Jacques Meu­nier, alors ad­joint du maire Fran­çois Ma­zoyer, l’im­mense ta­bleau re­pré­sente l’his­toire de la pre­mière ligne de che­min de fer re­liant An­dré­zieuxBou­théon à Saint­Étienne, des­ti­née à fa­ci­li­ter le trans­port du char­bon vers la Loire. ico­no­gra­phiques et ma­nus­crites pro­ve­nant d’une mul­ti­tude de livres.

En pente, la rue n’a pas fa­ci­li­té la réa­li­sa­tion du pro­jet. Aus­si, la si­tua­tion de la fa­çade est telle qu’elle se dé­voile peu a peu, au fur et a me­sure de son ap­proche. Il faut se po­si­tion­ner en re­cul sur le trot­toir d’en face afin d’ad­mi­rer le tra­vail réa­li­sé. On peut alors si­tuer les bords de Loire et la pé­riode du char­ge­ment des ram­bertes. Le pre­mier pont sur la Loire par­ti­cipe a l’éti­re­ment de la pers­pec­tive en sou­li­gnant la ligne d’ho­ri­zon. Le ciel fait par­tie d’une vaste zone sous le point le plus haut. Les nuages sont en­tre­la­cés avec les pous­sières sou­le­vées par le che­val.

La tech­nique de la re­pro­duc­tion au car­ré étant trop longue pour les dé­lais im­par­tis, les étu­diants ont alors op­té pour la pro­jec­tion de nuit. Cette der­nière consiste à dé­cal­quer le des­sin de la ma­quette réa­li­sée à l’aqua­relle à une grande échelle en la pro­je­tant sur le mur à l’aide d’un ré­tro­pro­jec­teur.

Après un bros­sage mé­ti­cu­leux, la sur­face peinte en blanc a été di­vi­sée en huit mor­ceaux. La sil­houette pré­pa­ra­toire ter­mi­née de nuit était en­suite re­pas­sée avec une teinte plus sombre en jour­née. Le tra­vail se pour­sui­vait de jour, par­fois sous un fort so­leil et sur un im­po­sant écha­fau­dage. La fresque a été pro­té­gée par deux couches d’un ver­ni an­ti­graf­fi­ti, qui fa­ci­lite son net­toyage et ren­force sa lon­gé­vi­té.

Pre­mier coup de pin­ceau le 18 juillet 1994

Elle a ré­sis­té à l’épreuve du temps

Ce n’est que le 5 sep­tembre 1994 que l’oeuvre à été si­gnée par tous les in­ter­ve­nants. Plus de vingt ans sont pas­sés et, comme les pho­to­gra­phies d’an­tan, sous l’ac­tion du so­leil les cou­leurs ont lé­gè­re­ment pas­sé. Mais ce grand por­trait his­to­rique a su ré­sis­ter à l’épreuve du temps.

TÉ­MOI­GNAGE. Cette im­mense fresque est une oeuvre a dé­cou­vrir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.