Comme un par­fum de réus­site à la dis­til­le­rie Abies­sence

VER­RIÈRES-EN-FO­REZ Le créa­teur de la dis­til­le­rie Abies­sence a tou­jours cru en la réus­site de son en­tre­prise

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ja­nine Tis­sot

Joël Ruiz a créé son en­tre­prise de dis­til­le­rie en 1999, dans ce vil­lage qu’il ap­pré­cie tant. Dix-sept ans plus tard, l’en­tre­pre­neur a po­pu­la­ri­sé l’uti­li­sa­tion d’huiles es­sen­tielles dans le Fo­rez.

Àla tête de la dis­til­le­rie d’huiles es­sen­tielles Abies­sence, Joël Ruiz fait ce qu’il aime dans « une vie tra­cée comme un che­min de croix. » Dans le cou­rant de l’été, avec Émilie Bé­raud, il est al­lé cou­per la la­vande qui fleu­rit dans nos monts du Fo­rez comme dans le Sud.

Quel che­min par­cou­ru de­puis 1999, quand Joël dé­marre son en­tre­prise avec l’aide de Da­nièle, sa ma­man, une amou­reuse des plantes et de son frère Em­ma­nuel. Il ac­cueille aus­si une jeune sta­giaire Émilie qui, re­ve­nue tra­vailler plus tard dans la dis­til­le­rie, de­vien­dra son ad­jointe.

Né sté­pha­nois en 1973, il est lau­réat d’une maî­trise de bio­lo­gie, op­tion bio­chi­mie. Il vient de dé­cou­vrir l’exis­tence des huiles es­sen­tielles, en­core peu uti­li­sées. S’im­pose alors bien vite l’idée de créer une dis­til­le­rie dans ces monts du Fo­rez qu’il aime tant de­puis ses va­cances d’en­fance au pa­ra­dis de Ver­rières­en­Fo­rez.

Mais quand son pe­tit trac­teur Ze­tor se casse après une ca­briole par­des­sus ta­lus et fos­sés, c’est la tuile ! Ar­rive alors Antonin Fo­rest qui lui re­monte le mo­ral et l’aide à ré­pa­rer. Ce se­ra le dé­but d’une longue ami­tié et grâce aux conseils avi­sés de cet en­tre­pre­neur re­trai­té, Joël va « ga­gner vingt ans d’ex­pé­rience, sa­chant qu’amis ou en­ne­mis font tou­jours avan­cer ».

À la suite de la tem­pête de fin 1999, on le sol­li­cite pour net­toyer les fo­rêts de ré­si­neux : « Un nou­vel élan et trois ans de tra­vail », se sou­vient­il.

Quand l’in­cen­die de fé­vrier 2011 anéan­tit sa dis­til­le­rie de Saint­Jean­So­ley­mieux, ma­té­riel, stock et re­cettes de fa­bri­ca­tion sont dé­truits. Il faut s’ins­tal­ler plus vite que pré­vu dans le nou­veau bâ­ti­ment de Mont­ge­nest à Ver­rières où « l’après­mi­di même, une bou­tique est mise en place et ap­pro­vi­sion­née ».

La no­to­rié­té se dé­ve­loppe par les mar­chés, foires, fêtes des aro­ma­tiques et l’ac­ti­vi­té s’or­ga­nise se­lon le cycle tra­di­tion­nel où les dé­chets sont va­lo­ri­sés.

Le sciage du bois se fait à Gu­mières tan­dis que les pla­quettes de chauf­fage sont pro­duites à Saint­An­thème. Au to­tal, la ving­taine de sa­la­riés re­pré­sente au­tant de mé­tiers dif­fé­rents.

Abies­sence ­ né du nom la­tin du sapin abies ­ pro­pose dé­sor­mais 80 huiles es­sen­tielles et une tren­taine d’eaux flo­rales. En pro­duc­tion lo­cale, il y a une ving­taine de plantes aro­ma­tiques « bio » dont la la­vande, la ca­mo­mille et cinq à six plantes sau­vages dont l’ar­ni­ca et le mil­le­per­tuis.

Joël, ad­mi­ra­teur de son père Ar­thur qui avait fon­dé son en­tre­prise de plâ­tre­rie­pein­ture, reste un mo­deste face à la na­ture, en se di­sant que « chaque an­née est une bonne an­née. Créer son en­tre­prise, c’est ai­mer avoir des pro­blèmes. » Mais Joël garde tou­jours à l’es­prit le conseil d’Antonin : « Si tu fais ce que tu aimes, ça mar­che­ra. »

Il est lau­réat d’une maî­trise de bio­lo­gie, op­tion chi­mie « Une ligne de vie tra­cée comme un che­min de croix » JOËL RUIZ. Fon­da­teur d’Abies­sence

LA­VANDE. Pour Joël et Émilie, c’est le mo­ment de cou­per la la­vande sur les co­teaux de Lé­zi­gneux.

LOIRE-FO­REZ. Les vi­sites gra­tuites de la dis­til­le­rie sont ouvertes à tous les pu­blics, en groupe ou de ma­nière in­di­vi­duelle.

CUEILLETTE. La la­vande ré­col­tée est char­gée dans la re­morque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.